[Voici quelques témoignages d'étudiants recueillis par écrit au fil des années... Je n'y ai rien changé, rien corrigé - les fautes y sont "originales"... Ces textes répondent à la consigne suivante : "Freins et motivations à l'apprentissage de la prononciation d'une llangue étrangère - expérience personnelle"]

Beata, Polonaise

Il y a quelques années une jeune et naïve jeune fille racontrait un beau Français. Celui-ci promenait au bord de la mer, lui montrait les étoiles et cette fille a constaté que la langue française est la plus joli au monde. Après les vacances très chaleureuses, elle reçevait des lettres d'amour et de nouveau elle était enchantée par le français et Français d'où naissait le projet de venir au source de ces merveilleux, c'est-à-dire en France. Mais là, la vie n'était pas en rose. Tout d'abord c'était très difficile de comprendre les français qui parlent vite et avec beaucoup de liasons. Pour arriver à se faire comprendre, il fallu perdre un peu de son accent polonais. On essayait alors d'imiter les intonations des phrases, des expressions entendues à la rue, à la radio, à la TV. Pour s'entraîner, on parlait les heures entières par téléphone, dans les cafés pendant les fêtes avec les françaises et français. On copiait leurs mouvement de la bouche, même si au début, ça faisait rire. Apprendre prononciation, intonation de la langue, c'est comme apprendre à danser - il faut faire travailler les muscles dans certain rythme et comme on aime dancer il n'y a que à apprendre la danse à la française.

  

 

 

Lilia, Moldave

Pendant mon séjour en France, j'ai demandé à ma professeur du français de me conseiller quelque chose pour amméliorer ma prononciation, à quoi elle m'a assurée que ce n'est pas du tout grave, qu'il vaut mieux que j'accorde attention à la grammaire, qu'un accent ne peut pas être liquidé, et qu'à la fin, c'est charmant... Donc, j'ai laissé tomber...

 

 

 Xiaodong, Chinois

Bien que j'ai appris le français depuis l'alphabet phonétique international, j'ai toujours du mal à correctement prononcer. Comme je considère "bien parler" pour une importante partie de la maîtrise du français, cela m'ennuit beaucoup.
Après être venu en France, j'ai attenssivement suivi des cours du phonétique. En écoutant, réécoutant, parlant et étudiant, j'ai esayé de m'améliorer sur ma prononciation. Quoique je sentais quelque progrès au bout d'un certain temps, le résultat en est moins bon que je l'imaginais. Des fois j'en étais déssu.
(...)
En réalité, il existe des difficultés que je n'est pas capable de résoudre bien que je travaille beaucoup dessus. D'abord, c'est la difficulté de distinguer de différents sons [occlusives sourdes/sonores]. Je sens aucune différence en les écoutant, de telle manière que je doute s'il y a quelque maladie dans mes oreilles. Ensuite c'est la difficulté de bien prononcer, puisqu'il n'existe pas des prononciations dans notre langue maternelle, quand je parle je ne fait pas très attention et prononce mal. Donc c'est plutôt un problème de l'habitude et il est surmontable à condition que je fasse des efforts.
Je désire parler fançais comme un français. Il est quasiment impossible, je le sais, mais je vais faire mon mieux.

 

 

 

Evguénia, Russe

A l'université linguistique de Moscou pendant les cours de la phonétique on faisait beaucoup d'exercices pour travailler les sons et les intonations. On faisait aussi la gymnastique pour les muscles du visage pour mieux prononcer.
Je n'ai pas de secret particulier d'apprentissage de la phonétique sauf une grande volonté et j'écoutais la radio en français, j'écoutais des chansons françaises, je travaillais avec le magnétophone imitant le spikeur, j'imitais mes acteurs et actrices préférés pour parler et gesticuler comme eux. Depuis toujours je voulais parler français comme un Français.

 

 

 

 Aleksandra, Polonaise

Mes premiers pas en français étaient dérisoires. Ils remontent aux beaux vieux temps de l'école secondaire où on m'a fait découvrir toute la beauté et la richesse de la langue de Molière. Je suis vite tombée aveuglement amoureuse d'elle, de sa mélodie encore davantage quand j'entendais la voix merveilleuse de Mireille Mathieu. J'ai toujours été fascinée par cette chanteuse que je trouvais unique en son genre et c'est à cause de son 'r' remarquable. Je lui dois beaucoup parce que c'est grâce à l'étude de ces interprétations, aux énormes efforts pour l'imiter, que j'ai amélioré ma phonétique en français. Les longues heures que je passais devant le magnétophone en valaient la peine. Bien sûr, le résultat n'était pas si parfait qu'on puisse me considérer d'emblée comme une française. L'accent polonais était constamment présent dans mes propos, néanmoins j'ai réussi à le rendre moins exaspérant en sorte que mes amis français le jugeaient très charmant. Leurs opinions m'étaient agréables mais au fond j'aurais préféré les surprendre par le manque absolu d'accent quelconque. je n'imagine pas une plus grande flatterie...

 

 

 Marketa, Tchèque

Après deux ans d'études du français dans mon pays d'origine je suis partie à l'étranger. Au début je me suis retrouvée comme dans un mauvais rêve. Je ne comprrenais rien et sûrtout je ne comprenais pas pourquoi les autres ne me comprenaient pas. Quand même je parlais en français ? Je me suis rendue compte très vite que c'était à cause de ma prononciation que j'avais du mal à me faire comprendre.
Je savais très bien si quelqu'un pouvait m'aider, ça serait que moi-même. Grâce à ma passion pour la lecture, je progressais vite, et même j'ai trouvé du plaisir de lire en haute voie. Quand j'étais à la maison, precque tout le temps, j'écoutais du radio et je regardais à la télé. Les séances du théâtre m'ont donné encore un autre point de vue sur la langue et la prononciation même

 

 

 

 Araceli, Mexicaine

Pendant l'année nous avons eu un seul exercise qui était la mémorisation d'une pièce de théâtre comme la présentation de celle-ci a la fin du deuxième semestre. Selon les arguments du professeur, cet exercise faisait à l'élève s'exprimer et travailler autant la mémoire que la phonétique. Tout cela était très bien, le seul inconvénient était que nous ne savions ni lire ni écrire quoique ce soit du français.
(...)
Alors le jour de la présentation est arrivé et la catastrophe aussi, personne a peut parler claire ni fort ni correctement ; les phrases ont été oubliées, l'œuvre a été pitoyable et le publique assez agressif. La pièce satyriquo-comique était devenue, pour nous, tragique. Voilà ce qui a fait un de grand fiasco de nôtre cours et par conséquent de mon apprentissage.

 

 

 Michela, Italienne

Mon véritable apprentissage du français commença au lycée mais mon amour pour cette langue se manifesta bien avant vers l'âge de huit ans. A cette époque, ma mère écoutait des chansons de Charles Aznavour en version italienne. Bien que les textes fussent en italien, la mélodie ne trompait pas, elle était celle d'un pays qui parlait une langue douce et pleine de grâce. Un couple d'amis, à la même période, venait rendre visite à mes parents régulièrement. Je me souviens de la fascination qu'il exercait sur moi quand l'un d'eux parlait dans sa langue maternelle. Je comprenais à peine quelques mots mais les sons de leurs voix étaient si agréables que je restais longtemps à les écouter. A quatorze ans, nourrissant une passion déclarée pour les langues, je choisis un lycée de langues étrangères. Le premier cours de français avait été une véritable surprise pour tout le monde : notre professeur, une italienne, maîtrisait phonétiquement cette langue à la perfection. J'étais ébahie et, bien sûr, n'eux qu'une envie : atteindre le même niveau.