30 avril 2008

L'Alphabet Phonétique International (API) ou International Phonetic Alphabet (IPA)

L'Alphabet phonétique International (crée en 1886 par deux enseignants de langue (Henry SWEET au Royaume Uni et Paul PASSY en France) a pour objectif de lier le son et l'écriture, sans référence à l'orthographe. Il est vrai que pour l'anglais comme pour le français, les orthographes sont très éloignées de la prononciation.

Quand l’"International Phonetic Association" est fondée en 1886, la principale préoccupation de ses membres est d’appliquer la théorie phonétique et la transcription phonétique à l’enseignement des langues.
La "Phonetic Teachers Association" et son journal -Dhe Fonètik Tîtcer- et l’"Association Phonétique des Professeurs de Langues Vivantes" ont fondé l'"International Phonetic Association" avec Henry SWEET en Grande Bretagne et Paul PASSY en France, illustrant un intérêt à la fois descriptif / contrastif et didactique.

Les phonéticiens impliqués dans cette organisation internationale, dont la plupart sont issus de l'enseignement des langues, ont beaucoup influencé le domaine, particulièrement sur les notions et pratiques suivantes :
- la forme parlée d'une langue est primordiale et doit être enseignée en premier ;
- les enseignants doivent avoir une formation solide en phonétique ;
- les élèves soivent suivre un entraînement phonétique pour établir de bonnes habitudes de prononciation.

Ces bons principes nous semblent toujours aussi valides aujourd'hui...

 

A la suite d'un commentaire d'un lecteur du blog, voici des liens pour les tableaux de l'API :

Le site officiel de l'Association Internationale de Phonétique : http://www.langsci.ucl.ac.uk/ipa/

Et le site du Laboratoire de Phonétique Expérimentale de l'Université de Turin qui a l'avantage de présenter des illustrations sonores (un peu inévitablement marquées d'italien) de chaque phonème. : http://www.lfsag.unito.it/ipa/index_fr.html

Enfin, pour contourner l'éternel problème de la compatibilité des polices IPA, il faut mentionner l'existence de la transcription SAMPA (Speech Assessment Methods Phonetic Alphabet) permettant l'usage des caractères classiques pour transcrire l'oral  : http://fr.wikipedia.org/wiki/Symboles_SAMPA

 

Posté par fonetiks à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 avril 2008

Paul PASSY

Paul_Passy_2
Paul PASSY (1859-1940) commence une carrière dans l’enseignement des langues à l’âge de 19 ans. Passionné par l’aspect pratique de l’étude de la langue, il perçoit l’importance de la phonétique dans l’enseignement des langues. Une de ses premières publications en 1897 est un ouvrage pédagogique de phonétique du français. Parmi les principes qu’il a aidé à formuler en 1888 pour l’alphabet de l’association, PASSY mit un accent particulier sur ceux qui pourrait aider l’enseignant, en particulier sur la simplicité de la forme des symboles et sur l'usage du nombre minimum de symboles nécessaires pour distinguer les différences distinctives entre les mots. Son intérêt concernant les méthodes d’enseignement l'amène à publier sur l'enseignement des langues dans le courant de la méthode directe (1899). Il a également été un farouche partisan d'un usage de la transcription phonétique pour l'apprentissage de la lecture en LM. La Petite phonétique comparée des principales langues européennes (1906), est un traité de phonétique destiné aux professeurs de langues vivantes, dans lequel on trouve une brève description du phonétisme français comparé essentiellement à l'anglais, l'allemand, l'espagnol, l'italien.
www.ling.su.se/fon/ phoneticians/Gubbar.html.


Posté par fonetiks à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Henry SWEET

Henry_Sweet_2
http://www.ling.su.se/fon/phoneticians/Henry_Sweet_2.jpg
Henry SWEET (1845-1912) est habituellement considéré comme le plus important des linguistes anglais du XIXème siècle et l'Alphabet Phonétique International a pour base originale sa transcription dite “broad Romic”. Son intérêt pour la transcription a dépassé le niveau segmental (voyelles et consonnes) puisqu'il introduit, en 1885, un système économique mais fonctionnel de notation de l’intonation, utilisant entre autres des marques en anglais devant les syllabes accentuées (marque qui sera incorporée plus tard dans l’alphabet de l'API).

Il était clair pour ces pionniers que l’enseignement de la prononciation devait être basé sur les mêmes principes que ceux sous-jacents à l’enseignement de la phonétique en tant que discipline. Pour Henry SWEET [SWEET, 1899], la prononciation ne peut s’apprendre par simple imitation, on doit apprendre à discriminer clairement entre les sons de la langue qu’on apprend et entre les sons étrangers et les sons de sa propre langue. Cela doit être fait par un entraînement auditif et articulatoire soigné.

A la même époque, l’usage de la transcription phonétique est promu comme un moyen de rappeler à l’élève quand utiliser les sons qu’il a appris à reconnaître et à produire. L’application stricte des méthodes phonétiques, impliquant un entraînement auditif rigoureux, un entraînement articulatoire, et l’usage des transcriptions phonétiques, était depuis longtemps accepté et largement utilisé particulièrement en Europe. Son succès dépendait du fait d’avoir des enseignants qui avaient eux-mêmes subi un entraînement phonétique rigoureux, et un des centres les plus influents a été le Département de Phonétique de University College à Londres. Daniel JONES, fondateur et longtemps directeur du département, soulignait en ces termes l’application de la phonétique à l’enseignement des langues [JONES, 1938] :

(traduction) "Le processus d'apprentissage de la prononciation d'une langue étrangère demande une 'analyse phonétique', qui à son tour forme les bases d'un 'entraînement phonétique'. 'L'analyse phonétique' doit spécifier avec suffisament de détails la nature des sons de la langue étrangère, et les usages de cette langue en matière de rythme, d'accent et d'intonation. 'L'entraînement phonétique' est la méthode pour amener l'élève à réaliser les actions nécessaires à la parole ; cela inclut :
(a) entraînement auditif (note de bas de page : par de fréquentes dictées de mots-sans-sens (logatomes) construits avec des sons de la langue étrangère) ;
(b) exercices des organes de la parole ;
(c) apprendre à utiliser les sons appropriés dans des mots et des phrases données ;
(d) apprendre à produire des séquences de sons avec un rythme, une accentuation et une intonation correctes."


Posté par fonetiks à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]