12 mai 2014

Les listes de Cléo : dire l'heure

 

 

   Cléo, Nina et Paloma ont voulu enregistrer une nouvelle (longue) liste répondant à la question : Quelle heure est-il?

Deux façons de s'entraîner avec ce diaporama :

1. RÉPÉTER les énoncés APRÈS Cléo, Nina et Paloma ;

2. LIRE L'HEURE dès le "bip" et comparer ENSUITE avec l'enregistrement...

   Attention, c'est assez rapide !

Voici la première partie : les heures du matin.

 

 

 

 

Quelle heure est-il ?   [kElœʁE'til
Le matin. "C'est l'heure de se lever".    [lŒma'tɛ̃ / sElœʁdŒsŒlŒ've
Debout ! C'est l'heure de se lever.   [dŒ'bu / sElœʁdŒsŒlŒ've
Sept heures.   [sE'tœʁ
Sept heures et quart. Il est sept heures et quart.   [sEtœʁE'kaʁ / ilEsEtœʁE'kaʁ
Sept heures et d(e)mie.    [sEtœʁE'dmi
Huit heures moins l(e) quart.    [ɥitŒʁmwɛ̃lˈkaʁ
Huit heures.   [ɥiˈtŒʁ
Huit heures vingt.   [ɥitŒʁˈvɛ̃
Huit heures et demie.   [ɥitŒʁE'dmi
Neuf heures moins vingt.    [nŒvŒʁmwɛ̃ˈvɛ̃
Neuf heures.    [nŒˈvŒʁ
Neuf heures vingt cinq.    [nŒvŒʁvɛ̃'tsɛ̃k
Neuf heures et demie.    [nŒvŒʁE'dmi
Dix heures moins vingt cinq.    [dizŒʁmwɛ̃vɛ̃'tsɛ̃k
Dix heures.    [di'zŒʁ
Dix heures cinq.    [dizŒʁ'sɛ̃k
Dix heures et d(e)mie.    [dizŒʁE'dmi
Onze heures moins cinq.    [õzŒʁmwɛ̃'sɛ̃k
Onze heures.    [õ'zŒʁ
Onze heures dix.    [õzŒʁ'dis
Onze heures et d(e)mie.    [õzŒʁE'dmi
Midi moins dix.    [midimwɛ̃ˈdis
Midi.    [miˈdi
Midi et quart.    [midiEˈkaʁ
Midi et d(e)mie.    [midiE'dmi
J'ai faim ! C'est l'heure de déjeuner.    [ʒEˈfɛ̃ / sElŒʁdŒdEʒŒˈne
Une heure moins l(e) quart.    [ynŒʁmwɛ̃l'kaʁ
Une heure.    yˈnŒʁ]

 

 

 Deuxième partie : les heures de l'après-midi, du soir et de la nuit...

 

 Attention ! Pour les heures de l'après-midi, deux solutions : soit "Une heure et demie", soit "13 heures 30". "*13 heures et demie" n'est pas possible.

 "Dans le français contemporain coexistent deux manières de dire l'heure (...), manières qui naguère encore étaient très inégales socialement et culturellement. La première, longtemps la seule admise en société "distinguée", et la seule utilisée par la littérature, divise les vingt-quatre heures de la journée en deux fois douze, et compte chaque fois de zéro à douze en précisant du matin pour le premier groupe, de l'après-midi ou du soir pour le deuxième : trois heures du matin, onze heures et demie du soir, etc. Quand le contexte est suffisamment clair, on s'abstient de préciser s'il s'agit du matin ou du soir. Il n'y a pas de zéro heure ni de douze heures, qui sont respectivement minuit et midi. (...)
 La deuxième méthode est infiniment plus logique et plus commode. Elle nomme les heures de zéro à vingt-quatre, et les minutes de zéro à soixante (...) C'est une méthode ingénieuse, d'origine technique et d'un emploi qui fut longtemps exclusivement administratif. Elle avait cours surtout à propos des horaires de chemin de fer : "l'express de vingt-deux heures quarante"(...) Aussi n'était-il pas rare qu'on jugeât que se servir d'elle, en dehors de ce contexte ferroviaire, c'était user d'un français de "chef de gare" (...)
 Mais comme beaucoup de façons de s'exprimer qui passent ou qui passaient pour "vulgaires", elle se répand rapidement dans l'ensemble du corps social. Elle s'est déjà assuré une sorte d'exclusivité pour tout ce qui présente un caractère officiel, public ou semi-public. "Vernissage à 18h30". Même dans le cadre d'activités purement privées, dès lors qu'elles revêtent un caractère collectif ou si peu que ce soit de solennité, c'est le système moderne de préciser les heures qui l'emporte. "Le docteur X vous propose un rendez-vous à 14h30". L'ancien système ne garde plus comme champ d'application que l'aire de l'intimité : "Nous ne dînons jamais avant neuf heures". (Répertoire des délicatesses du français contemporain, R. Camus, Points, P.O.L. Editeur, 2000).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle heure est-il ?   [kElœʁE'til
L'après-midi    [lapʁEmiˈdi
Une heure. Treize heures    [yˈnŒʁ / tʁE'zŒʁ]
Une heure et demie. Treize heures trente.    [ynŒʁE'dmi / tʁEzŒʁ'tʁɑ̃t
Deux heures moins le quart. Treize heures quarante cinq.

[døzŒʁmwɛ̃lˈkaʁ / tʁEzŒʁkaʁɑ̃tˈsɛ̃k
Deux heures. Quatorze heures.
   [døˈzŒʁ / katɔʁˈzŒʁ
Deux heures vingt. Quatorze heures vingt.
[døzŒʁˈvɛ̃ / katɔʁzŒʁˈvɛ̃
Deux heures et demie. Quatorze heures trente. [døˈzŒʁE'dmi / katɔʁzŒʁ 'tʁɑ̃t
Trois heures moins vingt. Quatorze heures quarante.  [tʁwazŒʁmwɛ̃ˈvɛ̃ / katɔʁˈzŒʁka'ʁɑ̃t
Trois heures. Quinze heures.  [tʁwaˈzŒʁ / kɛ̃ˈzŒʁ
Trois heures vingt cinq. Quinze heures vingt cinq.  [tʁwazŒʁvɛ̃tˈsɛ̃k / kɛ̃zŒʁvɛ̃tˈsɛ̃k
Quatre heures. Seize heures.   [kaˈtʁŒʁ / sɛˈzŒʁ
Cinq heures moins vingt cinq. Seize heures trente cinq.   [sɛ̃ˈkŒʁmwɛ̃ˈvɛ̃tˈsɛ̃k / sɛˈzŒʁ'tʁɑ̃t'sɛ̃k
J'ai faim. C'est l'heure de goûter. [ʒE'fɛ̃ /sELœʁdŒguˈte
Cinq heures. Dix-sept heures.   [sɛ̃ˈkŒʁ / disɛˈtŒʁ
Cinq heures dix. Dix-sept heures dix.   [sɛ̃kŒʁ'dis / disɛtŒʁ'dis
Six heures. Dix-huit heures.    [siˈzŒʁ / dizɥiˈtŒʁ
Sept heures moins dix. Dix-huit heures cinquante.   [sE'tœʁmwɛ̃dis / dizɥiˈtŒʁsɛ̃kɑ̃t
Le soir...    [lŒˈswaʁ
Sept heures. Dix-neuf heures.   [sE'tœʁ / diznŒˈvŒʁ
Sept heures cinq. Dix-neuf heures cinq.   [sEtœʁˈsɛ̃k / diznŒvŒʁˈsɛ̃k
Huit heures. Vingt heures.   [ɥiˈtŒʁ / vɛ̃ˈtŒʁ 
J'ai faim. C'est l'heure de dîner.  [ʒE'fɛ̃ /sELœʁdŒdiˈne
Neuf heures moins cinq. Vingt heures cinquante cinq.   [nŒˈvŒʁmwɛ̃ˈsɛ̃k / vɛ̃ˈtŒʁsɛ̃kɑ̃tˈsɛ̃k
Neuf heures. Vingt-et-une heures.    [nŒˈvŒʁ / vɛ̃tEyˈnŒʁ
Je suis fatigué. C'est l'heure de se coucher.   [ʒŒsɥifati'ge /sELœʁdŒsŒkuˈʃe
Neuf heures et demie. Vingt-et-une heures trente.  [nŒvŒʁE'dmi / vɛ̃tEyˈnŒʁ'tʁɑ̃t
La nuit...    [la'nɥi
Dix heures. Vingt-deux heures.    [di'zŒʁ / vɛ̃ndøˈzŒʁ
Dix heures et quart. Vingt-deux heures quinze.  [dizŒʁEˈkaʁ / vɛ̃ndøzŒʁˈkɛ̃z
Onze heures. Vingt-trois heures.    [õ'zŒʁ / vɛ̃ntʁwaˈzŒʁ
Onze heures vingt. Vingt-trois heures vingt.   [õ'zŒʁvɛ̃ / vɛ̃ntʁwaˈzŒʁvɛ̃
Minuit. L'heure du crime...   [mi'nɥi / lœːʁdyˈkʁim
Minuit et demie.   [minɥiE'dmi
Une heure du matin.   [ynŒʁdymaˈtɛ̃
Deux heures du matin.  [døzŒʁdymaˈtɛ̃
Trois heures du matin.   [tʁwazŒʁdymaˈtɛ̃
Quatre heures du matin.   [katʁŒʁdymaˈtɛ̃
Cinq heures du matin.   [sɛ̃kŒʁdymaˈtɛ̃
Six heures du matin.    [sizŒʁdymaˈtɛ̃
Sept heures du matin.  [sEtœʁdymaˈtɛ̃
Debout ! C'est l'heure de se lever.   [dŒ'bu / sElœʁdŒsŒlŒ've

 

 

 

Posté par fonetiks à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 mars 2014

Un apport de la suggestopédie : la musique !

   

    La suggestopédie est une approche pédagogique développée en Bulgarie dans les années 1960-1970, fondée sur les techniques de suggestion (c'est l'époque de la guerre froide, des espions conditionnés, et des possibilités inexplorées du cerveau...). Imaginée et développée par l'éducateur et psychiatre bulgare Georgi Lozanov (1926-2012), elle a été à l'origine utilisée comme méthode d'enseignement général dans des écoles primaires. Cette approche "non-analytique" (on dit aussi "non-conventionnelle") a fait naître de grands enthousiasmes et d'intenses polémiques... Avec le recul, certains excès de la méthode - en particulier les postulats infondés ou trop insuffisamment justifiés - peuvent aujourd'hui faire sourire. Mais c'est l'exploitation de la musique par la méthode pour des raisons phonétiques qui nous fait l'évoquer ici.

Georgi LOZANOV

    Quelques sources ...

• Par un des promoteurs de l'approche :
LEREDE, Jean, La suggestologie, Que sais-je?, n° 2072 (non réédité).

• Un dossier promotionnel sous forme d'entretiens :
http://www.la-positive-attitude.com/ebookgratuit/suggestopedie.pdf

• Le rapport d'évaluation de l'Unesco réalisée à la demande de la Bulgarie en 1980  :
http://unesdoc.unesco.org/images/0004/000433/043398fo.pdf

• en anglais et vers les sites officiels :
http://www.suggestopedia.eu/

 

    En 1999, le très sérieux Centre International d'Etudes Pédagogiques (CIEP) avait mis en ligne un intéressant article de Marie Galloway-Bussy intitulé Les fondements de la suggestologie lozanovienne, malheureusement disparu mais dont je reproduis ici quelques extraits.

« Pour Lozanov, le but de la suggestologie est "d'explorer l'individu dans toute la variété et la complexité de ses interrelations avec son environnement"; la suggestologie s'intéresse particulièrement à "tout ce qui reste inaperçu, insuffisamment conscient ou totalement inconscient".
L'attitude est un phénomène complexe relevant à la fois du conscient et de l'inconscient. Selon Lozanov, on peut former, élaborer l'attitude de manière consciente en parvenant à agencer consciemment et suggestivement les éléments inconscients qui concourent à sa formation de façon suggesto-cybernétique. Il s'agit d'organiser systématiquement et rationnellement l'input qui pénètre dans l'inconscient, mais en l'agençant de telle manière qu'il y pénètre de façon suggestive et non rationnelle. De là dépend l'efficacité de la démarche.
L'inconscient n'est pas seulement une "informatique", il "entrepose" les capacités humaines en réserve ; l'attitude n'est pas seulement le produit de l'information accumulée et élaborée intérieurement, elle est la clé de l'"activation des réserves du cerveau humain".»

 

    Un article en ligne de l'Institut de Recherche sur l'Enseignement des Mathématiques (IREM) de l'Université de Franche-Comté, aujourd'hui également introuvable, donnait les informations suivantes :

« La méthode est basée sur l'idée que le cerveau (et particulièrement l'hémisphère droit) possède un grand potentiel inutilisé qui peut être exploité au moyen de la suggestion. L'apprentissage des langues peut être facilité en utilisant les capacités de réserve de la pensée inconsciente. Les blocages à l'apprentissage sont levés (utilisant des techniques de 'désuggestion') et l'on développe une attitude positive à l'égard de l'apprentissage de la langue ('resuggestion'). Lors de la première leçon, une large exposition à la langue étrangère est faite aux élèves. Le texte est traduit, il est ensuite lu à voix haute de manière dramatique sur un fond de musique classique. Le but est de créer une ambiance joyeuse de relaxation totale, dans laquelle l'apprentissage est fondu. Après un cours, on attend un sentiment d'euphorie - de bien-être. En utilisant une grande quantité de matériau linguistique, on suggère que l'apprentissage de la langue est aisé et naturel. Dans un cours ultérieur, les élèves utilisent le matériau linguistique dans diverses activités communicatives. L'attention est totalement porté sur la communication informelle, on ne s'arrête pas sur les erreurs grammaticales ni sur les erreurs de prononciation. Il est dit par cette approche que les élèves assimilent beaucoup plus vite dans une telle immersion que de manière traditionnelle.»

 

    Sans références précises, l'article de Wikipédia consacré à la Suggestopédie, donne les détails sybillins suivants :

« Les lectures sont faites sur fond de musique baroque avec un tempo  de 60 battements à la minute. Les morceaux d'information sont lus aux étudiants au rythme de 4, 8 ou 12 battements, 8 étant le plus fréquent.»

 

    Lors de son élaboration, l'application multimédia Speedlingua a explicitement fait référence à la suggestopédie pour justifier une assez longue activité d'écoute musicale au début de chaque session de travail. Devant la lassitude des utilisateurs, la durée de l'activité d'écoute s'est vue réduite, et la nature de la musique, au début très respectueuse des choix lozanoviens, laissée ensuite au quasi libre choix de l'utilisateur...

 

  

 

   Mon propos n'est ici ni de promouvoir ni de critiquer cette approche pédagogique dans ses fondements et ses mises en oeuvre en classe. A chacun de se faire une opinion !

   Ce que je retiens de l'approche et que je souhaite discuter maintenant, c'est l'idée de faire entendre de la parole sur un fond musical.

1. Nous avons déjà parlé dans ce blog des différences de traitement de l'information d'un message en langue étrangère entre les enfants et les adultes. Pour aller vite, on dira qu'à l'écoute d'un message en langue étrangère, les enfants vont le traiter auditivement - et le reproduire comme ils l'ont entendu ; alors que les adultes vont le traiter linguistiquement - et l'interpréter (et donc le déformer) suivant leur analyse linguistique, contrastive, orthographique ...

2. Autre information : les analyses cérébrales attribuent le traitement du langage à l’hémisphère gauche et plus précisement à l'aire de Wernicke dont le rôle serait d'identifier les syllabes et les mots. On attribue de la même façon le traitement de la musique aux aires auditives primaires (gyrus de Heschl) et associatives de l'hémisphère droit (lobe temporal droit). Il faut préciser que perception et production ne sollicitent pas les mêmes zones d'activité cérébrale. 

Comme illustration, voici une des affiches d'une campagne publicitaire de Mercedes Benz en 2011.

"Left brain : I am the left brain. I am a scientist. A mathematician. I love the familiar. I categorize. I am accurate. Linear. Analytical. Strategic. I am practical. Always in control. A master of words an language. Realisatic. I calculate equations and play with numbers. I am order. I am logic. I know exactly who I am."

"Right brain : I am the right brain. I am creativity. A free spirit. I am passion. Yearning. Sensuality. I am the sound of roaring laughter. I am taste. The feeling of sand beneath bare feet. I am movement. Vivid colors. I am the urge to paint on an empty canevas. I am boundless imagination. Art. Poetry. I sense. I feel. I am everything I wanted to be."

MBLeftbrainRightbrain

 

3. En phonétique, on distingue le niveau segmental (voyelles, consonnes, semi-consonnes) et le niveau suprasegmental (rythme, accentuation, intonation)... on pourrait dire les paroles (à gauche) et la musique (à droite) !

4. Ma pratique en classe m'a montré qu'on répète / imite d'autant mieux ce qu'on ne comprend pas. Autrement dit, on répète mieux un stimulus traité auditivement (musicalement? à doite) et non linguistiquement (à gauche).

 

   Faire entendre de la parole sur fond musical comme le préconise la suggestopédie peut donc sembler propice à stimuler l'écoute auditive (non linguistique) de la parole et favoriser ainsi une meilleure (re)production phonétique. C'est pour cette raison que plusieurs des exercices de répétition que j'ai proposés ici présentent un fond musical.

Jacques Prévert : Chanson

Jacques Prévert : Un beau matin

Charles Baudelaire : L'invitation au voyage

Paul Verlaine : La lune blanche

 

 

 En bonus, Pater Noster de Jacques Prévert (dans Paroles),
enregistré en musique par Serge Reggiani.

Notre Père qui êtes aux cieux              [nɔtʁŒ'pɛʁ / kiɛtzo'sjø
Restez-y                                               [ʁɛste'zi
Et nous nous resterons sur la terrre     [e'nu nuʁɛst(Œ)ʁõsyʁla'tɛʁ
Qui est quelquefois si jolie                   [kiE kɛlkŒ'fwa siʒO'li
Avec ses mystères de New York         [avɛksemistɛʁdŒ*nu'jɔʁk
Et puis ses mystères de Paris             [epɥisemistɛʁdŒ*pa'ʁi
Qui valent bien celui de la Trinité         [kival'bjɛ̃sŒlɥidŒla*tʁin'ite
Avec son petit canal de l’Ourcq           [avɛksõpŒtikanaldŒ*'lurk
Sa grande muraille de Chine               [sagʁɑ̃dmyʁajdŒ*'ʃin
Sa rivière de Morlaix                            [saʁivjɛʁdŒ*mɔʁ'lɛ 
Ses bêtises de Cambrai                      [sebEtizdŒ*kɑ̃'bʁɛ
Avec son Océan Pacifique                  [avɛksõnoseɑ̃ *pasi'fik
Et ses deux bassins aux Tuilleries      [esedøbasɛ̃o*tɥil'ʁi
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets [avɛksebõzɑ̃'fɑ̃ esemOvɛsy'ʒɛ
Avec toutes les merveilles du monde [avɛktutlemɛʁvɛjdu'mõd
Qui sont là                                          [kisõ'la
Simplement sur la terre                      [sɛ̃plŒmɑ̃syʁla'tɛʁ
Offertes à tout le monde                     [ɔfɛʁtatul(Œ)'mõd
Éparpillées                                          [epaʁpi'je
Émerveillées elles-même d’être de telles merveilles [emɛʁvEje ɛl'mɛm / dɛtʁŒdŒtɛlmmɛʁ'vɛj
Et qui n’osent se l’avouer                   [eki'no:z sŒla'vwe
Comme une jolie fille nue qui n’ose se montrer  [kɔmynʒOlifij'ny kin'o:zsŒmõ'tʁe
Avec les épouvantables malheurs du monde  [avɛklezepuvɑ̃tablŒmalœʁdy'mõd
Qui sont légion                                  [ki sɔ̃le'ʒjõ
Avec leurs légionnaires                     [avɛklœʁleʒjO'nɛʁ
Avec leur tortionnaires                      [avɛklœʁtɔsjO'nɛʁ
Avec les maîtres de ce monde          [avɛklemɛtʁŒdŒsŒ'mõd
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres  [le'mɛ:tʁ avɛklœʁ'pʁɛ:tʁ / lœʁ'tʁɛ:tʁ / elœʁ'ʁɛ:tʁ
Avec les saisons                               [avɛklesE'zõ
Avec les années                               [avɛkleza'ne
Avec les jolies filles et avec les vieux cons [avɛkleʒOli'fij eavɛklevjø'kõ
Avec la paille de la misère pourrissant dans l’acier des canons. [avɛkla'pajdŒlami'zɛʁ / puʁi'sɑ̃dɑ̃la'sjedeka'nõ]

 

 

 

Posté par fonetiks à 12:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 février 2014

Les listes de Cléo : la compilation !

 

 

Le 2 avril 2013 - Les Listes de Cléo (1)

   Cléo a 10 ans (bientôt 11). Sa soeur Nina a 14 ans (bientôt 15) et elles habitent à Paris. Elles travaillent bien à l'école et elles aiment travailler. Elles aiment aussi beaucoup lire, dessiner, tricoter, ... et aussi se faire enregistrer!

   Je leur ai demandé d'établir des listes. "Des listes de quoi?". "Des listes de ce que vous voulez !" Et nous nous retrouvons régulièrement pour enregistrer ces listes que nous avons appelées : "Les listes de Cléo".

   Que faire de ce matériel sonore?

   Phonétiquement, la liste est intéressante car elle favorise l'allongement de la syllabe accentuée, avec une intonation montante, tant que la liste continue (c'est la montée de continuation). Le dernier terme de la liste est normalement marqué par une intonation basse sur la dernière syllabe (finalité).

   La liste est un exercice de prononciation/répétition sur des champs lexicaux restreints, qui peut faire l'objet de plusieurs activités phonétiques de regroupement des items : par nombre de syllabes, par structure syllabique (ouverte ou fermée) de la syllabe accentuée, par voyelle accentuée, etc...

 

Les listes de Cléo : les pays

 

Le 3 avril 2013 - Les Listes de Cléo (2)

   Il existe pour le français de nombreux imagiers sonores sur le Net.

   Bon nombre de ces imagiers énoncent les mots avec un accent d'intensité porté sur la première syllabe des mots lexicaux : une 'VOIture, un 'CItron. On parle dans ce cas d'accent barytonique. C'est une façon de parler courante dans les média (et parfois chez les enseignants), dite aussi accent informatif (on cherche à maintenir l'attention de l'interlocuteur), à l'opposé d'un accent "naturel" dit narratif, de durée sur la dernière syllabe du groupe rythmique (on ne parlera pas ici de l'accentuation expressive, qui représente tout un domaine en soi).

   Cet accent barytonique marque la frontière des mots, normalement si peu marquée en parole spontanée. On n'entend jamais dans la vie : Il est venu / en 'VOIture. Mais : Ilestv(e)nu / envoituuure.

   Quand on enregistre des listes, qui ne varient que par le substantif, cet accent barytonique est fort tentant. J'en ai souvent fait l'expérience en écoutant les comédiens enregistrer en studio les exercices des manuels... et même ici en enregistrant Cléo et Nina!

   Tendez l'oreille et relevez cette nuance accentuelle lorsqu'elle apparaît - j'ai tenté de limiter l'apparition de l'accent barytonique dans l'enregistrement des listes de Cléo. Apprendre à reconnaître et à prononcer des mots en français avec un accent barytonique marquant la frontière entre les mots n'est pas une bonne habitude. Cela risque de poser des problèmes en compréhension orale quand, en parole spontanée, les frontières entre les mots auront fondu à l'intérieur des groupes rythmiques.

 

 

Le 9 avril 2013 - Les Listes de Cléo (3)

   Les animaux de Cléo et Nina. Avec sur la fin de l'inventaire de beaux exemples d'accent barytonique (voir messages précédents) alternés avec des allongements classiques.

 

 

Le 30 avril 2013 - Les Listes de Cléo (4)

   Pour présenter les couleurs, Cléo et Nina ont décrit leur boîte de feutres. Elles ont ajouté "la couleur..." avec la voyelle [œ], et "un feutre..." avec la voyelle [ø], deux voyelles qui représentent une difficulté pour de nombreux apprenants. De quoi s'entraîner !

 

 

 

Le 2 mai 2013 - Les Listes de Cléo (5)

   C'est devant le placard de vêtements de leurs parents que Cléo et Nina ont enregistré leur nouvelle liste : les vêtements ("... bah les habits !").


   À partir de cette liste, on peut proposer de regrouper les mots présentant la même voyelle accentuée. Par exemple [y] dans : un pull, des chaussures, un costume, un pull à capuche, une jupe, une ceinture,... Par exemple [ɔ̃] dans : un caleçon, un pantalon, des chaussons. Ou les mots qui finissent par la consonne [R] (cf. "La consonne [R] en français (1)) : des chaussures, un peignoir, un tailleur, un foulard, une ceinture.

   On peut aussi regrouper les mots par nombre de syllabes, par structure syllabique (syllabes accentuées ouvertes ou fermées),...

[le'listŒdŒ *kle'o // lEvɛtmɑ̃ //lEzabi
ɛ̃'pyl // ynʃŒ'miz // ɛ̃ti'ʃœːʁt // ɛ̃'slip // ɛ̃kal'sõ // ɛ̃mɑ̃'to // ɛ̃paʁa'plɥi // dEʃO'syʁ // dEʃO'sɛt // ynkʁa'vat // yn'vɛst // ɛ̃kOs'tym // ɛ̃pɑ̃ta'lõ // ɛ̃pO'lo // ɛ̃pylaka'pyʃ // ɛ̃bO'nE // yne'ʃaʁp // ɛ̃piʒa'ma // ynʃŒmizdɶ'nɥi // ɛ̃pE'ɳwaʁ // ɛ̃ʃŒmi'zje // yn'ʒyp // yn'ʁɔb // ɛ̃ta'jœːʁ // ɛ̃sutjɛ̃'gɔːʁʒ // ynky'lɔt // dEkO'lɑ̃ // ɛ̃saka'mɛ̃ // ɛ̃ʃa'po // ɛ̃fu'laʁ // dEbas'kɛt // ɛ̃'ʤin // ynsɛ̃'tyʁ // dEʃO'sõ //dEsɑ̃'dal // dE'bɔt // dE'gɑ̃ //]

Les listes de Cléo : les vêtements

 

 

Le 3 mai 2013 - Les Listes de Cléo (6)

   Voici une liste des moyens de transport proposée par Cléo et Nina. Et si l'usage fait que l'on se déplace EN transport, il faudrait distinguer les véhicules fermés dans lesquels on monte (EN voiture, En bus, ...) et les véhicules ouverts que l'on chevauche (À cheval, À vélo, ...). Mais Nina n'échappe pas à la force de l'usage ....

Avec des extraits de La complainte de l'heure de pointe de Joe Dassin, et En rentrant de l'école de Prévert et Kosma, interprété par les Frères Jacques.

[lE'listŒdŒ *kle'o // lEtʁɑ̃s'pɔʁ //
a'pje / a'pje // lŒ'bys / ɑ̃'bys // lŒme'tʁo / ɑ̃me'tʁo //  lavwa'tyʁ / ɑ̃vwa'tyʁ // lŒtak'si / ɑ̃tak'si // lŒve'lo / ɑ̃ve'lo / ɑ̃ve'lo u ʔave'lo // lŒʁO'lœʁ / ɑ̃ʁOl'œʁ / ɑ̃ʁOl'œʁ u ʔaʁO'lœʁ // latʁoti'nɛt / ɑ̃tʁoti'nɛt / ɑ̃tʁoti'nɛt u ʔatʁoti'nɛt // lŒ'skɛɪt / ɑ̃'sket / ɑ̃'skɛɪt u ʔa'skɛɪt // lamo'to / ɑ̃mo'to / ɑ̃mo'to u ʔamo'to // lŒsku'tœʁ / ɑ̃sku'tœʁ / ɑ̃sku'tœʁ u ʔasku'tœʁ // la'vjõ / ɑ̃na'vjõ // lŒ'tʁɛ̃ / ɑ̃'tʁɛ̃ // lŒtʁa'mwɛ / ɑ̃tʁa'mwɛ // lŒ'kaʁ / ɑ̃'kaʁ // lŒteʒe've / ɑ̃teʒe've // lŒba'to / ɑ̃ba'to // ]

Les listes de Cléo : les transports

 

Posté par fonetiks à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 novembre 2013

Une liste de Paloma : dans le lave-vaisselle...

 

    Avec Paloma, nous avons enregistré une liste de ce qu'on met dans un lave-vaisselle.

    Mais en chemin, nous nous sommes un peu égarés, en nommant plutôt ce qui se trouvait sur la table du dîner... Ainsi avons-nous intégré à cette liste : la serviette et le dessous de plat... qui n'ont pas grand chose à faire dans un lave-vaisselle !

 

 

 

Posté par fonetiks à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2013

Au feu ! Au fou !

 

    Les voyelles [ø] (comme bleu) et [u] (comme rouge) posent souvent des problèmes, en particulier aux apprenants japonais, qui assimilent ces deux voyelles du français au [ɯ] du japonais.

    Certains apprenants parviennent à profiter des contextes facilitants, en maîtrisant d'abord les mots en [øːz] (amoureuse, sérieuse, dangereuse...) et en [uːʒ] (rouge, bouge).

    Et c'est après la consonne [f], difficile aussi pour les japonais, que se trouvent ces voyelles dans la paire minimale "Au feu !", "Au fou !", opposition sur laquelle Raymond Devos a construit la petite histoire suivante, que j'ai légèrement adaptée à la pratique phonétique (en marquant les groupes rythmiques, en favorisant les allongements des voyelles travaillées) :

 


Dans la rue, j'entends quelqu'un qui crie "Au feu !".
Je me précipite et  je vois qu'il n'y avait pas l(e) feu.
Comme celui qui avait crié "Au feu !" continuait de crier "Au feu !",
moi j'ai crié "Au fou !".

Alors le fou qui avait crié "Au feu !",
quand il a entendu que je criais "Au fou !", il a mis l(e) feu ....
pour ne pas passer pour un fou.

Quand j'ai vu que le fou avait mis le feu, j'ai crié "Au feu !"
Alors le fou a éteint l(e) feu !
Comme il n'y avait plus d(e) feu,
et que je continuais de crier "Au feu !" comme un fou,
c'est moi qu'on a enfermé !

Alors maint(e)nant, on peut bien crier "Au feu !",
je m'en fous !

 Vous pouvez retrouver la version originale de Raymond Devos, ici.

 

 

Posté par fonetiks à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 octobre 2013

Pratique rythmique : les tables de multiplication

 

   Chose promise, chose due : nous allons parler de rythme en observant la récitation des tables de multiplication.

bracelets

   Comme j'ai voulu faire des petits dessins pour illustrer le rythme, une partie du texte ci-dessous est en photo (cliquer dessus pour agrandir). Mes choix de dessins méritent quelques explications. Les flèches verticales correspondent au rythme musical, ce qu'on tape sur la table ou du pied quand on marque physiquement le rythme. Cette pulsation est placée au début de la syllabe. J'ai représenté les groupes rythmiques comme de grands rectangles, découpés en syllabes (mais il n'y a pas d'espaces entre les syllabes, donc ce ne sont pas de petits carrés juxtaposés) avec la dernière syllabe plus longue : la syllabe accentuée. (J'ai utilisé le même type de représentation dans Phonétique Progressive Débutant, CLE International). J'ai ajouté pour finir une portée musicale pour illustrer le rythme de chaque opération.

 

   Cette façon de scander les tables de multiplication est propre au français et correspond bien sûr à ses règles d'accentuation : la dernière syllabe du groupe rythmique porte la marque rythmique. Le résultat de la multiplication doit donc être énoncé de façon à ce que la dernière syllabe tombe sur la pulsation... ce qui laisse moins de temps pour réfléchir quand le résultat comporte plusieurs syllabes !

Mult1

Mult2

 

   Voici Paloma et Louis qui récitent quelques tables de multiplication. Je ne leur ai donné aucune consigne particulière.

 

Rythme : les tables de multiplication

 

  *** À vous ! ***

   Et dans votre langue, comment rythme-t-on la récitation des tables de multiplication? Enregistrez-vous, seul(e) ou à plusieurs, en train de réciter vos tables, en rythme. Choisissez une table dont les résultats comportent plusieurs syllabes :) Parlez près de vos micros et envoyez-moi vos mp3, en précisant votre prénom et votre langue. Je les mettrai en ligne dans ce message au plus vite.

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Voici les tables de 6 et des 8, en italien.

Merci à Katia qui a envoyé cet enregistrement que j'ai monté.

Comparez le rythme des tables de multiplication en italien ... et en français dans le message ci-dessous !

Et voici une équipe qui récite les tables des 6 et des 8 en espagnol !

Merci à Manuela, Maria et Amaru pour cet enregistrement.

Ici encore, comparez le rythme des tables en espagnol et en français.

Tables de multiplication ... en espagnol

 

   Nous continuons notre exploration de la variété rythmique des langues grâce à la récitation des tables de multiplication.

   Merci à Gueorgui pour cet enregistrement des tables (toujours les 6 et les 8) en bulgare. Quelle jolie scansion !

 

Tables de multiplication ... en bulgare

 

Reina nous envoie un enregistrement de la façon dont on récite les tables de multiplication en groupe à l'école (toujours les 6 et les 8) : "une version japonaise (du nord... on peut dire... je pense...)." Du rythme et de la mélodie !

   Merci Reina !

Tables de multiplication ... en japonais

 

   

   Lorsqu'on traite du rythme des tables de multiplication en français, on ne peut éviter de penser à un sketch de l'acteur humoriste Jacques Bodoin précisément intitulé : La table de multiplication. L'argument de ce sketch, qui a connu un vif succès dans les années 70, est simple : autant il est facile de se rappeler la musique des tables de multiplication en français (rythme et mélodie), autant il est difficile de se rappeler des paroles !

    En m'entendant enregistrer des tables de multiplication, mon cher Georges Boulakia de l'université de Paris7 a aussitôt évoqué ce fameux sketch !

    En voici les extraits qui nous intéressent :

 

  - Nous vous écoutons !
Ben il dit :  - C'est parfait ! Alfred !
- M'sieur ?
- Alfred ! Table de multiplication par 2 pour monsieur l'inspecteur !
- Oui M'sieur ! 2 fois 1, 2 ; 2 fois 2, 4 ; ...
- Un virtuose ! Le Paganini de l'arithmétique !
L'inspecteur lui dit : - C'est épatant !
[•••]
- Philibert !
- M'sieur?
- Philibert ! Table de multiplication par 3 pour monsieur l'inspecteur !
- Voui M'sieur ! C'est comme si vous l'aviez ! C'est parti mon kiki ! 3 fois 1, 4 ; mais c'est tout récent, ça ! Hé bien moi je ne le savais pas non plus, donc vous voyez que... ça vient de sortir... c'est une surprise pour tout le monde ! 3 fois 2, ... (passez-moi le boulier !) 7 ! Ah oui je sais, tout augmente ! 3 fois 3, nous passons rapidement ; 3 fois 4, à quoi bon insister ; et nous arrivons déjà à 3 fois 5...
- Ça suffit ! Asseyez-vous ! Arrêtez le carnage ! D'ailleurs je voudrais bien interroger un peu les bancs du fond !
Il dit : - Comment vous appelez-vous?
- Qui, moi ? Je m'appelle Ernes(t).
Il dit : - Ernes(t), vous m'avez l'air particulièrement doué... Voulez-vous nous dire je vous prie la table de multiplication par 7 ?
- 5, 4, 3, 2, 1, 0, lâchez tout, ils sont partis ! .....
7 fois 1, 7. Tiens, ça m'a échappé ! .....
Vous savez, plus moderne, vous ne trouverez pas !
- Ecoutez mon jeune ami, je regrette /
- Moi aussi, on ne va pas faire le réveillon là-dessus, non ! C'est la table et puis c'est marre. Seulement c'est toujours pareil, je ne sais pas ce qui se passe, la musique ça va, ça, la musique, je m'en rappelle au poil ! Mais c'est ces cochonneries de paroles, ça m'énerve !

 

     Vous pouvez entendre l'intégralité du sketch (7'25'') ici.

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2013

Morceaux choisis (4)

  

   Vous pouvez accéder aux précédents "morceaux choisis" en cliquant directement sur :

 

Demain dès l'aube (Victor Hugo) / Déjeuner du matin (Jacques Prévert)

Le chat et le soleil (Maurice Carême)

Locataires (Jean-Luc Moreau)

La lune blanche (Paul Verlaine)

L'invitation au voyage (Charles Baudelaire)

Chanson (Jacques Prévert)

Faune (Norge)

De tous les animaux... (Nicolas Boileau)

Mon rêve familier (Paul Verlaine)


 

 

Un beau matin - Jacques Prévert

 Les tableaux sont de René Magritte, la musique de Philippe Glass.

 

Un beau matin - Jacques PRÉVERT (Histoires et d'autres histoires)

[ɛ̃boma'tɛ̃   *ʒak pʁevɛʁ]

Il n’avait peur de personne           [ilnavE'pœʁdŒpɛʁ'sɔn 
Il n’avait peur de rien                      ilnavE'pœʁdŒ'ʁjɛ̃
Mais un matin un beau matin         mɛzɛ̃ma'tɛ̃  ɛ̃boma'tɛ̃
Il croit voir quelque chose              ilkʁa'vwaʁ kɛlkŒ'ʃoːz
Mais il dit Ce n’est rien                  mEzil'di sŒnE'ʁjɛ̃
Et il avait raison                             eilavɛʁE'zõ
Avec sa raison sans nul doute       avɛksaʁE'zõ   sɑ̃nyl'dut
Ce n’était rien                                sŒnEtɛ'ʁjɛ̃
Mais le matin ce même matin       mElŒma'tɛ̃  sŒmɛmma'tɛ̃
Il croit entendre quelqu’un            ilkʁatɑ̃'tɑ̃ːdʁ  kɛl'kɛ̃
Et il ouvrit la porte                         eiluvʁila'pɔʁt
Et il la referma en disant Personne  eillaʁŒfɛʁma  ɑ̃dizɑ̃ pɛʁ'sɔn
Et il avait raison                             eilavɛʁE'zõ
Avec sa raison sans nul doute       avɛksaʁE'zõ  sɑ̃nyl'dut
Il n’y avait personne                      ilniavɛpɛʁ'sɔn
Mais soudain il eut peur                mEsu'dɛ̃  ily'pœʁ      
Et il comprit qu’il était seul            eilkõpʁi kilEtɛ'sœl
Mais qu’il n’était pas tout seul      mEkilnEtɛpatu'sœl
Et c’est alors qu’il vit                    esEta'lɔʁ kil'vi
Rien en personne devant lui.       ʁjɛ̃ ɑ̃pɛʁ'sɔn  dŒvɑ̃lɥi]

 

 

Comment identifier les contenus phonétiques d'un document ?

Il est plus facile de travailler à partir d'une transcription phonétique présentant les groupes rythmiques (comme ci-dessus). Ce poème de Précert ne présente pas de ponctuation et comme pour tous les documents, on doit commencer par indiquer les groupes rythmiques minimaux. On observe ensuite en priorité les syllabes accentuées (les dernières syllabes des groupes rythmiques, portant le signe diacritique ' avant) : on peut relever la nature de la structure syllabique, la voyelle accentuée, les consonnes en position forte = à l'initiale de la syllabe accentuée... en cherchant ce qui est le plus présent.

Il y a des mots récurrents dans le poème qui se trouvent en syllabes accentuées : peur, personne, rien, matin, raison, sans nul doute, seul. On trouve aussi les mots : voir, entendre, quelqu'un, porte, en disant, soudain.

Il y a de quoi travailler ici (comme dans presque tous les documents) les voyelles nasales : [ɛ̃] matin, rien, quelqu'un, soudain ; [ɑ̃] entendre, en disant ; [õ] raison.

On peut aussi travailler l'opposition [voyelle orale + consonne nasale] ([ɔn], personne) vs. [voyelle nasale] ([õ], ).

On trouve plusieurs occurences de peur, seul, pour travailler [œ].

[ɔ] se trouve en syllabe fermée (comme toujours) : personne, porte, alors. [o] en syllabe ouverte (beau) mais aussi fermée (quelque chose).

Et l'expression sans nul doute offre, en syllabes fermées, une belle opposition syntagmatique [y] /[u] (comme pas du tout).

 

Pour les consonnes, on peut travailler (là aussi comme dans presque tous les documents) sur le [ʁ] dans toutes les positions : [ʁ] en finale absolue dans peur, voir, alors ; [ʁ] en finale de syllabe (+ consonne) dans personne, referma ; [ʁ] en initiale dans rien, raison referma ; consonne + [ʁ] dans croit, entendre, ouvrit, comprit[ʁ] intervocalique dans de rien, avait raison, sa raison...

 

Quelles sont les liaisons ? Mais-un matin, Mais-il dit, Il croit-entendre, C'est-alors. Mais attention ! Et#il, Rien#en personne.

Les enchaînements consonantiques? Il avait, il ouvrit, il eut, il était.

 

Posté par fonetiks à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2013

"Jurassic Park"

   Paloma vit dans un village de Provence où les cigales chantent fort en été. Et comme dit son père pour prévenir les amis parisiens de la variété de petites bêtes que l'on trouve autour et parfois dans la maison : "Ici, c'est Jurassic Park !"

   Paloma connaît le nom d'un bon nombre d'insectes... et elle a voulu en faire une liste : les insectes... et les petits animaux.

 

 

Une liste de Paloma - Les insectes

 
Les insectes... et les petits animaux !     [lezɛ̃'sɛkt elepŒtizani'mo
L'abeille,                                                  la'bɛj
la coccinelle,                                           lakOksi'nɛl
la guêpe,                                                 la'gɛp
la mouche,                                              la'muʃ
le moucheron,                                         lŒmuʃ'ʁõ
le moustique,                                          lŒmus'tik
l'araignée,                                               laʁE'ɲe
la sauterelle,                                           lasOt(Œ)ʁɛl
la cigale,                                                 lasi'gal
la fourmi,                                                lafuʁ'mi
la puce,                                                  la'pys
le puceron,                                             lŒpys'ʁõ
le pou,                                                    lŒ'pu
le cafard,                                                lŒka'fa:ʁ
la punaise,                                             lapy'nɛ:z
le frelon,                                                lŒfʁŒ'lõ
le taon,                                                  lŒ'tɑ̃
le bourdon,                                            lŒbuʁ'dõ
la libellule,                                             lalibE'lyl
la chenille,                                             laʃŒ'nij
le papillon,                                             lŒpapi'jõ
la mante religieuse,                               lamɑ̃t(Œ)ʁŒli'ʒjø:z
le ver de terre,                                       lŒvɛʁdŒ'tɛ:ʁ
le scorpion,                                            lŒskɔʁ'pjõ
l'escargot,                                              lɛskaʁ'go
le lézard,                                                lŒle'za:ʁ
la chauve-souris.                                   laʃofsu'ʁi]
 
 
 
 

Posté par fonetiks à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2013

Une liste de Paloma : les pièces de la maison

   

   Paloma a fait une liste des pièces de la maison et des principaux meubles qu'on y trouve. Attention aux articles, parfois au singulier parfois au pluriel...

   Que font ces listes de vocabulaire dans un blog consacré à la prononciation ?

   La liste est un genre phonétiquement très intéressant. L'allongement de la syllabe accentuée y est particulièrement présent (avec la montée intonative de continuation, jusqu'au dernier terme). A partir d'une liste, on peut  :

- regrouper les éléments de la liste suivant le nombre de syllabes,

- demander de produire des patrons d'échelon (croissant : mot de X syllabes, X+1, X+2, etc. - la chambre, la cuisine, la salle de bain, la salle à manger... ; décroissant : mot de X syllabes, X-1, X-2, etc. - la salle à manger, l'ordinateur, les placards, la porte...

- regrouper les éléments en fonction de la structure de la syllabe accentuée (syllabe ouverte = se termine par une voyelle phonétique - ex : le lit  [lŒ'li] ; syllabe fermée = se termine par une ou plusieurs consonne(s) phonétique(s) - ex : la porte [la'pɔʁt],

- regrouper les éléments de la liste suivant la voyelle accentuée, suivant la consonne accentuée...

- faire une dictée en Alphabet Phonétique International (des voyelles accentuées, de toutes les voyelles, de la syllabe accentuée...)

 

Une liste de Paloma - La maison

Les pièces de la maison...     [lepjɛsdŒlamE'zõ
 
... l'entrée,                               lɑ̃'tʁe
la cuisine,                               lakɥi'zin
le salon,                                  lŒsa'lõ
la salle à manger,                   lasalamɑ̃'ʒe
la chambre,                            la'ʃɑ̃bʁ
les toilettes,                            letwa'lɛt
la salle de bain,                      lasaldŒ'bɛ̃
le bureau,                               lŒby'ʁo
le balcon,                                lŒbal'kõ
la cave,                                   la'kav
l'escalier,                                lɛska'lje
le grenier, ...                           lŒgʁŒ'nje
... et les chaises,                    le'ʃɛz
la table,                                  la'tabl                              
le fauteuil,                              lŒfO'tœj
le lit,                                       lŒ'li
le canapé,                              lŒkana'pe
le banc,                                  lŒ'bɑ̃
la douche,                              la'duʃ
la baignoire,                           labE'ɲwaʁ
l'ordinateur,                            lɔʁdina'tœʁ
la cheminée,                          laʃŒmi'ne
la porte,                                 la'pɔʁt
les tapis,                                leta'pi
les armoires,                          lezaʁ'mwaʁ
les placards.                          lepla'kaʁ ]

Posté par fonetiks à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2013

C'est la rentrée !

   

    Et voici une nouvelle collaboratrice : Paloma, qui va bientôt avoir 8 ans. Paloma habite dans un petit village de Provence, mais elle n'a pas d'accent provençal (aucun de ses deux parents ne l'a). Tous les soirs, après l'école - elle est en CM2, elle fait son travail avec sa maman et en ce moment, elle apprend les tables de multiplication (nous verrons cela dans un futur message sur le rythme).

   Avec Paloma, nous avons enregistré du vocabulaire thématique (comme les Listes de Cléo : Les pays, Les fruits et les légumes, Les animaux, Les couleurs, Les vêtements, Les transports ).

   Et comme c'est la rentrée, Paloma a choisi de nous présenter une liste... du contenu de sa trousse !

 

Une liste de Paloma - Dans ma trousse...

 
 
 
 
 
Dans ma trousse...       [dɑ̃ma'tʁuːs          
... des crayons,             dekʁE'jõ
des stylos,                    desti'lo  
une gomme,                 yn'gɔːm
un taille-crayon,          ɛ̃tajkʁE'jõ
une règle,                    yn'ʁɛgl
des ciseaux,                desi'zo
de la colle,                   dŒla'kɔl 
des feutres,                  de'føːtʁ  
un compas,                  ɛ̃kõ'pa 
des crayons d(e) couleur,   dekʁEjõdku'lœːʁ   
du scotch,                    dy'skɔtʃ
des craies,                   de'kʁɛ 
une ardoise noire,       ynaʁdwaːz'nwaːʁ 
une ardoise blanche,   ynaʁdwaːz'blɑ̃:ʃ 
un pinceau,                  ɛ̃pɛ̃'so 
de la peinture.              dŒlapɛ̃'tyːʁ]
 
 
 

Posté par fonetiks à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]