28 septembre 2017

[e] fermé et tendu

   Anton est un brillant jeune homme russe de 30 ans, qui vit en France depuis quelques années, avec sa femme (française) et ses enfants. Il a un excellent niveau de français mais il souhaite améliorer sa prononciation. Il parle plutôt vite (ce qui ne favorise pas le contrôle phonétique) mais quand il travaille sa prononciation, il sait ralentir fortement son débit. Il ne prononce pas le R roulé russe en français, ce qui est une très bonne chose puisque R est la consonne la plus fréquente en français. (Quand R est mal prononcé, c'est un indicateur évident d'un accent non-natif).

   Anton présente en français d'autres caractéristiques phonétiques globales issues de sa langue maternelle. Son articulation n'est pas assez tendue, pas assez ouverte et pas assez antérieure. Cela se manifeste entre autres par des consonnes ou voyelles molles, présentant une forme de transition, ou de diphtongaison, différentes des sons relativement stables du français.

   Enfin, une autre de ses difficultés est de distinguer les voyelles d'aperture moyenne, tant en perception (arriver à entendre la différence) qu'en production (parvenir à les articuler) : [e/ɛ] [ø/œ], [o/ɔ]. En russe, on trouve pour chaque paire de voyelles, une seule valeur intermédiaire, entre le son ouvert et le son fermé, valeur qui est toujours mal interprétée par les oreilles françaises : perçu trop ouvert quand il devrait être fermé (fermé, perçu comme fermait), perçu trop fermé quand il devrait être ouvert (ouvert, perçu comme *ouvér). En français, les voyelles fermées sont les plus tendues. C'est donc l'occasion de travailler la tension, geste articulatoire de base, dont Anton tirera un bénéfice général sur sa prononciation en français.

Nous travaillons sur la voyelle [e] fermé, la voyelle la plus fréquente en français, dont les graphies sont :

-ER (on va y aller, pour dîner, le boulanger, trop léger – sauf quelques rares mots : la mer, le fer, l'hiver, le cancer…), -É (on est allé, on a dîné, la santé), -ÉE (la rosée, une allée), -EZ (un nez, allez!).

Rappel : • Devraient être prononcées [e], mais sont parfois prononcée [ɛ] : la graphie -AI : je ferai, le quai, c’est vrai, un balai… ; la graphie -ES : les, des, ces, mesOn peut donc considérer ici que le choix du timbre est libre puisque c’est ce que les apprenants entendront auprès des locuteurs natifs.

• Devraient être prononcées [ɛ] mais sont de plus en plus souvent produits [e] : les graphies -ET : un billet, un ticket... ; -AIS : jamais, tu savais… ; -AIT : du lait, l'imparfait, il savait… ; -AIENT : ils savaient… ; -AIE : la craie, que j’aie… ; -AID : laid ; -AIX : la paix ; -AY : Viroflay. Mais aussi les graphies -È : dès que, du grès, -Ê : dans la forêt. On peut donc considérer ici que le choix du timbre est libre puisque c’est ce que les apprenants entendront auprès des locuteurs natifs.

 

   Voici donc un petit texte d'entraînement conçu pour Anton, présentant de nombreuses occurrences du son [e] fermé, mais aussi quelques occurences de [ɛ] ouvert. Car Anton doit aussi apprendre à maximiser les différences entre ces deux voyelles. La consigne : souligner en bleu les [e] fermés (plus tendus) , et en vert les [ɛ] ouverts (moins tendus). Puis pratiquer.

Cet entraînement peut aussi servir aux anglophones qui ont tendance à diphtonguer le [e] fermé en [ei].

 

Ça y est ! Vous êtes arrivé à la gare SNCF de Montpellier.

Désolé, mais il faut vous dépêcher : le TGV est déjà à quai. N'oubliez pas de composter votre billet.

Puis prenez l'escalier pour la voie D. Ne confondez pas avec l'Intercités voie B.

Allez ! Allez ! Vous y êtes? Cherchez la voiture 13 et montez sans tarder.

Ouf, c'est fait ! De nombreux passagers sont déjà installés, il y a beaucoup de sièges occupés.

Repérez votre place et asseyez-vous après vous être débarrassé de vos bagages. C'est parfait.

Ah ! Il vous faut recharger votre téléphone. Voilà, il est branché. Détendez-vous !

Fermez les yeux. Vous avez besoin de déconnecter.

Vous allez commencer votre trajet par une petite sieste bien méritée.

Et tout à l'heure, vous travaillerez un peu et vous lirez Libé et Le Canard Enchaîné. OK?

 

 Voici ma version enregistrée du texte.

 

 

 

Posté par fonetiks à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 mai 2017

Imagier phonétique [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃]

 

     L'objectif est ici de présenter du vocabulaire simple (A1/A2) sous la forme d'un imagier phonétique :

- permettant de travailler une voyelle (ici les voyelles nasales c'est-à-dire [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃]) en position accentuée (comme un dictionnaire de rimes),

- sans support orthographique,

- présenté en groupe rythmique, c'est-à-dire pas isolé mais avec un minimum de contexte,

- avec le temps nécessaire à la répétition,

- avec des voix variées et non-professionnelles, donc authentiques.

 

   Le texte des enregistrements se trouve sur les pages dailymotion des diaporamas. Merci à Christiane, Bernard, Sophie, Vincent, Martin, Cléo, Manue, Marc, Tom, Frédérique, Emile, Olivia, Emmanuelle, Cédric, Michel et Pauline pour leurs voix :)

 

 [ɛ̃]

 

 [ɑ̃]

 

[ɔ̃]

 

 

Posté par fonetiks à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2017

Des images par voyelle : les voyelles nasales

   

    Voici une troisième vague d'images illustrant les voyelles nasales du français.

    Mon éditeur d'images n'acceptant pas l'Alphabet Phonétique International, j'ai utilisé ici l'alphabet SAMPA (Speech Assessment Methods Phonetic Alphabet) qui permet de transcrire phonétiquement à partir des caractères disponibles sur un clavier.

    Les voyelles nasales du français, transcrites en API [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃], sont transcrites [e~, a~, o~] en SAMPA.

    Comme d'habitude, j'ai légendé discrètement en bas à droite pour l'enseignant.

    (En cliquant sur la première photo, une nouvelle fenêtre s'ouvre, à partir de laquelle on peut faire défiler les photos.)

 

DSC08477

DSC08460

DSC08489

DSC08456

DSC08457

DSC08459

DSC08461

DSC08463

DSC08464

DSC08465

DSC08466

DSC08467

DSC08468

DSC08458

DSC08471

DSC08472

DSC08473

DSC08474

DSC08475

DSC08476

DSC08478

DSC08479

DSC08480

DSC08481

DSC08482

DSC08486

DSC08487

DSC08488

DSC08490

DSC08492

DSC08458

DSC08469

 

 

DSC08326

DSC08305

DSC08306

DSC08307

DSC08308

DSC08309

DSC08310

DSC08311

DSC08312

DSC08313

DSC08314

DSC08315

DSC08316

DSC08317

DSC08319

DSC08320

DSC08321

DSC08322

DSC08323

DSC08324

DSC08325

DSC08327

DSC08328

DSC08329

DSC08331

DSC08332

 

 

 

 

DSC08333

DSC08334

DSC08335

DSC08336

DSC08337

DSC08338

DSC08339

DSC08340

DSC08341

DSC08342

DSC08343

DSC08344

DSC08345

DSC08346

DSC08347

DSC08349

DSC08350

DSC08351

DSC08352

DSC08353

DSC08354

DSC08355

DSC08356

DSC08357

DSC08358

DSC08359

DSC08360

DSC08361

DSC08362

DSC08363

DSC08364

DSC08365

DSC08366

DSC08367

DSC08368

DSC08369

DSC08370

DSC08371

DSC08372

DSC08373

DSC08374

DSC08375

DSC08376

DSC08377

DSC08378

DSC08379

 

 

 

Posté par fonetiks à 19:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 mai 2017

Des images par voyelle : la voyelle u

   J'ai constitué, il y a fort longtemps, des classeurs avec des photos extraites de magazines, de catalogues, et aussi avec des dessins, afin d'illustrer des voyelles phonétiques du français, le plus souvent en position accentuée.

   Je viens de photographier les pages de mes classeurs en pensant que ce matériel partagé pourrait être utile aux enseignants pour une exploitation directe en classe. J'ai rappelé en gros la voyelle en Alphabet Phonétique sur chaque photo, et j'ai légendé discrètement en bas à droite pour l'enseignant. Malheureusement mon éditeur de photo ne permet pas l'accent circonflexe, pour flûte, mûre, bûche... Mais ces légendes ne sont qu'un rappel pour l'enseignant.

    (En cliquant sur la première photo, une nouvelle fenêtre s'ouvre, à partir de laquelle on peut faire défiler les photos.)

    Voici, en guise de test, une première série sur [y]. J'attends vos réactions !

DSC08214

DSC08215

DSC08216

DSC08217

DSC08218

DSC08219

DSC08220

DSC08221

DSC08222

DSC08223

DSC08224

DSC08225

DSC08226

DSC08227

DSC08228

DSC08229

DSC08230

DSC08232

DSC08233

DSC08234

DSC08236

DSC08237

DSC08238

DSC08239

DSC08240

DSC08241

DSC08242

DSC08243

DSC08244

DSC08245

DSC08246

DSC08247

DSC08248

DSC08249

DSC08250

DSC08251

DSC08252

DSC08254

DSC08256

DSC08257

DSC08258

DSC08259

DSC08260

 

 

 

 

    Pour entendre, vous pouvez utiliser ce diaporama : 21 mots présentant [y] en position accentuée, avec plusieurs occurrences et plusieurs voix.

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 février 2016

Imagier phonétique : [y, ø, œ]

 

    L'objectif est ici de présenter du vocabulaire simple (A1/A2) sous la forme d'un imagier phonétique :

- permettant de travailler une voyelle (ici les voyelles antérieures labiales c'est-à-dire [y, ø, œ]) en position accentuée (comme un dictionnaire de rimes),

- sans support orthographique,

- présenté en groupe rythmique, c'est-à-dire avec un minimum de contexte (n'accordez aucun crédit aux lexiques livrant le mot brut, sans article ou sans contexte),

- avec le temps nécessaire à la répétition,

- avec des voix variées et non-professionnelles, donc authentiques.

 

   Le texte des enregistrements se trouve sur les pages dailymotion des diaporamas. Merci à Christiane, Bernard, Sophie, Vincent, Martin, Cléo, Manue, Marc, Tom, Frédérique, Emile, Olivia, Emmanuelle, Cédric, Michel et Pauline pour leurs voix :)

 

     Les voyelles [y, ø, œ] sont les correspondantes arrondies (labiales) des voyelles [i, e, ɛ]. Autrement dit, quand je prononce un [i] (avec le sourire) et que je projette mes lèvres en avant en les arrondissant en continuant de produire [i], il en résulte automatiquement un [y] : c'est articulatoire. Le français utilise ce trait "arrondi" pour les trois voyelles antérieures [y, ø, œ]. Ces voyelles sont souvent considérées (avec les voyelles nasales) comme caractéristiques du français (même si on les trouve dans d'autres langues, bien sûr).

 

    Le lexique ci-dessous travaille la voyelle [y] en position accentuée, d'abord en syllabe ouverte (qui se termine alors phonétiquement par [y]) puis en syllabe fermée (qui se termine par [y] plus consonne.s). 

    D'après Wioland (1991), la voyelle [y] n'a une fréquence d'occurrence que de 1,9%. Les syllabes CV (consonne-voyelle) les plus fréquentes avec [y] sont [ty] "tu" et [dy] "du" (ces deux mots représentant 50% des occurrences des syllabes CV) , [ply] "plus" représentant à lui seul 60% des occurrences des syllabes CCV, et [syR] (30%), [tyR], [tyn] (50%) des occurrences des syllabes CVC.

    Autrement dit, [y] se trouve dans relativement peu de mots mais les mots dans lesquels il se trouve sont d'un usage très fréquent.

    La voyelle [y] peut poser problème en étant perçue et produite comme [u] (anglophones, hispanophones, etc...) ou comme [i] (arabophones).

 

 La voyelle phonétique [y]

 

 

    Le lexique ci-dessous travaille la voyelle [ø] en position accentuée, le plus souvent en syllabe ouverte (ce qui correspond à la structure syllabique la plus fréquente pour cette voyelle en français) mais aussi en syllabe fermée (dans le féminin de certains noms - danseuse, nageuse, et adjectifs - amoureuse, sérieuse).

Cette voyelle assez caractéristique (c'est comme cela qu'on peut hésiter en français "Euh...") pose problème à de nombreux apprenants étrangers qui peuvent la confondre avec [e] (hispanophones), [o] (arabophones), [u] (japonophones)...  L'entraînement à la production du [ø] français constitue une priorité pour pratiquement tous les apprenants.

 

La voyelle phonétique [ø]

 

 

      Le lexique ci-dessous travaille la voyelle [œ] en position accentuée, qui apparaît toujours en syllabe fermée  - sauf dans le cas des pauses sonores (ex : une histoire-euh...).

Cette voyelle assez caractéristique du français pose problème à de nombreux apprenants étrangers.

 

La voyelle phonétique [œ]

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 12:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


22 juin 2015

Une nouvelle liste de Paloma et César

 

    Paloma et César ont eu envie d'enregistrer une nouvelle liste : les sports.

    Elle vient s'ajouter aux listes précédentes de Paloma :

Les pièces de la maison, Dans le lave-vaisselle, Dans ma trousse, Les insectes

    et à celles de Cléo :

La compilation

    César (qui avait enregistré un poème à 4 ans et demi : Locataires) a encore quelques difficultés pour distinguer parfois les fricatives sourdes ([s, θ, ʃ]) et sur certains groupes de consonnes : il prononce cycli-mse... mais parfaitement bien athléti-sme !

 

 

A vos marques ! Prêts ? Partez !!!

 

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2014

Faire-part

 

    Nous avons déjà évoqué ici l'intérêt d'utiliser les histoires drôles comme support à l'entraînement phonétique.

    Les devinettes dites de faire-part (ou Monsieur et Madame...) sont très populaires en français :

- Monsieur et Madame DISSOIR ont un fils. Comment s'appelle-t-il?

- Alain ! ... Alain DISSOIR ! (À lundi soir !)

 

    Elles existent sous la même forme ou presque dans d'autres langues. Par exemple en anglais, ce sont les "knock knock jokes" :

- Knock, knock! - Who’s there? - Noah. - Noah who? - Noah good place we can get something to eat? (Know a good place...)

 

   Un collègue brésilien m'a transmis l'histoire suivante :

Uma família gostava muito de dirigir. O pai dirigia, a mãe os filho mais velho etc (estica-se o quanto se quiser)... Qual o nome da família ?
Passos Dias Aguiar [passa os dias a guiar]

Traduction : Une famille aimait bien se promener en voiture. Le père conduisait, la mère et le fils aîné, etc (ajouter autant de détails que l'on veut). Quel est le nom de la famille ? Passe-les-journées-à-conduire !

Mais ce n'est apparemment pas en portugais une structure générant un grand nombre de devinettes comme cela l'est en français.

(N'hésitez pas à m'envoyer d'autres exemples dans d'autres langues en Commentaires de ce post !)

 

 

     En français, la règle de ces devinettes est stricte : le premier terme doit être un vrai prénom existant, français ou non, mais prononcé à la française. L'association du prénom et du nom de famille crée un calembour par homophonie stricte ou approximative :

Exemple d'homophonie approximative : Monsieur et Madame FONFEC ont une fille. Comment s'appelle-t-elle? Sophie... Sophie FONFEC. (Saucisson sec !)

 

    Quel est l'intérêt en prononciation du FLE de ce type de devinette ?

   Ces devinettes attestent qu'en français, il n'y a pas de marque orale de séparation entre les mots. "Et les gants?" / "Élégant?" se prononcent de la même façon. Tous les mots à l'intérieur du groupe rythmique sont attachés, en particulier avec les phénomènes d'enchaînements et de liaisons. Ce qui rend la tâche d'identification des mots permettant la compréhension particulièrement difficile pour les oreilles non-natives, surtout si elles sont habituées dans leur propre langue à marquer le début des mots.

    Par exemple en anglais, "a nice man" / "an iceman" ne se prononcent pas de la même façon. Dans "an iceman", on marque le début du deuxième mot par un coup de glotte sur la voyelle.

 

    Il est donc particulièrement intéressant d'entraîner les étudiants à percevoir et à produire des groupes rythmiques en français, même très courts, à l'intérieur desquels les mots sont attachés. Les devinettes de faire-part me semblent constituer alors un support adéquat.

 

    Pour ce diaporama, j'ai sélectionné des devinettes simples, en suggérant plusieurs réponses possibles (sur une seule des deux pistes, si on souhaite ne pas les entendre), puis en illustrant simplement la réponse. Commencez par lire la liste des prénoms proposés...

 

 

Paloma, 8 ans, a inventé la devinette suivante avec le prénom d'une fille de l'école :

Monsieur et Madame TARTINE ont une fille. Comment s'appelle-t-elle?

Kimberley ! Kimberley TARTINE. (Qui m(e) beurre les tartines?)

 

Solutions du diaporama :

 

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2014

[œj]

 

    C'est une finale de mot que les étudiants n'aiment généralement pas du tout... Elle n'est pourtant pas si fréquente en français, mais elle est présente dans des mots utiles comme un œil, une feuille, un portefeuille, l'accueil et un mille-feuille pour les gourmands.

Mais aussi pour être presqu'exhaustif : le seuil, un fauteuil, un cercueil, le deuil, un recueil, il cueille, un clin d'oeil, un trompe-l'oeil, l'orgueil, le cerfeuil, le chèvrefeuille, il faut qu'elle veuille, un chevreuil (un bouvreuil), un écureuil.

    Il faut dire que les graphies - EUIL / - ŒIL / - UEIL, ne sont pas faites pour calmer les esprits...

 

    Voici de quoi s'entraîner à produire [œj]...

 

 

 

 

 

L'écureuil et la feuille, de Maurice Carème.      [lEkyˈʁœj / elaˈfœj / dŒ *mOˈʁis kaˈʁɛm

 

Un écureuil, sur la bruyère,              [ɛ̃nEkyˈʁœj / syʁlabʁɥiˈjɛʁ

Se lave avec de la lumière.             [sŒˈlav / avɛkdŒlalyˈmjɛʁ

 

Une feuille morte descend,            [ynfœjˈmɔʁt dEˈsɑ̃

Doucement portée par le vent.      [dusŒˈmɑ̃ pɔʁˈte paʁlŒˈvɑ̃

 

Et le vent balance la feuille          [elŒˈvɑ̃ baˈlɑ̃s laˈfœj

Juste au dessus de l'écureuil;      [ʒystOdŒˈsy dŒlEkyˈʁœj

 

Le vent attend, pour la poser,     [lŒˈvɑ̃ a'tɑ̃ puʁlapO'ze

Légèrement sur la bruyère,        [lEʒɛʁˈmɑ̃ syʁlabʁɥiˈjɛʁ

 

Que l'écureuil soit remonté        [kŒlEkyˈʁœj  swaʁŒmõˈte

Sur le chêne de la clairière        [syʁlŒˈʃɛn dŒlaklEˈʁjɛʁ

 

Où il aime à se balancer           [uiˈlɛm asŒbalɑ̃ˈse

Comme une feuille de lumière. [kɔmynˈfœj dŒlyˈmjɛʁ]

 

 

 

Posté par fonetiks à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2014

Un héros de cartoon avec un french accent

 

    Pour beaucoup d'Anglo-Américains, l'accent français en anglais est représenté par un des héros des dessins animés de la Warner Bros : Pepé Le Pew.

(Pépé le Putois dans sa version française, qui a alors un accent de latin lover... italien !)

Précision zoologique : Pepé Le Pew est une moufette - comme Fleur dans Bambi, un animal qui n’existe qu’en Amérique du Nord… et pas en France !

Amusez-vous à imiter les caractéristiques phonétiques de l'accent français en anglais !

 

 

Chérie, chérie, je t'aime... I want to tell you I love you so, I can't pretend that I don't you know.... Do not say it's in vain...

Oh hello there ! I am so glad you could come ! You have never look more ravishing ! Do you mind waiting just for one minute, golden girl? While I slip into something more comfortable? Intimate, no? All right, I'm quite ready. Sit down darling !

 

 

(in Enseigner la prononciation du français : questions et outils, Paris : Hachette, 2007, pp.86-87)

La faculté d’imitation peut s’exercer dans de nombreuses activités de classe, dans la langue maternelle et ses accents régionaux, ses accents étrangers, et dans la nouvelle langue, en entraînant la souplesse de l’ego et la souplesse vocale.

Activités

Objectif : Corriger par l’imitation de l’accent français en langue maternelle (quand cet accent est familier), les caractéristiques suprasegmentales (rythme, intonation, accentuation) d’une production en français.

Support : Une phrase d’une longueur moyenne, facile à mémoriser, ou n’importe quelle production orale susceptible d’être corrigée (exemple : Je vais à la bibliothèque cet après midi).

Mise en oeuvre : Produire la même phrase traduite dans la langue maternelle mais marquée d’un énorme accent de touriste français (par exemple en anglais : I am goiiiing to the libraryyy zis afternoooon). Juste après, produire la phrase en français. Conclure qu’il est important d’ « entrer » dans la musique de la langue.

 

 

 

Posté par fonetiks à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2014

Jours, mois et saisons...

 

    Pour continuer sur l'expression du temps, Cléo, Nina et Paloma ont enregistré le nom des jours de la semaine ainsi que des mois et saisons de l'année.

Le diaporama ci-dessous est un exercice de répétition, en patrons d'échelons progressifs à gauche et / ou à droite, sans support écrit (les mots apparaissent après - ou avant leur écoute / répétition). On entend une jolie touche provençale dans la prononciation de Paloma quand elle dit "samedi" en 3 syllabes, là où les parisiennes Cléo et Nina prononcent le mot en 2 syllabes "sam(e)di".

Exemple1 : Lundi, le lundi, tous les lundis, ...

Exemple2 : Janvier, en janvier, en janvier prochain, ...

Exemple3 : Le printemps, ce printemps, le printemps dernier, ...

 

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]