Pour continuer la promotion de la variété des exercices de prononciation, je propose une histoire drôle.

Parce qu'avoir de l'humour dans une autre langue peut-être très motivant.

Parce qu'une histoire drôle constitue un corpus court, avec des phrases généralement simples, souvent répétées dans l'histoire elle-même (c'est le cas ici), mobilisant des qualités de souplesse d'élocution (ici avec un changement de voix), le tout dans le plaisir naturel de la narration (nous racontons les histoires qui nous ont plu).

C'est un corpus idéal à s'approprier dans le jeu, où l'expressivité peut prendre une grande part.

Parmi les autres caractéristiques phonétiques de l'histoire présentéee dans le diaporama, signalons le maintien des "e" typiques d'un adulte s'adressant à un enfant : "Tu peux me le passer?" et non pas "Tu peux m'le passer?".

L'histoire peut être présentée après avoir vérifié quelques éléments assurant la compréhension de l'ensemble : les échanges au téléphone ("passer quelqu'un"), le lexique de l'histoire ("être occupé"), etc... Elle peut faire ensuite l'objet d'une dictée, du repérage de caractéristiques phonétiques (identification des groupes rythmiques, "e" prononcés ou non, repérage de certaines voyelles, ou consonnes, ou semi-consonnes,...), bref tout ce qui permet de l'entendre encore et encore pour se l'approprier sans passer par une explicite période d'apprentissage par coeur... avant de proposer de la répéter avec l'enregistrement puis de l'enregistrer à son tour.

On confrontera toujours l'écrit à l'enregistrement.