La consonne R du français est décrite comme un cauchemar phonétique par de nombreux apprenants étrangers. Ils trouvent généralement que ce n'est pas une belle consonne (et un tel jugement esthétique constitue le seul réel handicap pour l'entraînement, il faut donc avant tout faire évoluer cette opinion), elle a l'air de râcler la gorge, d'être tellement postérieure qu'elle donne envie de vomir... et en plus, on en trouve partout en français!

Sur ce dernier point, ils ont raison. La consonne R est la consonne la plus fréquente en français : elle représente à elle seule 13% des occurrences des 17 consonnes du français. Et c'est pour cela que R est incontournable... Prononcer un R roulé par exemple (comme en espagnol, en italien, en roumain, en russe...) est un énorme marqueur d'accent étranger en français.

Or, maîtriser la consonne R n'est pas aussi difficile qu'il y paraît. Il faut juste une organisation rigoureuse de l'entraînement.

R en français peut se trouver dans de nombreuses positions dans le groupe rythmique. Et la difficulté de sa réalisation dépend de sa position. C'est cet entraînement en fonction de la position qu'il faut organiser pour maîtriser le R étape par étape, position par position.

 

Par exemple, R en position finale de groupe rythmique est une consonne très douce (on l'entend parfois à peine), elle allonge juste la voyelle qui précède sans en modifier le timbre, elle est jolie comme un petit souffle... et vraiment facile à produire. C'est R# final. Pour ceux qui ont l'habitude de prononcer un R roulé dans leur langue maternelle (ou [l] comme en japonais), il faut seulement veiller à ce que la pointe de la langue ne se dresse pas vers les incisives supérieures pour le roulement, mais que la langue reste couchée (comme un chien! COUCHÉ!) en bas. Pour s'assurer que la pointe de la langue ne va pas se dresser, on peut proposer de coller la pointe de la langue derrière les incisives inférieures (et / ou vérifier dans un mirroir que la langue ne se dresse pas).

Car ce n'est pas du tout en avant de la bouche que les choses se passent pour R mais derrière. R est une consonne fricative, c'est à dire un son produit par un léger frottement. Ici, le frottement est produit par un TRÈS léger recul de la racine de la langue.


Dites un long [aaaa] et terminez par un bref et très léger recul de l'arrière de la langue. Encore plus bref et plus léger ! Le plus léger possible ? Voilà ! vous prononcez un R français. Facile, non?

Vous l'avez réalisé une fois? Il va falloir maintenant faire vos gammes, toujours dans cette position finale.
iiii - R,     ɛɛɛɛ - R,      aaaa - R,      ɔɔɔɔ  - R,      uuuu - R
yyyy - R,     œœœœ - R.

Vous allez maintenant ajouter une consonne pour commencer la syllabe. Par exemple [p] :
piiii - R, pɛɛɛɛ - R, paaaa - R, pɔɔɔɔ  - R, puuuu - R
pyyyy - R, pœœœœ - R.

Entraînez-vous avec d'autres consonnes ([t, k, d, m, f, s, v]). Assurez-vous toujours que :

1. la voyelle est longue et stable (elle n'est pas influencée par le R qui suit (comme en anglais américain par exemple : FR pire, ENG peer),

2. le R termine la syllabe, il est TRÈS LÉGER. Dans cette position, il peut toujours être plus léger, jusqu'à presque disparaître. Essayer de le faire presque disparaître aussi. Qu'en pensez-vous?

---------------------------------------------

Pouvez-vous répéter les syllabes suivantes sur un rythme lent et régulier en tapant sur la table ?

 

" 'soiR  'baR  'gaRe  -'gaR(d)  'n'aR-   'guèRe  ('de)  'boiRe..."

 

Ecoutez 1 fois le début de la chanson de Boby Lapointe Ta Katie t'a quitté, puis produisez uniquement les mots / syllabes en gros/gras ci-dessous, à dire sur les temps forts de la musique (répétée 5 fois!!! la vitesse est variable, jusqu'à la vitesse originale).

"Ce soiR au baR de la gaRe Igor hagaRd est noir il n'aRrête guèRe - deboiRe..."

AloRs? EncoRe?
D'accoRd! On continue...
 ----------------------------------------
 
Ah! l'amouR, toujouRs l'amouR...

Ecoutez et produisez les mots en gras du poème ci-dessous :


(La sculpture est Eve, d'Auguste Rodin, photographiée au jardin desTuileries)

Le Serment de Marceline Desbordes-Valmore

Idole de ma vie,
Mon tourment, mon plaisiR,
Dis-moi si ton envie
S'accorde à mon désiR ?
Comme je t'aime-en mes beaux jouRs,
Je veux t'aimer toujouRs.

Donne-moi l'espérance ;
Je te l'offre en retouR.
Apprends-moi la constance ;
Je t'apprendrai l'amouR.
Comme je t'aime-en mes beaux jouRs,
Je veux t'aimer toujouRs.

Sois d'un cœuR qui t'adoRe
L'unique souveniR ;
Je te promets encore
Ce que j'ai d'avenir.
Comme je t'aime-en mes beaux jouRs,
Je veux t'aimer toujouRs.

Vers ton âme attirée
Par le plus doux transpoRt,
Sur ta bouche adorée
Laisse-moi dire encoR :
Comme je t'aime-en mes beaux jouRs,
Je veux t'aimer toujouRs.

Bilan : Vous produisez maintenant R en finale de groupe rythmique. Qu'en dites vous? Est-ce agréable / désagréable? En quoi? Vous sentez-vous ridicule? Trouvez-vous cela joli? amusant? etc...

 

L'étape suivante consiste à produire un R toujours en finale du groupe rythmique mais cette fois-ci suivi d'une consonne. C'est R+Consonne #. Il faut toujours veiller à ce que la langue ne se dresse pas pour articuler R. Le bruit de friction est naturellement un peu plus fort à cause de la consonne qui suit, mais ce n'est pas la peine de forcer. Le R léger est toujours plus joli... et plus agréable à faire.

Entraînez-vous avec des gammes que vous construisez vous-même.

 

-------------------------------------------------------------------------------

Puis, quand vous sous sentez prêt, écoutez et répétez les mots du poème ci-dessous dans lequel  R# final et R+Consonne # alternent.

(Les tableaux du diaporama sont : sur le thème de la jeune fille et la mort, d'Edvard Munch et de Marianne Stokes, et sur le thème d'Orphée et Eurydice, de Christian Gottlieb Kratzenstein-Stub, de Ary Scheffer, de Jean-Albert Cresswell et de Jean-Baptiste Corot.)

La Morte de Maurice Carême

Il entendit la mort
Derrière cette porte,
Il entendit la mort
Parler avec la morte.

Il savait que la porte
Etait mal refermée
Et que, seule, la mort
En possédait la clé. 

Mais il aimait la morte
Et quand il l’entendit,
Il marcha vers la porte
Et l’ouvrit. Il ne vit

Ni la mort ni la morte ;
Il entra dans la nuit
Et doucement, la porte
Se referma sur lui.

 

Bilan : Vous produisez maintenant R en finale absolue et avant consonne. Qu'en dites vous? Quelle position préférez-vous? Pourquoi? Pouvez-vous produire un R encore plus léger? et encore plus? Ça vous plaît ? Etes-vous prêt à relever le défi de R dans d'autres positions?

 

À suivre ...