30 août 2013

"En fait" en fête à l'export ...

  

   Cette locution adverbiale commence aujourd'hui bon nombre de prise de parole des français natifs, en particulier chez les enfants et les jeunes, tant pour raconter quelque chose que pour exprimer une opinion. Chez certains, cela vire au tic de langage, ce que l'écrivain polémiste Renaud Camus appelle une scie individuelle ou une cheville universelle...

   "En fait" (prononcé [ɑ̃fɛt]) n'est bien sûr pas le seul tic répandu en ce moment en français. On peut citer aussi : effectivement, (m') enfin, tu vois / vous voyez, voilà, quoi, genre...

   Wikipédia propose la traduction en plusieurs langues de "en fait" :

 

   Voici le lien vers un amusant article parodique sur le virus "en fait" donc je cite un extrait ci-dessous :

"En fait, cette expression hautement contagieuse, très collante et très présente est en fait surtout utilisée pour réaliser une démonstration ou exposer une idée, en fait. En fait, servant tour à tour pour l'introduction d'un raisonnement, autant que pour une conclusion, en fait. « En fait » sert en fait surtout à marquer une idée, en fait. « En fait », marque aussi une transition, en fait. En fait, c'est comme pour un télégramme, en fait. En fait, remplacez « STOP » par « en fait », en fait. L’expression apparaît en fait à chaque fois que l’interlocuteur[1] prend en fait conscience de ce qu’il a en fait à exprimer. Le rythme d’apparition est en fait très irrégulier, et peut apparaître 3 fois dans une phrase, pour ne réapparaître que quelques phrases plus loin en fonction de la façon où l’interlocuteur suit plus ou moins le fil de son raisonnement, en fait.

C’est en fait comme pour ce dernier paragraphe, en fait. En fait, j’ai relevé, par exemple, 21 fois « en fait » en 5 minutes, ce qui en fait représente environ 250 fois dans une heure. « En fait » est d’autant plus présent que l’interlocuteur est en fait assez incertain de son raisonnement, en fait. En cela, il a en fait pour seul avantage de remplacer les « euh », en fait, d’une manière, en fait, plus élégante, en fait. « En fait » peut remplacer toute sorte de ponctuation en fait."

 

   Enfin, et c'est ma contribution, voici dans le diaporama ci-dessous, deux exemples d'un usage excessif de la locution "en fait" :

1. en français langue maternelle : France Inter, 25/08/2013, 8h38 : Vincent Coquebert, du magazine Grazia.

2. en français langue étrangère : France Inter, 22/04/2013, 7h55 : Sami, réfugié syrien.

Dans les deux cas, les occurrences de "en fait" ont été légèrement amplifiées.

 

   Des apprenants étrangers débutants m'ont déjà demandé pourquoi les Français parlent autant de "fêtes" (en fait, vous faîtes, une fête, sont en effet de parfaits homophones)...

Si l'adoption de cette locution par des apprenants étrangers marque bien leur entrée dans la langue et une bonne observation des habitudes orales des natifs, il faut veiller à son usage mesuré, et s'entraîner à varier son emploi avec d'autres locutions fonctionnellement équivalentes : euh..., en réalité, effectivement, finalement, au fond, alors, ...

 

"En fait..."

Posté par fonetiks à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]