02 février 2015

Le Renard et la Cigogne... en API

 

 

    Il y a près de deux ans, j’ai mis en ligne sur ce blog un extrait du périodique : Le maître phonétique, de 1938 : « La fable de Pierre ». Cette adaptation en alphabet phonétique du conte normand de G. Demonge met en scène un enfant que l’on oblige à réciter la fable de La Fontaine « La cigale et la fourmi », ce qu’il fait de mauvaise grâce…

Pierre (très fort) : La cigale et la fourmi : La cigale ayant chanté Tout l’été, Se trouva fort dépoilue

La mère : Qu’est-ce que tu nous racontes ?  C’est « dépourvue » qu(e) c’est écrit.

Pierre : J’aime mieux dépoilue. Au moins, ça a un sens !

    J’avais constaté que ce message répondait à l’attente de nombreux internautes à la recherche de la transcription phonétique de la fable de La Fontaine. J’avais donc proposé quelques mois plus tard une transcription phonétique de la fable originale… sans pouvoir m’empêcher de questionner la tradition scolaire française qui fait apprendre par cœur aux enfants de 7 ans ces fables aujourd’hui si difficilement compréhensibles…

 

     Il y a quelques jours, j’ai vu « Maintenant ou jamais », film de Serge Frydman de 2013. Dans une scène du film, un petit garçon récite avec peine « Le Renard et la Cigogne ». Cela a suffi pour me faire réagir… et me donner l’envie de vous faire partager la scène… et la transcription phonétique de la fable !

 

Dans la scène du film, la récitation est en arrière plan d’une action principale silencieuse :

Le père : Vas-y, j(e) t’écoute.

L’enfant : Compère le Renard se mit un jour en frais, et retint à dîner commère la Cigogne. Le régal fût petit et sans beaucoup d'apprêts… Alors j’apprends la suite ?

Le père : Oui, vas-y, tu lis à partir de là…

L’enfant : en frais…  euh…. Le galant….. pour toute …. bésogne… avait le brouet… clair. J(e) comprends rien !

Le père : …. Bon, reprends du début. Vas-y !

L’enfant : Compère le Renard se mit un jour en frais…

Le père : Moins vite, moins vite, moins vite, prends ton temps…

L’enfant (très lentement) : Compère le Renard se mit un jour en frais….

 

 

 

 

Voici la transcription en Alphabet Phonétique International de mon enregistrement de la fable (voir plus bas).

 

Le Renard et la Cigogne      [lŒʁŒˈnaʁ / elasiˈgɔɳ //

Compère le Renard se mit un jour en frais,     [kõˈpɛʁ / lŒʁŒˈnaʁ / sŒmitɛ̃ʒuʁɑ̃ˈfʁɛ/

et retint à dîner commère la Cigogne.     [eʁŒtɛ̃tadiˈne / kɔˈmɛʁ / lasiˈgɔɳ //

Le régal fût petit et sans beaucoup d'apprêts :     [lŒʁegalfypŒˈti / esɑ̃bOkudaˈpʁɛ //

Le galant pour toute besogne,     [lŒgaˈlɑ̃ / puʁtutŒbŒˈzɔɳ /

Avait un brouet clair ; il vivait chichement.     [avɛtɛ̃bʁuɛˈklɛʁ /  ilvivɛʃiʃŒˈmɑ̃ //

Ce brouet fut par lui servi sur une assiette :     [sŒbʁuɛˈfy / paʁˈlɥi / sɛʁvisyʁynaˈsjɛt //

La Cigogne au long bec n'en put attraper miette ;     [lasiˈgɔɳ / olõˈbɛk / nɑ̃pytatʁapeˈmjɛt //

Et le drôle eut lapé le tout en un moment.     [elŒˈdʁol / ylapelŒˈtu / ɑ̃nɛ̃mOˈmɑ̃ //

Pour se venger de cette tromperie,     [puʁsŒvɑ̃ˈʒe / dŒsɛt(Œ)tʁõˈp(Œ)ʁi /

A quelque temps de là, la Cigogne le prie.     [akɛlkŒtɑ̃dŒˈla / lasigɔɳ(Œ)lŒˈpʁi //

"Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis     [vɔlõˈtje / lɥidiˈtil // kaʁavɛkmezaˈmi /

Je ne fais point cérémonie. "          [ʒŒnŒfɛpwɛ̃seʁemOˈni //

A l'heure dite, il courut au logis     [alœʁˈdit / ilkuʁytOlOˈʒi /

De la Cigogne son hôtesse ;     [dŒlasiˈgɔɳ / sõnoˈtɛs //

Loua très fort la politesse ;     [luatʁɛˈfɔʁ / lapOliˈtɛs //

Trouva le dîner cuit à point :     [tʁuvalŒdiˈne / kɥitaˈpwɛ̃ //

Bon appétit surtout ; Renards n'en manquent point.   [bõnapeˈti / syʁˈtu // ʁŒˈnaʁ /nɑ̃mɑ̃kŒˈpwɛ̃ //

Il se réjouissait à l'odeur de la viande     [ilsŒʁeʒwiˈsɛtalodœʁdŒlaˈvjɑ̃d /

Mise en menus morceaux, et qu'il croyait friande.     [mizɑ̃mŒnymɔʁˈso / ekilkʁwajɛfʁiˈɑ̃d //

On servit, pour l'embarrasser,     [õsɛʁˈvi / puʁlɑ̃baʁaˈse /

En un vase à long col et d'étroite embouchure.     [ɑ̃nɛ̃vazalõˈkɔl / edetʁwatɑ̃buˈʃyʁ //

Le bec de la Cigogne y pouvait bien passer ;     [lŒˈbɛk / dŒlasiˈgɔɳ / ipuvɛbjɛ̃paˈse //

Mais le museau du sire était d'autre mesure.     [mɛlŒmyzodyˈsiʁ / etɛdotʁŒmŒˈzyʁ //

Il lui fallut à jeun retourner au logis,     [illɥifalytaaˈʒœ̃ / ʁŒtuʁneʁOlOˈʒi /

Honteux comme un Renard qu'une Poule aurait pris,     [õˈtø / kɔmɛ̃ʁŒˈnaʁ / kynŒpuloʁɛˈpʁi /

Serrant la queue, et portant bas l'oreille.     [sɛʁɑ̃laˈkø / epɔʁtɑ̃balOˈʁɛj //

Trompeurs, c'est pour vous que j'écris :     [tʁõˈpœʁ / sɛpuʁˈvu / kŒʒeˈkʁi //

Attendez-vous à la pareille.      [atɑ̃deˈvu / alapaˈʁɛj //]

 

Sur La naissance d’Osiris, Air gracieux, de Jean-Philippe Rameau (Marc Minkowski et les Musiciens du Louvre)

 

Posté par fonetiks à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 novembre 2014

Phonétique expérimentale et médias (I, II et III)

 

    Je lis dans le dossier Actualité / Science et Médecine / Psychologie de l’édition du jeudi 6 novembre du journal Le Monde, le grand article suivant (avec photo) dont beaucoup d'éléments me font réagir. Commencez par découvrir la première partie de cet article transcrit en Alphabet Phonétique International - soumettez moi vos transcriptions orthographiques (même partielles) en Commentaires de ce post. N'hésitez pas à faire part de vos corrections au cas où ! ... mais surtout de vos réactions mesurées et argumentées !

Deuxième partie de l'article et discussion à venir très prochainement !

 

 

[lŒkaʁismŒvOkal / ɔbʒεdŒsjɑ̃s // paʁ *sɑ̃dʁinkaby//

ε̃ʃεʁʃœʁitaljε̃ / aetydje / lediskuʁdŒlidœʁpOlitik / dŒdifeʁɑ̃pEi //

lefεdŒlœʁvwa / syʁlœʁOditwaʁ / εfõksjõ / dŒfaktœʁzakustik / mεzosikyltyʁεl //

 

kinaʒamεeteε̃pʁεsjOne / paʁlOtOʁitedynvwa / usykõbeoʃaʁm / dezε̃tOnasjõdε̃nOʁatœʁ // dŒpɥilõtɑ̃ / aktœʁ / ʃɑ̃tœʁ / emεmɔmpOlitik/  õdajœʁʁŒkuʁ / osεʁvisdŒkotʃvOko / puʁamEljɔʁelœʁpεʁfɔʁmɑ̃sɑ̃lamatjε:ʁ // mεdezɔʁmε / levwakaʁismatik / sõkaʁemɑ̃dŒvŒny / ynmatjεʁdetyd / puʁdesjɑ̃tifik / kiʃεʁʃaɑ̃nelyside / lepaʁamεtʁŒzakustik / psikOlOʒik //

*ro'zarjosiɳO'rɛlo / dɔktœʁɑ̃lε̃gɥistik /  eɑ̃psikOlOʒi /vjε̃ε̃sidŒpʁezɑ̃te / ε̃nɑ̃sɑ̃blŒdŒkOmynikasjõ / syʁlasjɑ̃sdevwakaʁismatik / aplikeolidœʁpOlitik / lɔʁdykõgʁεdŒlasOsjeteameʁikεndakustik / kisεtŒny / fε̃ɔktɔbʁ / a *indjanapolis / indjana // puʁsŒʒœnʃεʁʃœʁitaljε̃/ kitʁavaj / odepaʁtŒmɑ̃dŒʃiʁyʁʒidŒlatεtedyku / dŒlynivεʁsitedŒ *kalifɔʁni a *lɔsɑ̃nʒŒlɛs / sεtynevidɑ̃s // lezɔmpɔlitik / ytilizlœʁvwa / puʁsŒfεʁʁŒkɔnεtʁ / kɔmdɔminɑ̃dɑ̃zε̃gʁup / mεzegalmɑ̃ / puʁpʁOvOkedezemosjõ / emõtʁelœʁtʁεdŒkaʁaktεʁ // afε̃dɑ̃ kõpʁɑ̃dʁŒlemekanism / *ro'zarjosiɳO'rɛlo / aselεksjOne / dezœʁdɑ̃ʁŒʒistʁŒmɑ̃ / dŒpOlitisjε̃ / dŒplyzjœʁpEi // fʁɑ̃s / itali / pɔʁtygal / bʁezil / dõ *fʁɑ̃swaOlɑ̃d / *nikOlasaʁkOzi / *lula / ɑ̃sjɛ̃pʁezidɑ̃dybʁezil / sεkspʁimɑ̃ / dɑ̃difEʁɑ̃kõtεkst // lezεkstʁε / õtetesumi / aε̃panεl / dŒdøsɑ̃sɛ̃kɑ̃tpεʁsɔn / OʁiʒinεʁdŒplyzjœʁpEi / kidŒvεkalifjelevwa / ɑ̃pjɔʃɑ̃dɑ̃zynlist / dŒswasɑ̃tsɛtadʒεktif // dinamik / mŒnasɑ̃t / OtOʁitεʁ / kalm //

puʁvalidesezipOtεz / *ro'zarjosiɳO'rɛlo / amεmmanipylesεʁtε̃zeʃɑ̃tijõvOko / ɑ̃mOdifjɑ̃ / lœʁkaʁakteʁistikzakustik / pʁε̃sipalmɑ̃ / lafʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal / kikOʁεspõ / alafʁekɑ̃sdŒvibʁasjõdekɔʁdvOkal / mεzosi / alalõgœʁdepoz / ɑ̃tʁŒlemo // leʁezylta / kiõfεlɔbʒε / dŒsatεz / sutnyɑ̃ʒɑ̃vjea *gʁŒnɔbl / sõtetɔnɑ̃ // lelidœʁ / pœvtadaptelœʁvwa / sŒlõdøfõksjõ // lynpʁimεʁ/ bjOlOʒik / kɔmynatutlezεspεs / animalkõpʁiz // lotʁakiz / depɑ̃dɑ̃tdŒlalɑ̃gedŒlakyltyʁ / ʁezymlŒdɔktœʁɑ̃lε̃gɥistik //

dabɔʁ / lezɔmpOlitik / mOdyllœʁfʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal // plysεlsiεbas / sŒkikOʁεspõaynvwagʁav / plylε̃dividy / εpεʁsykɔmdOminɑ̃// alε̃vεʁs / plyzεl εtelve / plyzilεʁŒsɑ̃ti / kɔmdavɑ̃taʒsumi // sεpaʁεgzɑ̃plŒtʁεnεt / lɔʁskŒlõmanipyl / lafʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal / dŒ *fʁɑ̃swaOlɑ̃d / suliɳ *ro'zarjosiɳO'rɛlo //]

 

 

 Le 16 novembre 2014

Voici la suite et la fin de la transcription en API de l'article de Sandrine Cabut : "Le charisme vocal, objet de science", publié dans le journal Le Monde, le 6 novembre dernier. Merci d'envoyer la transcription orthographique sous la rubrique Commentaires du présent post. Je discuterai du contenu de l'ensemble de l'article dans un prochain message.

 

[paʁalεlmɑ̃/ puʁsɥitil / lelidœʁpOlitik / adaptŒdotʁŒpaʁamεtʁ / dŒlœʁvwa / ʁitm / aʁmɔnik / ɑ̃fõksjõdemesaʒ / kilvœlfεʁpɑse / edykõtεkst // lŒpʁOfilvOkal / dε̃pOlitisjε̃ / εtε̃sivaʁjabl / sŒlõkil sadʁεsaynful / uadotʁŒlidœʁ // lalɑ̃g / ʒuosiε̃ʁolε̃pɔʁtɑ̃// ilniapɑdŒvwakaʁismatikynivεʁsεl / afiʁm *roˈzarjosiɳOˈrɛlo // paʁεgzɑ̃pl / lavwadŒ *lula / εʒyʒetʁεzagʁEsiv / paʁlefʁɑ̃sε // dɑ̃nɔtʁetyd / lefʁɑ̃sε / pʁefεʁtε̃nɔmpOlitik / avεkynvwa / dŒotœʁmwajεn / kilzasOsi / avεklakõpetɑ̃s / labjε̃vεjɑ̃s // alɔʁkŒlezitaljε̃ / pʁefεʁynvwaplygʁav / ʁŒsɑ̃tikɔmOtOʁitεʁ / detεʁmine / vwaʁmŒnasɑ̃t //

lamizɑ̃pʁatik / dŒsεtsjɑ̃s / devwakaʁismatik / puʁεtεl / fεʁbaskyle / ynelεksjõ // ynetyd / pyblijeɑ̃dømilduz / paʁdekanadjε̃ / kõklyε / kŒlŒpʁOfilvOkal / dekɑ̃dida / puvεtavwaʁ / ynε̃flyɑ̃sε̃pɔʁtɑ̃t / syʁlŒkõpɔʁtŒmɑ̃devOtɑ̃ / ekŒdezɔm / avεkdevwagʁav / puvεtεtʁavɑ̃taʒe //

mεdepʁOfEsjOnεl / ʁεstŒsiʁkõspε // ilεtε̃tEʁεsɑ̃ / kŒdesjɑ̃tifikveʁifi / sŒkŒnuzaplikõ / dŒpɥilõtɑ̃ɑ̃pʁatik / mεnɔtʁapʁɔʃ / εplyglɔbal / kŒdezanalizdŒfʁekɑ̃s / εstimlŒkotʃvOkal *ʒɑ̃sɔmmεʁ // lavwa / nεkε̃dezelemɑ̃ / dykaʁism / enutʁavajõ / syʁdotʁŒpaʁamεtʁ // lŒʁŒgaʁ / lapɔstyʁ //

*roˈzarjosiɳOˈrɛlo / pʁevwamε̃tnɑ̃ / dŒmŒne / lŒmεmʒɑ̃ʁdetyd / ʃedefampOlitikfʁɑ̃sεz / eɑ̃glOsaksɔn // ilkOlabɔʁegalmɑ̃ / avεkdepʁimatOlɔg / dŒlynivεʁsite / dŒ *kalifɔʁni / puʁanalize / lε̃flyɑ̃sdŒlavwa / dɑ̃lŒlidœʁʃip / depʁimat // sõnObʒεktif / demõtʁe / kŒlŒʁoldŒlafʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal / dɑ̃lŒkaʁismŒvOkal / εpʁezɑ̃ / dɑ̃plyzjœʁzεspεs //]

 

 16 décembre 2014

 

  Comme promis, voici maintenant quelques commentaires sur le grand article d’une demi-page transcrit dans les deux derniers messages. Je ne connais pas les articles du chercheur cité, je ne commenterai donc que ce qui en est dit dans l’article de la journaliste. J’utiliserai volontairement un ton un peu polémique afin de susciter VOS réactions critiques tant sur l’article lui-même que sur mes propres commentaires.

 

1. Hollande, Sarkozy : vocalement « charismatiques » ?

     C’est la notion centrale de ce qui apparaît dans l’article comme une nouvelle science : « la science des voix charismatiques ». Les voix de François Hollande et de Nicolas Sarkozy n’ont jamais été décrites jusqu’à présent comme des voix charismatiques. Certains chercheurs (comme Ivan Fonagy) se sont intéressés aux voix de charme (comme les présentatrices de FIP, les voix d’hôtesses de l’air, etc) ; certaines actrices et certains acteurs sont souvent mentionnés pour leurs voix séduisantes (au même titre qu’un physique) - par exemple Marie-France Pisier ou Jean-Pierre Marielle ; la publicité (les voix des bandes annonces) et la radio (les voix dites FM) ont exploité le charisme vocal. Mais dire d’un politique ayant réussi qu’il est d’emblée caractérisé par une voix charismatique me semble extrêmement discutable. Cela me semble aussi discutable de dire d’un politique ayant réussi qu’il se caractérise d’emblée par un physique séduisant… Voir les portraits vocaux des politiques, réalisés par le coach Jean Sommer (cité dans l’article).

 

2. Le recours aux coachs vocaux

     Je conserve l’analogie avec le physique. On nous le répète souvent : les politiques font appel à toute sortes de conseillers en apparence - évidemment et heureusement moins nombreux que les conseillers en contenu ! - mais ils ne peuvent pas changer leur physique du tout au tout. C’est au moins la même chose pour la voix. Au moins, car autant un physique peut s’aménager par des artifices (vêtements, coiffure, lunettes…), autant la voix est nue. Mais on peut entraîner une voix comme on entraîne un corps : cela demande alors BEAUCOUP de travail, même pour les plus doués. Les médias ont suffisamment commenté l’expression orale souvent maladroite de Nicolas Sarkozy quand il était en poste pour se rendre compte des limites des possibilités d’un tel entraînement. Tous les entraînements vocaux ne sont pas aussi spectaculaires ni réussis que dans le film « Le discours d’un roi » ! J’aurais tendance à penser sans originalité que c’est avant tout leurs qualités politiques qui ont permis à ces personnalités de se retrouver à la tête de partis politiques et que leur nature vocale (au même titre que leur physique) n’a pas représenté un handicap important. Jospin avec une voix plutôt aigue a occupé des fonctions politiques plus élevées que Philippe Seguin avec une belle voix grave. La réussite politique n’est donc pas liée à une définition du « charisme vocal ». On se trompe donc de sujet…

 

3. Le prestige de la procédure expérimentale

     L’article rapporte des faits spectaculaires sans les questionner : «  a sélectionné des heures d’enregistrement » : une sélection selon quels critères ? « un panel de 250 personnes » : était-il nécessaire de consulter autant de personnes ? qui étaient ces personnes ? des professionnels de la voix ? pour quel type de tests ? passés dans quelles conditions ? « qualifier les voix en piochant dans une liste de 67 adjectifs » : c’est beaucoup… et même trop, non ? même pour des professionnels, qualifier une voix suivant 67 adjectifs…. « R.S. a modifié principalement la fréquence fondamentale » : quel est l’intérêt d’une telle manipulation artificielle ? C’est comme si le chercheur avait rapetissé Jacques Chirac de 20 cm (il mesure 1,89m) juste pour voir… A quoi bon ? De plus, cette modification de la fréquence fondamentale est aujourd’hui une procédure très simple réalisée en quelques secondes par n’importe quel logiciel de base du traitement du signal. C’est aussi ce que fait le logiciel Auto-Tune pour éventuellement corriger en temps réel la justesse des chanteurs.

 

4. Enfoncer des portes ouvertes

     Ce que nous rapporte l’article : « Plus la voix est grave, plus l’individu est perçu comme dominant » - seul titre mis en exergue dans l’article. Qui ce « résultat » surprend-il ? L’axe grave / aigu se superpose avec les axes masculin / féminin, sombre / clair,  etc…  Il s’agit d’universaux acoustiques dont nous avons tous conscience. Bien sûr, le chercheur retient l’axe dominant / soumis. Mais il aurait pu choisir autoritaire / bienveillant, ou agressif / doux…

     PS : Dommage de nous épater / appâter avec une liste de 67 adjectifs descriptifs des voix pour ne rapporter qu’une glose de l’axe grave / aigu…

     L’analyse des pauses mentionnée dans l’article a été étudiée depuis longtemps dans le discours et en particulier dans le discours politique par des chercheuses comme Danielle Duez (université Aix-Marseille), Marie-Annick Morel, Suzanna Fagyal, Maria Candea de l’université Paris 3. Il a été montré en particulier que l’accession à des positions socialement dominantes favorisait l’apparition de pauses plus longues.

     Question taquine : Qu’est-ce qui, d’après vous, est plus autoritaire : une voix forte ? ou une voix faible ? Pensez-vous qu’il y a là un domaine de recherche et de quoi demander leur avis à 250 personnes ?

     L’article semble ici nous amener à une définition d’un modèle de voix masculine charismatique en politique : une voix grave. Comme il a été montré que les personnes grandes et belles recevaient à fonctions égales des salaires plus élevés que les personnes communes. Les politiciens doivent-ils rendre leur voix plus grave et ne réussirons-nous qu’en étant grands et beaux ?

 

5. Le grand frisson médiatique

     Le résultat du chercheur mis en lumière par la journaliste est : « Plus une voix est élevée (voix aiguë) plus l’individu [homme] est ressenti comme davantage soumis. C’est par exemple très net lorsque l’on manipule la fréquence fondamentale de François Hollande. » Sans doute ! Et cela aurait été vrai avec n’importe quelle voix d’homme rendue plus aigue. Il est alors plus sensationnel de décrire l’homme (plutôt que la voix ainsi transformée) comme « plus soumis » que « moins dominant » ! Autrement dit qualifier François Hollande de « soumis »… ce qui retient l’attention des journalistes.

     Et pour nous faire peur, posons nous la grave question : « La mise en pratique de cette « science des voix charismatiques » pourrait-elle faire basculer une élection ? » Des chercheurs canadiens ont montré que « que le profil vocal des candidats pouvaient avoir une influence importante sur le comportement des votants et que des hommes avec des voix graves pouvaient être avantagés ». Ils auraient sans doute pu montrer de même que l’aspect physique d’un candidat pouvait avoir une influence importante sur le comportement des votants et que des personnes avec des physiques attractifs pouvaient être avantagés. Sans doute ! Quelle mise en pratique de cette « science » ? Les partis politiques ne vont plus promouvoir que de jolis physiques et des voix graves ? Pourquoi donc ne l’ont-ils pas déjà fait ?

 

6. La phonétique qui enchante les médias

     Quand les médias parlent de phonétique, c’est rarement pour promouvoir les courants universitaires majoritaires. C’est plutôt, pour donner quelques exemples, pour prendre fait et cause pour le sulfureux docteur Alfred Tomatis et ses idées si singulières et presque magiques, ou pour rapporter des expertises vocales pourtant si décriées (judiciaires ou autres), et plus récemment pour s’intéresser aux questions de genre (féminisme, homosexualité, trans) qui alimentent tant les polémiques. Alors qu’il y a de nombreux sujets moins sensationnels mais tout aussi passionnants qui mériteraient pourtant l’intérêt des médias. La prononciation des langues étrangères en est un ! Mais il faudrait sans doute alors fustiger les piètres performances de nos personnages publics pour retenir l'attention... Alors que ma nature m'inciterait plutôt à valoriser les performances remarquables !

 

     Pour conclure, je ne suis pas sûr que l’article mette en valeur les qualités du chercheur, en tous cas pas pour un lecteur averti. Il est par contre très vraisemblable qu’un tel article soit relayé par de nombreux médias avec des mots clés tels que : pouvoir, charisme, science… Espérons que cette médiatisation sera bénéfique à notre collègue chercheur !

  

   N'hésitez pas à réagir à votre tour tant sur l'article que sur mes commentaires. C'est à vous !

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 20:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 octobre 2014

Le Petit Prince ... transcrit en Alphabet Phonétique

    

 

    Vous êtes nombreux à consulter ce blog pour les transcriptions phonétiques (voir rubrique 07. Transcriptions phonétiques dans la colonne de gauche, ainsi que les transcriptions dans les derniers messages suivants : Morceau choisi... pour le rythme, [œj]Phonétiquement équilibré, et dans la plupart des messages de la rubrique 03. Exercices d'entraînement).

    La transcription en Alphabet Phonétique a eu dès l'origine une double fonction : (1) transcrire l'oral à une époque où les enregistrements n'en étaient qu'à leurs débuts - il s'agit alors souvent de transcriptions "fines", utilisant les signes diacritiques (en anglais, narrow transcription) afin de relever des subtilités de prononciation ; (2) transcrire l'écrit orthographique à des fins pédagogiques en particulier en anglais et en français dont les orthographes sont si peu phonétiques - ce sont alors généralement des transcriptions "larges", fonctionnelles (en anglais, broad transcription)...

 

 

 

          

    Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, publié en anglais et en français en 1943, est un des textes français les plus célèbres. Depuis sa publication, Il a été vendu à plus de 130 millions d'exemplaires dans le monde et 12 millions d'exemplaires en France.

    Le livre a été lu et enregistré par les acteurs Gérard Philippe (en 1954, il a alors 32 ans), Jean-Louis Trintignant (en 1994, il a alors 64 ans) et par Bernard Giraudeau (en 2006, il a alors 59 ans).

 

    Voici le début du chapitre deux, interprété par ces trois acteurs, phrase à phrase.

 

 

 

    En voici une transcription en Alphabet Phonétique International faite à partir du texte écrit (transcription large) en bleu.

    J'attends vos transcriptions "fines" en "Commentaires" de ce message. Utilisez le clavier phonétique Unicode que vous trouverez ICI, et faites un copier / coller. Choisissez votre phrase, avec le numéro, et votre acteur : GP, JLT, BG. Je reporterai vos transcriptions ici-même pour signaler les singularités (en rouge) et engager la discussion (voir plus bas)...

 

1. J’ai [ainsi] vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans.

[ʒEveky'sœl / sɑ̃pɛʁ'sɔnavɛkkipaʁ'leveʁitablŒ'mɑ̃  /ʒyskayn'pan / dɑ̃lŒdezɛʁdy *saa'ʁa / iljasi'zɑ̃ //

GP : eveky'sœl / sɑ̃pɛʁ'sɔnavɛkkipaʁ'leveʁitablø'mɑ̃  /ʒyskayn'pan / dɑ̃lœdezɛʁdy *saa'ʁa / iljasi'zɑ̃ //
JLT :
BG :

2. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile.

[kɛlkŒ'ʃoz / setɛka'se / dɑ̃mõmO'tœʁ // ekɔmʒŒnavɛzavɛk'mwa / nimekani'sjɛ̃ / nipasa'ʒe / ʒŒmŒpʁepa'ʁE / aEsEjedŒʁeysiʁtu'sœl / ynʁepaʁasjõdifi'sil //

GP :
JLT :
BG :

3. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours.

[sEtɛpuʁ'mwa / ynkɛs'tjõ / dŒviud'mɔʁ // ʒavɛza'pɛn / dŒloa'bwaʁ / puʁɥi'ʒuʁ //

GP :
JLT :
BG :
 

4. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée.

[lŒpʁŒmje'swaʁ / ʒŒmŒsɥidõkɑ̃dɔʁmisyʁlŒ'sabl / amil'mil / dŒtuttɛʁabi'te //

GP :
JLT :
BG :
 

5. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’Océan.

[ʒEtɛbjɛ̃plyzizo'le / kɛ̃nOfʁa'ʒe / syʁɛ̃ʁa'do / omiljødŒlOsE'ɑ̃ //

 

6. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé.

[alɔʁvuzimaʒinemasyʁ'pʁiz / olŒvedy'ʒuʁ / kɑ̃tyndʁoldŒpŒtit'vwa / maʁEvE'je //

 

7. Elle disait : – S’il vous plaît… dessine-moi un mouton ! – Hein ! – Dessine-moi un mouton…

[ɛldi'zɛ / dEsinmwaɛ̃mu'tõ // ɛ̃ // dEsinmwaɛ̃mu'tõ //

 

8. J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre.

[ʒEsOtesyʁme'pje / kɔmsiʒavɛzetefʁapepaʁla'fudʁ //

 

9. J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé.

[ʒEbjɛ̃fʁOteme'zjø / ʒEbjɛ̃ʁŒgaʁ'de //

 

10. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

[eʒE'vy / ɛ̃pŒtibO'nɔm / tutafEtɛkstʁaɔʁdi'nɛʁ / kimŒkõsidEʁɛgʁavŒ'mɑ̃ //

[Voilà le meilleur portrait que, plus tard, j’ai réussi à faire de lui. Mais mon dessin, bien sûr, est beaucoup moins ravissant que le modèle. Ce n’est pas ma faute. J’avais été découragé dans ma carrière de peintre par les grandes personnes, à l’âge de six ans, et je n’avais rien appris à dessiner, sauf les boas fermés et les boas ouverts. Je regardai donc cette apparition avec des yeux tout ronds d’étonnement. N’oubliez pas que je me trouvais à mille milles de toute région habitée. ]

11. Or [mon petit bonhomme] [IL] ne me semblait ni égaré, ni mort de fatigue, ni mort de faim, ni mort de soif, ni mort de peur.

[ɔʁ/ ilnŒmŒsɑ̃'blɛ / niega'ʁe / nimɔʁdŒfa'tig / nimɔʁdŒ'fɛ̃ / nimɔʁdŒ'swaf / nimɔʁdŒ'pœʁ //

 

12. Il n’avait en rien l’apparence d’un enfant perdu au milieu du désert, à mille milles de toute région habitée.

[ilnavɛtɑ̃'ʁjɛ̃ / lapaʁɑ̃sdɛ̃nɑ̃fɑ̃pɛʁ'dy / omiljødyde'zɛʁ / amil'mil / dŒtutʁeʒjõabi'te //

 

13. [Quand je réussis enfin à parler, je lui dis] : – Mais… qu’est-ce que tu fais là ?

[kɑ̃ʒŒʁeysiɑ̃fɛ̃apaʁ'le / ʒŒlɥi'di // 'mɛ / kɛskŒtyfɛ'la //

 

[Et il me répéta alors, tout doucement, comme une chose très sérieuse :]

[ilmŒʁepetaalɔʁ tudus'mɑ̃ / kɔmynʃoztʁɛsE'ʁjøz

 

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton…

[silvu'plɛ / dEsinmwaɛ̃mu'tõ //]

 

 

    La discussion portera sur : les différences suprasegmentales (qualité vocale, débit, pauses, découpage en groupes rythmiques, intonation, liaisons, enchaînements) et sur les différences segmentales qui concernent la transcription (effacements de E, voyelles moyennes et archiphonèmes, etc...)

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 22:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 juillet 2014

[ ɔʁtOˈgʁaf ]

 

 

    Robert Dessaix est un écrivain australien de langue anglaise, né en 1944. Il est l'auteur, entre autres, du roman épistolaire Night Letters, 1996 (Lettres de Venise, 2002 en français) dont l'action se situe entre la Suisse et l'Italie.

    Voici un court extrait de la traduction française du roman, transcrit en Alphabet Phonétique International, qui répond à la question...

 

    ... "Avez-vous jamais entendu parler de Monte Verità ? (...)

[ pɑ̃dɑ̃tynvɛ̃tɛndaˈne / õʒwadŒlaˈflyt / dɑ̃saˈny oklɛʁdŒˈlyn / õbydEtiˈzan / esɥiˈvi dEtʁɛtmɑ̃alaʁˈʒil / õnɛ̃vɑ̃ˈta dEsistɛmdɔʁtOgʁaffOnEˈtik / õsŒkõtɔʁsjOˈna / õgɑ̃baˈda / tuʁnwaˈja osõdetamˈtam / õnadOʁalŒsOˈlɛj / filŒvidɑ̃ˈswa / eʃɑ̃tadeˈzimn aladeɛsˈmɛʁ (...) sEtElŒpEidŒkOˈkaɲ ]

 

    Merci de déposer votre transcription orthographique dans la rubrique Commentaires ci-dessous :)

    Plus d'information sur le Monte Verità, Ascona, Suisse,  ici.

 

Posté par fonetiks à 17:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 juin 2014

[ səʊ ˈbrɪtɪʃ ]

 

     Voici une brève information de socio-phonétique rapportée dans la presse que j'ai transcrite ci-dessous... en Alphabet Phonétique International ! Qui va m'envoyer en commentaire l'équivalent orthographique de ces quelques lignes? N'hésitez pas à joindre toutes vos remarques ! C'est à vous !

 

[lŒkanaʁɑ̃ʃEˈne / mɛʁkʁŒˈdi sɛzaˈvʁil dømilkaˈtɔʁz //


sɑ̃nEfiˈni dyˈʃik dŒlaksɑ̃d*ɔksˈfɔʁd - lŒˈpwɛ̃ dydizaˈvʁil //
ɛ̃nɔ̃bʁŒkʁwaˈsɑ̃ / dŒʒœnpʁOfEsjOnɛlbʁitaˈnik / fõtɛ̃siaˈpɛl / osɛʁvisdŒkotʃvOˈko / puʁledebaʁaˈse / dŒsɛtakˈsɑ̃ / sinOnimdŒpʁiviˈlɛʒ / ekõsideʁedŒplyzɑ̃ˈplys / kɔmɛ̃ɑ̃dikappʁOfEsjOˈnɛl //


esilzEsEˈjɛ laksɑ̃fʁɑ̃ˈsɛ ]

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 13:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 décembre 2013

Analyse d'une chanson rap en deux langues

 

     Voici un article, que j'ai écrit en 1996, intitulé : ETUDE DU RYTHME DE L’ANGLAIS ET DU FRANÇAIS : ANALYSE D’UNE CHANSON EN DEUX LANGUES, retenu pour les Journées d'Etudes de la Parole (JEP 96). J'évoquerai dans de futurs messages d'autres recherches s'étant appuyé sur le rythme musical pour analyser le rythme de la parole, en particulier en français et en anglais.

 

ABSTRACT

Following the rhythmic frames of a “rap” song, the prosodic structures (rhythm and stress) of the English and French lyrics of this song were compared. For most utterances (93% in English and 84% in French), the preservation of the prosodic caracteristics of each language was observed : the stressed syllable of the final lexical word of the sense groupe in English and the last syllable of the sense group in French are, at least, under the rhythmic pulsation. Some rhythmic effects non-coinciding with the prosodic structures (compensated by use of duration for both languages) were described as creating the style of the song.

 

1. INTRODUCTION

On a souvent décrit ou contesté l'opposition langue accentuelle ("stress-timed language") et langue syllabique ("syllable-timed language") entre l'anglais et le français [PIKE, 1945 ; ABERCROMBIE, 1964 ; WENK et WIOLAND, 1982 ; DAUER, 1983 ; FLETCHER, 1991 ; FANT, 1991]. D'autres terminologies ont été proposées pour le français : "trailed timed language" (l'élément saillant en français serait situé à la frontière droite du groupe de sens et non pas, comme en anglais, à la frontière gauche du pied initial) [FLETCHER, 1991] ou “isochronie entre les coupes” [FRAISSE, 1956] ou "boundary language" [VAISSIÈRE, 1991]. Le rythme serait essentiellement dû à une égalité perçue de la durée des syllabes en français et à une tendance à l'isochronie des syllabes accentuées en anglais. Quelles sont les recherches ayant abouti à ces conclusions ? Y a-t-il des cadres d’observation propices à la comparaison du (des) rythme(s) de deux langues?

 

2. RYTHME ET ACCENT EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS

On présente souvent le français comme une langue à accent de mot intrinsèque (de durée) porté sur toute la dernière syllabe de tout mot lexical (les mots grammaticaux - articles, auxiliaires, n’ont pas de dernière syllabe accentuable). En parole spontanée, ces accents de mots ne sont pas ou en partie réalisés. C’est alors la dernière syllabe d’un groupe de mots, constituant un groupe de sens (accent de groupe), qui est allongée (dans un rapport de 2,1 pour les CV et 1,9 pour les CVC, [WENK et WIOLAND, 1982]). Suivant la vitesse d’élocution et le locuteur, l’énoncé est découpé en un nombre différent d’unités de sens [DELATTRE, 1965 ; WIOLAND, 1991].

La position de l'accent (intensité) dans les mots en français n'est pas distinctive. Mais une proéminence sur la première syllabe comme une variante (régionale, stylistique) a été décrite [GRAMMONT, 1914 ; LUCCI, 1983]. La plupart des phonéticiens négligent la proéminence sur les syllabes initiales. Pourtant, [VAISSIÈRE, 1974] décrit une intensité initiale chez des locuteurs non professionnels sans accent régional et [FONAGY, 1980] considère l’intensité initiale comme une marque de changement en cours du système prosodique du français. Le français se caractériserait donc par un surcroît de durée sur la dernière syllabe du groupe de sens, et par un surcroît d’intensité (pas toujours réalisé) sur la syllabe initiale du groupe.

En anglais, les syllabes sont nettement inégales en durée et en intensité. L'accent en anglais a une fonction distinctive ([ˈɒbdʒɪkt]  "objet" ; [əbˈdʒɛkt] "faire une objection"). La position de l'accent est inégalement répartie : 74% des mots bisyllabiques ont un accent initial [DELATTRE, 1965]. La prédominance de l'accent initial influence fortement les stratégies de perception des mots anglais. Les anglophones percevraient plus rapidement les mots dont l'accent est placé sur la première syllabe que les mots dont l'accent est placé sur une autre syllabe, en segmentant donc le continuum sonore avant les syllabes accentuées. L'unité rythmique est généralement décrite comme un groupe de syllabes dont une seule est forte ("strong" vs "weak"). Un rapport de durée de 1 à 1,8 entre les syllabes non accentuées et les syllabes accentuées a été décrit par Wallin [cité par FRAISSE, 1956]. Si les langues syllabiques sont perçues comme présentant des syllabes de même durée, les langues accentuées seraient perçues comme possédant des "pieds" isochrones. [SCOTT, ISARD et BOYSSON-BARDIES, 1985] ont montré que l'isochronie ne semble pas caractériser les langues accentuées. N'ayant pu mettre en évidence la rigueur du concept d’isochronie, [FLETCHER, 1991] aboutit au concept d'isochronie faible. Pour [FANT, 1991], à la suite d'autres auteurs, le concept de langue accentuelle n'est pas dû à une isochronie physique mais à la relative proéminence syllabique des accents, alors qu'une langue syllabique comme le français doit sa régularité à la prédominance de syllabes CV et au faible degré d'accent induit par l'allongement segmental.

Le principe de base du rythme dans la parole est probablement indépendant de la langue étudiée : le rythme est produit par la répétition de schémas composés d'une succession d'événements. On peut donc penser que le rythme ne se réduit pas à la seule perception d'un accent (quelque soit sa nature) sur une syllabe, mais que les composantes du rythme peuvent être hiérarchisées.

Pour résumer, on peut dire qu'en anglais l'accentuation ("stressed syllable") est dominante, alors que l'allongement syllabique est "latent". En français, c'est l'organisation temporelle qui est dominante mais l'accentuation initiale est aussi intrinsèquement présente.

 

3. RYTHME, POESIE ET MUSIQUE

Y a-t-il des cadres d’observation propices à la comparaison du (des) rythme(s) de deux langues?

Pour [FRAISSE, 1956], les structures rythmiques de la poésie ont été basées sur le principe de différenciation des longues et des brèves (quand c’est possible, longues et brèves présentant un rapport de durée de 2), ou sur le retour périodique d’accents ou de coupes. La périodicité dominante est celle de l’isochronisme entre les accents ou les coupes ce qui correspond aux deux rythmes de base : groupement et organisation de durées ; groupement de “moments privilégiés” (accents en général) avec lequel on peut trouver des groupements de durées.

L’étude de la versification confronte les structures métriques (nombre et suite de pieds) et les structures prosodiques. La non-coïncidence entre une catégorie métrique (vers, pied) et la catégorie prosodique correspondante (énoncé, mot prosodique, syllabe) est sujette à des contraintes qu’on cherche à établir. Quand la contrainte est violée, on peut penser (i) que la structure prosodique de la phrase est incorrecte, (ii) que la contrainte établie est incorrecte, (iii) que la contrainte a été délibérément violée par l’auteur [VERLUYTEN, 1989]. De la même manière pour l’anglais, [KIPARSKY, 1975] effectue pour chaque vers une comparaison entre structure métrique et structure prosodique, et observe les concordances et discordances. Les discordances (la complexité) caractérise la limite de non-métricité que l’auteur s’impose.

Cette méthode peut être utilisée en musique, si l’on compare une structure rythmique musicale et une structure prosodique.

 

4. ANALYSE D’UNE CHANSON “RAP”

4.1. Objectifs

On a souvent vanté les capacités musicales des langues accentuelles (comme l’italien) par rapport aux langues syllabiques (comme le français). Ainsi, Rousseau conclut sa Lettre sur la musique française  (1753)  : “D’où j’en conclus que les Français n’ont point de musique et n’en peuvent avoir, ou que si jamais ils en ont une, ce sera tant pis pour eux”.

Nous avons choisi d’observer les rythmes de l’anglais et du français confrontés aux cadres rythmiques de la musique [HEFFNER, 1950 ; FRAISSE, 1956 ; VAISSIERE, 1991]. Pour que le cadre rythmique musical soit le plus similaire possible pour les deux langues, nous avons analysé un “rap”, genre de chanson qui consiste à syllaber le texte avec une voix relativement monocorde sur une pulsation régulière réalisée par des percussions. Ce rap présente la particularité d’être chanté en deux langues, alternativement en anglais et en français par des locuteurs natifs dans la même chanson [URBAN SPECIES, 1994]. Une comparaison des rythmes musicaux employés par les deux langues sera effectuée.

Listen - Urban Species / MC Solaar

4.2. Corpus

La chanson présente alternativement des passages en anglais et en français (il ne s’agit pas de traductions), au total un texte de 287 mots en anglais, et 245 mots en français (une pulsation musicale tous les 2,08 mots en moyenne en anglais, 2,15 mots en moyenne en français). Suivant la partition de percussion, la mesure est binaire, présentant 4 noires (N) (mesure à 4/4). La durée la plus utilisée est la double croche (dC). Une notation présentant la transcription phonétique des syllabes suivant le rythme (en gras, les syllabes sous la pulsation musicale) a été faite.

en anglais :
N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
[ˈlɪ-    sn    tu     ðə  ˈrɪ-   ðm]
Listen to the rhythm

N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
[ˈlɪ-    sn    tu     ðə  ˈraɪm]
Listen to the rhyme

en français :
N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
ki       ɛ    la-    ni-    mal                lwa-
Qui est l’animal

N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
zo     u      lə     ti-   ʁœʁ
l’oiseau ou le tireur

 

4.3. Résultats

4.3.1. Les tendances générales

En anglais, on trouve sous la pulsation des monosyllabes (lexicaux le plus souvent, world, rhyme, heart) ; des mots lexicaux de plus d’une syllabe (2 syllabes, ‘rythm, ‘solving, 3 syllabes, e’volving, ‘beggar-man, 6 syllabes, responsa’bilities). On observe que la syllabe accentuée est placée sous la pulsation dans 93% des polysyllabes du texte (67/72).

                 puls.
               
[ˈsɒl-vɪŋ]            solving
               
[ˈbeg-ə-mæn]    beggarman
               
[ˈpes-ɪ-mɪst]       pessimist
        
[kɒn-ˈtrəʊl]                control
             
[ɪ-ˈvɒl-vɪŋ]            evolving
[rɪs-pɒns-ɪ-ˈbɪl-ɪ-tɪz]            responsibilities

En français, on trouve sous la pulsation des monosyllabes (lexicaux le plus souvent balle, ciel) ; des mots lexicaux de plus d’une syllabe (2 syllabes, malade, domaine, 3 syllabes, antidote, bavardage). On observe que la syllabe finale est placée sous la pulsation dans 84% des polysyllabes du texte (46/55).

                 puls.
        
[ma-ˈlad]      malade
        
[sy- ˈsyʁ]      sussure
       
[lɑ̃-ti-ˈdɔt]      l’antidote
  
[ba-vaʁ-ˈdaʒ]     bavardage
      
[la-ni-ˈmal]     l’animal
    
[kõ-sɑ̃-ˈsys]     consensus

 

Ces placements des polysyllabiques anglais et français sur le rythme musical illustrent l’importance accordée ici à la syllabe accentuée en anglais et à la dernière syllabe en français confirmant empiriquement les principales tendances décrites pour la parole dans les deux langues (proéminence de la syllabe accentuée en anglais, proéminence de la dernière syllabe en français). La régularité syllabique et la syllabation en français, parfois travaillées dans les manuels de phonétique française à l’usage des anglophones, trouvent ici une illustration exploitable en classe de langues (où les exercices de rythme sont rares souvent par défaut de support rythmique “musical”).

 

 

4. 3.2. Les autres configurations

Certaines configurations semblent n’exister qu’à cause des contraintes de la mesure musicale, alors que d’autres configurations (RARE) non contraintes caractérisent le style de la chanson.

4.3.2.1. Les contextes contraignants (pour préserver l’accent de groupe)

Les mots grammaticaux sous la pulsation en français (est-ce bien, qui (interrogatif) j’étais) sont naturellement accentuables [VERLUYTEN, 1989].

Les mots grammaticaux sous la pulsation en anglais (of, his, who) préservent la pulsation suivante sur une syllabe accentuée.

En anglais, on observe des dissyllabiques hors pulsation (‘mother), pour permettre à un autre mot lexical, en position finale du groupe de sens, d’être sous l’accent.

N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
əv    ðə   ˈmʌ-  ðə   ɜːθ
of the mother earth

De la même façon, on trouve, en français, des dissyllabiques dont la syllabe initiale est accentuée (système, soldat) pour conserver la pulsation sur la dernière syllabe du groupe de sens.

         N                            N
dC4 dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
lə     sis-  tɛ-   mɛ   ma- lad
Le système est malade

(...)

        N                            N
dC4 dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
dœ̃  sɔl-  da    ɛ̃-    kɔ-   ny
d’un soldat inconnu

 

4.3.2.2. Les contextes non-contraignants ou les jeux de rythme propres au style “rap”

On observe en anglais des polysyllabiques dont c’est la syllabe inaccentuée qui est située sous la pulsation (ex : ‘scapegoat) et ce, sans contrainte du contexte. Cet effet est compensé par la durée de la syllabe accentuée (2dC). L’environnement (‘greater) est préservé.

N                            N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
wɪð  ə    'skeɪp-  -   gəʊt
with a scapegoat

En français, on trouve également des mots dont la dernière syllabe ne tombe pas sur la pulsation (concret, abstrait) sans contrainte du contexte. Cet effet est, comme en anglais, compensé par la durée (2dC).

N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
- lə     dy    kɔ̃-    -      kʁɛ
(ils veulent) du concret

(...)

N                             N
dC1 dC2 dC3 dC4 dC1 dC2 dC3 dC4
        
si-    lɛ-   tap-  -     stʁɛ
(même) s’il est abstrait.

 

Ces syncopes non contraintes (avec allongement) présentes en anglais comme en français semblent caractéristiques du style “rap”. Elles ne coïncident pas avec la prosodie naturelle de la langue (les résultats d’un test de placement de l’accent à partir d’extraits du texte seul auprès de 25 adultes français natifs confirme que la pénultième d’un groupe de sens n’est pas “naturellement” accentuable).

4.3.3. Rythme musical

Les structures rythmiques musicales pour chaque énoncé-groupe de sens (séparé par deux pauses) ont été transcrites. L’accent anglais frappant le plus souvent la première syllabe du mot et en particulier des très majoritaires dissyllabiques (74%, [DELATTRE, 1965]), on constate une tendance à un rythme qui commence sur le temps. Le rythme ci-dessous (Fig.1) et ses variantes (remplaçant la noire, deux croches, deux, trois ou quatre double croches), est utilisé dans 71% des cas (48/68). On relève peu d’énoncés commençant par une levée.

 

Fig.1- Rythme musical le plus utilisé (71%) par le texte anglais

En français, la pulsation est perçue sur la dernière syllabe. Le rythme le plus utilisé (Fig.2) commence une phrase sur la levée (anacrouse) dans 72% des cas (40/55).

 

Fig.2 - Rythme musical le plus utilisé (72%) par le texte français

 

5. CONCLUSION

L’analyse du texte d’une chanson “rap” en anglais et en français a montré que, lorsque la répartition des syllabes des deux langues est réalisée sur une isochronie musicale (rythme régulier de la pulsation), l’anglais met très majoritairement en valeur la syllabe accentuée alors que le français met très majoritairement en valeur la dernière syllabe de mots lexicaux. En cas de conflit entre deux mots lexicaux, les deux langues privilégient la syllabe accentuée du dernier mot du groupe de sens. Seuls quelques jeux de rythme (toujours différents et représentant 10% des phrases) caractérisent ici le style “rap” de la chanson. Ce style compense la non-coïncidence des structures musicales et prosodiques par des allongements de durée de même type dans les deux langues.

 

6. BIBLIOGRAPHIE

ABERCROMBIE, D., Elements of General Phonetics, Edinburgh University Press, 1967.
DAUER, R.M., Stress-timing and syllabic-timing reanalyzed, Journal of Phonetics, 11, 1983, pp. 51-62.
DELATTRE, Pierre, Comparing the Phonetic Features of English, French, German and Spanish, Julius Groos Verlag, Heidelberg, 1965.
FANT, Gunnar, KRUCKENBERG, Anita, NORD, Lennart, Durational correlates of stress in Swedish, French and English, Journal of Phonetics, 19, 1991, pp. 351-365.
FLETCHER, Janet, Rythm and final lengthening in French, Journal of Phonetics, 19, 1991, pp. 193-212.
FONAGY, Ivan, L’accent français  : accent probabilitaire, Studia Phonetica 15, Fonagy & Léon éd., 1980.
FRAISSE, Paul, Les structures rythmiques, Louvain, PULouvain, 1956.
GRAMMONT, G., Traité pratique de prononciation française, Paris, 1914.
HEFFNER, R-M. S., General Phonetics, Madison, The University of Winconsin Press, 1964.
KIPARSKY, Paul, Stress, Syntax and Meter, Language, vol.51, 3, 1975, pp.576-616.
LUCCI, Vincent, Etude phonétique du français contemporain à travers la variation situationnelle, Publications des Universités des Langues et ds Lettres, Grenoble, 1983.
PIKE, K.L., The intonation of American English, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1945.
SCOTT, Donia R., ISARD, S.D., de BOYSSON-BARDIES, Bénédicte, Perceptual isochrony in English and in French, Journal of Phonetics, 13, 1985, pp. 155-162.
URBAN SPECIES  : Listen (Edit, Alternative Mix), Phonogram Ltd, London, 1994.
VAISSIERE, Jacqueline, On French Prosody, Quaterly Progress Report, MIT, Res. Lab. of Electronics, n°114, Juin 1974, 212-223.
VAISSIERE, Jacqueline, Rythm, accentuation and final lengthening in French,  Music, Language, Speech and Brain, 1991.
VERLUYTEN, Paul, L’analyse de l’alexandrin  : mètre ou rythme ? in Le souci des apparences, Dominicy éd., Editions de l’Université de Bruxelles, 1989, pp. 31-74.
WENK, Brian J. , WIOLAND, François, Is French really syllabe-timed?, Journal of Phonetics, 1982, 10, p. 193-216.
WIOLAND, François, Prononcer les sons du français, Hachette, 1991.

 

 Corpus - De nombreuses version de la même chanson ont vu le jour. Voici une grande partie des paroles disponibles.

Listen to the rhythm, listen to the rhyme / Listen to the clock tick tock the hands of time /Ticking, tocking, constantly revolving
Listen to the problems of the world who need solving / Listen to the child crying in the crib / And listen to the sick act that the Daddy did
See Daddy turned his back on all of his responsibilities / Listen how Mummy copes to the best of her abilities / Listen to the cliche rapper that's braggin
Listen to the mother who is always nagging / Her son to get up and do something with his life / Listen to the vows when you're marrying your wife
Listen to the scream of a mother giving birth / Listen to the sorrows of our Mother Earth / Listen to the beggarman begging in the street
Please can you spare some change so I can get some food to eat / Listen to the plight of the homeless / And if you listen to the pessimists everything's hopeless
Listen to your heart, listen to your soul / Listen to your conscience, let it take control / And just listen

Ecoute la palombe, paisible dans le ciel / Ecoute aussi la balle qui lui déchire les ailes / Qui est l'animal, l'oiseau ou le tireur
Ou celui qui vend l'arme, qui lui déchire le cœur / Ecoute le dernier pff d'un soldat inconnu / Ecoute tomber les larmes d'une femme un peu cocue
Ecoute le consensus dans son entourage / Il était consciencieux quelle force et quel courage
Ecoute plutot le bzz des ailes de l'abeille, Elles se foutent d'une sensation de miel / Ecoute aussi le 'pshit' que fait l'insecticide
Comme dans le monde actuel elle a choisi le génocide / Lepen traîne sa haine malsaine
Ecoute plutot ton cœur pas la flamme de la haine / Ecoute plutot le bon, pas la brute ou le truand / Ecoute ce qui apaise, écoute moi ce son

Listen to the fascists looking for your vote / Listen how he gets some with a scapegoat
He sees your tears and plays on your fears / Till his promises become music to your ears

Ecoute le clic-clac d'une paire de menottes / Le système est malade mais est-ce bien l'antidote ?
Ecoute la sirène qui file dans le domaine, la haine est la même, même dans ce domaine

Listen to the horrors my people saw / Listen to the politics of the gulf war
Place all the blame and name Hussein insane / Listen how he said two can play the same game

Ecoute le chant du coq, le solfège il s'en moque / Ecoute le chantage des rois du bavardage
Ecoute le tonnerre, Prévert, guerre à la guerre / Ecoute le croyant quand il fait sa prière.

 

03 juillet 2013

La Cigale et la Fourmi en API

 

     L'enseignement se réfère depuis quelques décennies aux "besoins de l'apprenant". Je ne comprends donc pas pourquoi l'on persiste à faire apprendre aux enfants français du primaire (souvent en CE1, c'est-à-dire à 7 ans !) cette fable de La Fontaine dans laquelle le lexique (dépourvue, bise, vermisseau...) et les structures (participe passé, passé antérieur, ne vous déplaise...) me semblent si sophistiqués, d'un usage disparu ou presque et si peu adéquats à leur niveau. Voir les enfants mémoriser, souvent dans la douleur, un texte dont ils ne maîtrisent pas les contenus qui ne leur serviront que très exceptionnellement, m'attriste toujours... Alors pourquoi ? Parce que les personnages sont des animaux ? Par pure tradition littéraire ? Ne pourrait-on pas au moins, au nom de la difficulté de ce texte, en différer le travail de quelques années ?

Je trouve tout aussi incompréhensible de faire travailler cette fable en FLE pour les mêmes raisons de complexité. Et si l'argument personnages / animaux séduisants pour les enfants ne tient plus, il ne reste que l'intérêt littéraire... Mais rien de très fonctionnel dans tout cela !

Je vois que certains accèdent au blog en cherchant une transcription phonétique de cette fable. Elle est en effet déjà évoquée dans un extrait du périodique "Le Maître Phonétique", cité dans un précédent message.

Pour répondre à cette demande, en voici donc une version complète en orthographe et Alphabet Phonétique International, transcription faite à partir de l'écrit (et non d'après un enregistrement / une prononciation particulière). J'utilise donc les archiphonèmes pour les voyelles d'aperture moyenne en syllabe inaccentuée (voir (1) (2) (3)).

Merci de me signaler toute erreur de transcription !

 

La Cigale et la fourmi              [lasigal / elafuʁmi //


La Cigale, ayant chanté              lasi'gal / Ejɑ̃ʃɑ̃'te /
Tout l'été                                     tule'te/
Se trouva fort dépourvue            sŒtʁu'va / fɔʁdEpuʁ'vy /
Quand la bise fut venue :            kɑ̃la'biːz / fyvŒ'ny //
Pas un seul petit morceau          pazɛ̃'sœlpŒtimɔʁ'so /
De mouche ou de vermisseau.   dŒ'muʃ / udŒvɛʁmi'so //
Elle alla crier famine                   ɛla'lakʁiefa'min /
Chez la Fourmi sa voisine,         ʃelafuʁ'mi / savwa'zin /
La priant de lui prêter                 lapʁi'ɑ̃ / dŒlɥipʁE'te /
Quelque grain pour subsister     kɛlkŒ'gʁɛ̃ / puʁsybzis'te /
Jusqu'à la saison nouvelle.        ʒyskalasɛzõnu'vɛl //
"Je vous paierai, lui dit-elle,       ʒŒvupE'ʁE / lɥidi'tɛl /
Avant l'Oût, foi d'animal,             avɑ̃'lut / fwadani'mal /
Intérêt et principal. "                   ɛ̃tE'ʁɛ / epʁɛ̃si'pal //
La Fourmi n'est pas prêteuse :  lafuʁ'mi / nEpaspʁE'tøːz //
C'est là son moindre défaut.      sE'la / sõmwɛ̃dʁŒde'fo //
Que faisiez-vous au temps chaud ?   kŒfŒzje'vu / otɑ̃'ʃo /
Dit-elle à cette emprunteuse.     di'tɛl / asɛtɑ̃pʁɛ̃'tøːz //
- Nuit et jour à tout venant          nɥite'ʒuʁ / atuvŒ'nɑ̃ /
Je chantais, ne vous déplaise.    ʒŒʃɑ̃'tɛ / nŒvude'plɛ:z //
- Vous chantiez ? j'en suis fort aise.  vuʃɑ̃'tje / ʒɑ̃sɥifɔʁ'tɛːz //
Eh bien! dansez maintenant.      e'bjɛ̃ / dɑ̃'se / mɛ̃tŒ'nɑ̃ // ]

La_cigale_et_la_fourmi_illustration_dore

(La Cigale et la Fourmi, illustration de Gustave Doré)

Posté par fonetiks à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2013

Transcriptions Phonétiques (2)

La pratique de l'Alphabet Phonétique International est un excellent exercice, avant tout pour les enseignants.

Les symboles de l'API utiles pour transcrire le français sont peu nombreux et pour la plupart transparents.

La pratique régulière de l'API permet de se familiariser avec les caractéristiques de l'oral telles que l'enchaînement (quand on transcrit la frontière syllabique : "il arrive" [i-la-ʁiv]), la liaison ("en avion" [ɑ̃-na-vjɔ̃]), mais aussi les cas d'assimilation ("Absent!" [ap-sɑ̃]), les correspondances graphie / phonie (la lettre "x" réalisée [ks] dans "taxi" ou [gz] dans "exemple")...

C'est un code simple à maîtriser et sa pratique est amusante et réellement éclairante sur les problèmes de prononciation. (Ne vous laissez pas impressionner par les deux petits tableaux ci-dessous : ils présentent toutes les voyelles et les consonnes des langues du monde!!!, alorsqu'il n'y a qu'une trentaine de sons en français). Ces symboles sont organisés en systèmes structurés qui permettent de comprendre les erreurs des étudiants, et de proposer des corrections adaptées.

APIVoyAPICons

Pour les étudiants, les dictées en API révèlent certaines difficultés, parfois tout aussi bien révélées par l'orthographe. Ex : À la Solebonne.

Dans tous les cas, il est indispensable de confronter la transcription API avec le document audio, plus qu'avec la transciption orthographique.

Vous trouverez, sur les questions de transcription, un intéressant article scientifique de mes collègues de l'Institut de Phonétique de Paris 3, Bernard Gautheron et Antonia Simon-Colazo, intitulé : La transcription phonétique au bout des doigts, claviers et polices ergonomiques pour la transcription en API (version pdf).

aclweb.org/anthology-new/W/W12/W12-1304.pdf

J'ai utilisé en cours de phonétique pour pratiquer l'API en lecture et en transcription, les dramatiques radiophoniques de la célèbre série les Maîtres du Mystère, enregistrées à la Maison de la Radio / ORTF dans les années 1960-1970 et récemment rééditées en CD.

Je vous propose ici les transcriptions d'extraits de Un visiteur timide, de Charles Maître, première diffusion le 6/5/1969. Même si les acteurs sont très talentueux (Michel Bouquet, Jean-Claude Michel et Bernadette Lange), il s'agit d'écrit oralisé, ce qui est très différent de transcriptions d'oral spontané. Mais cela me semble déjà un progrès par rapport aux transcriptions réalisées à partir d'extraits littéraires (écrits) que l'on trouve dans de nombreux ouvrages. L'API est un outil de captation de l'oral tel qu'il est produit plutôt que tel qu'il devrait / pourrait être produit.

Malheureusement, les transcriptions que je vous propose ci-dessous ont été faites avec des polices API aujourd'hui obsolètes. Il s'agit donc de documents .pdf un peu déformés... Vous remarquerez que j'ai sciemment évité de reproduire en API l'espace graphique entre les mots. Seules les frontières entre groupes rythmiques sont indiquées pour approcher au plus près la production orale.

 

Entraînez-vous à lire de l'API, ou à transcrire en API : la liste de vos courses, les post-it que vous vous laissez, vos rendez-vous dans votre agenda... envoyez-nous vos commentaires en API !

Pour motiver votre lecture attentive, quelques coquilles se sont glisséess dans les transcriptions. Saurez-vous les retrouver?

(cliquez sur le document pour l'agrandir)

Visiteur11

 

 

Visiteur 10

 

 

Visiteur21

Visiteur20

Visiteur31

Visiteur30

 

 

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 14:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 mars 2013

Transcriptions Phonétiques (1)

Hommage au Maître Phonétique.

Périodique écrit en Alphabet Phonétique International et en plusieurs langues (anglais, General American, français, allemand, italien, espagnol...), Le Maître Phonétique, revue de l'Association Phonétique Internationale (dont on peut lire les premiers numéros en ligne : http://archive.org/details/lematrephontiqu00vivagoog) a paru de 1904 à 1970.

DSC06370

Nous en proposons ici des extraits en français, dont nous donnons plus bas la transcription orthographique.

Si ces transcriptions phonétiques / orthographiques vous intéressent, merci de laisser un commentaire pour en demander de nouvelles.

 

 

Premier extrait du n° 45, janvier-mars 1934.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

DSC06366

 

Partie des élèves

Français

La maison était restée sous la protection d(e) trois gamins. L’un grimpé sur le faîte d’une charrette chargée d(e) fourrage vert, jetait des pierres dans un tuyau d(e) cheminée d(e) la maison voisine, espérant qu’elles y tomb(e)raient dans la marmite. L’autre essayait d’am(e)ner un cochon sur le plancher d(e) la charrette qui touchait à terre, tandis que l(e) troisième, pendu à l’autre bout, attendait qu(e) le cochon y fut placé pour l’enl(e)ver en f(ai)sant faire la bascule à la charrette. Quand Derville leur demanda si c’était bien là que demeurait Monsieur Chabert, aucun n(e) répondit et tous trois le r(e)gardèrent, avec une stupidité spirituelle, s’il est permis d’allier ces deux mots. Derville réitéra ses questions sans succès. Impatienté par l’air narquois des trois drôles, il leur dit de ces injures plaisantes que les jeunes gens s(e) croient l(e) droit d’adresser# aux enfants, et les gamins rompirent le silence par un rire brutal. Derville se fâcha. Le colonel, qui l’entendit, sortit d’une petite chambre basse, située près d(e) la laiterie, et apparut sur le seuil de sa porte avec un flegme militaire inexprimable.

 

Extrait de BALZAC, Le Colonel Chabert

 

-------------------------------------------------------------------------------

 

Deuxième extrait du n° 63, juillet-septembre 1938.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

DSC06363

 

DSC06364

 

 

 

Partie des élèves

Français

La fable de Pierre

 

 Personnages: La débitante et son fils Pierre, un marchand d(e) toile. Quelque part en Haute Normandie, dans un p(e)tit café-débit, au bord de la route.

Déb : Viens don(c) dire bonjour au monsieur. Allons, n(e) fais pas ton p(e)tit nigaud, i(l) va t(e) donner  deux sous pour ta peine.

Pierre : J(e) veux pas, moi. Na !

Déb : C’est la timidité  qui l’empêche, mon bon monsieur. Voyons , Pierre, n(e) te sauve pas comme ça. I(l ne) va pas t(e) manger, l(e) monsieur.

Pierre : Voilà, j(e) viens, mais il faut qu’i(l) m(e) donne deux sous.

Déb : Puisqu’il a promis, vieux bêta ; « Allons, viens que j(e) te mouche. Souffle, souffle fort. Où as-tu donc été t(e) fourrer ? Croyez-vous qu’il est barbouillé ! Les enfants d(e) la campagne, on n(e) peut pas les tenir aussi propre qu’à la ville, on s(e) ruin(e)rait en blanchissage. Alors, vas-y, récite-nous ta fable.

Pierre : Laquelle ?

Déb : Celle qui parle d’une cigale et d’une fourmi.

Pierre : J(e ne) la sais plus.

Déb : En voilà un mensonge pour un enfant qui va faire sa première communion. Pendant qu(e) j’y r(e)pense, envoyez-moi donc deux paires de draps pur fil, non brodés. Traitez-moi en amie, hein ? I(l) m’en faudra d’autres ; et pas d(e) traites, surtout. Le facteur n’a pas besoin d(e) savoir où j(e) me fournis. Eh bien, y es-tu ? On t’attend !

Pierre : La cigale et la fourmi…

Déb : N(e) mets pas tes doigts dans ton nez ! Tu verras qu’un jour, il faudra t(e) le couper.

Pierre : Où veux-tu qu(e) je les mette, mes doigts ?

Déb : Faut-i(l) qu’il ait réponse à tout ! Allons, vite, le monsieur n(e) peut pas attendre indéfiniment.

Pierre : La cigale et la fourmi….

Déb : Veux-tu m(e) laisser ton tablier tranquille ! Ne le voilà-t-i(l)  pas qui agrandit l(e) trou qu’i(l) vient d(e) faire à son sarrau tout neuf ! Vas-tu commencer, ou faut-i(l) que j(e) me fâche pour de bon ?

Pierre : J(e) peux pas, tu parles toujours.

Déb : Attends un peu, que j(e) me mette en colère…

Pierre : La cigale et la fourmi….

Déb : Parle plus fort, on croirait qu(e) tu as d(e) la bouillie plein la bouche !

Pierre (très fort) : La cigale et la fourmi : La cigale ayant chanté Tout l’été, Se trouva fort dépoilue

Déb : Qu’est ce que tu nous racontes ?  C’est « dépourvue » qu(e) c’est écrit.

Pierre : J’aime mieux dépoilue. Au moins, ça a un sens !

Se trouva fort dépourv…. voilue Quand la brise fut venue. Pas un seul petit morceau, De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine Chez la fourmi sa v….

Oh, maman, regarde la vache qui s’est sauvée dans la pièce de blé !

Déb : C’est pourtant vrai. Viens avec moi la rattraper, avant qu’elle n’arrive au carré d(e) betteraves à Cyprien. Tu r(e)viendras finir ta fab(le), pour que l(e) monsieur te donne tes deux sous. Dites, monsieur l(e) marchand, servez-vous encore du café, et puis atteignez-moi des échantillons d(e) toile. Je suis à vous dans un instant.

Ils sortent en courant, et le marchand se verse une pleine tasse de café, attendant avec résignation la fin de la fable de Pierre.

 

Adapté du conte normand de G. DEMONGE, par J.P. VINAY
--------------------------------------------------------------------------------

Un dernier extrait que je vous laisse le soin de transcrire orthographiquement.

n° 15, juillet-septembre 1926.

 

DSC06368

DSC06369

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 16:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]