---- Projet---- initié par Bertrand LAURET, Dario PAGEL, Takeki KAMIYAMA

 

Pour une reconnaissance

de la primauté de l’oral et de la prononciation

dès le début de l’apprentissage des langues étrangères

 

[N'hésitez pas à laisser un commentaire à ce projet d'appel - en bas de ce message [Commentaires], en mentionnant vos Nom, Prénom, Qualité ainsi que toutes vos suggestions. Vous êtes plus de 700 à visiter ce blog par semaine, merci d'élaborer ce projet d'appel AVEC NOUS !]

 

La recherche en phonétique traite entre autres des questions de la prononciation des langues étrangères.

A l’heure où l’enseignement des langues étrangères reste peu performant malgré des mesures favorables mais des mises en œuvre trop souvent inadéquates, les universitaires et les chercheurs qui travaillent sur les questions d’enseignement de la phonétique des langues s’associent pour proposer

 

au Ministre de l’Education,

aux auteurs de programmes,

aux formateurs,

aux éditeurs,

aux auteurs de manuels,

aux enseignants,

aux parents d’élèves,

aux étudiants,

 

des mesures simples favorisant l’acquisition de la meilleure prononciation possible en langue étrangère.

 La prononciation est une composante particulière de l’apprentissage des langues qui se distingue des autres composantes linguistiques traditionnelles (vocabulaire, grammaire) par le fait qu’il ne s’agit pas d’un savoir, mais d’un savoir-faire, voire d’un savoir-être. La capacité d’adopter une nouvelle prononciation est encore trop souvent considérée comme un don, une facilité, que l’on a ou pas.  En conséquence, la prononciation est souvent réduite, dans les manuels, à quelques informations techniques assorties de rares et courts exercices.

 Or, la prononciation est LA porte d’entrée dans la nouvelle langue. Ne pas prendre d’emblée plaisir à la prononcer, c’est déjà renoncer à aimer la pratiquer. L’usage de la langue ne se réduit pas à la maîtrise d’un code, il faut pouvoir l’incarner.

 Et c’est au tout début de l’apprentissage que cette réflexion sur l’enjeu de la prononciation est essentielle.

Dès le début de l’apprentissage, comprendre l’enjeu de la prononciation et amener les apprenants à s’approprier la musique et les sons de la nouvelle langue hors code orthographique permet d’atteindre rapidement une performance phonétique optimale.

Alors que l’exposition précoce à l’écrit orthographique active irrésistiblement les habitudes de lecture de la langue maternelle et minimise durablement les capacités de prononciation. La correction phonétique est alors beaucoup plus laborieuse.

Les bénéfices d’un travail sur la prononciation sont aussi de l’ordre du développement personnel (voix, prise de parole, « perméabilité de l’ego »…)

 

Encore souvent négligée par tous les acteurs de l’enseignement, la prononciation est pourtant indéniablement une composante cruciale de la communication. Les approches didactiques récentes ont valorisé d’autres aspects communicatifs au détriment du pilier que constitue la prononciation. Par exemple, le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues (Conseil de l’Europe, 2001) consacre dans l’ensemble relativement peu de contenu à la « maitrise du système phonologique ».

  • inscrire la prononciation explicitement comme objectif d’apprentissage dans les textes, programmes, concours. L’exigence des institutions doit être forte pour motiver les apprenants.

  • le travail sur la prononciation doit être abordé dès le début de l’apprentissage, HORS CODE ÉCRIT, POUR L’ENSEMBLE DES LANGUES ÉTRANGÈRES, et en particulier pour les langues dont l’orthographe est compliquée et peu phonétique, comme l’anglais et le français. La période initiale d’enseignement doit être EXCUSIVEMENT ORALE, sans recours à l’écrit orthographique. Cette courte période permet à apprenant D’ENTENDRE les spécificités de la nouvelle langue et D’ESSAYER D’IMITER au mieux ce qu’Il ENTEND.

 

 

CARACTÉRISTIQUES D’UNE PÉRIODE D’ORAL INTÉGRAL EN DÉBUT D’APPRENTISSAGE

• explication de l’objectif d’une telle période : apprendre une nouvelle langue, c’est d’abord apprendre à la parler ; pour bien la parler, il faut l’entendre et l’imiter avant de la lire. Un important effort est demandé en début d’apprentissage pour pratiquer l’écoute et l’imitation sans support orthographique. Une bonne prononciation peut s’acquérir rapidement en début d’apprentissage car seules les capacités d’audition / mémorisation / répétition sont sollicitées. Les capacités linguistiques et orthographiques engagées dans la suite de l’apprentissage ne permettent plus la concentration nécessaire à l’adoption optimale d’une nouvelle prononciation.

• en conséquence, pendant cette période, les enseignants n’écrivent pas au tableau ni ne mettent à disposition des élèves des écrits orthographiques. Par contre, les élèves sont libres de noter ce qu’ils entendent comme ils le souhaitent.

• les étudiants doivent pouvoir disposer TOUT AU LONG DE LEUR APPRENTISSAGE de documents audio variés et en nombre pour leur entrainement personnel, accès largement facilité par les nouvelles technologies.

• l’environnement scolaire et familial de l’apprenant doit soutenir et valoriser cet effort : l’image que l’apprenant a de lui-même dans la nouvelle langue est en jeu.