30 août 2013

"En fait" en fête à l'export ...

  

   Cette locution adverbiale commence aujourd'hui bon nombre de prise de parole des français natifs, en particulier chez les enfants et les jeunes, tant pour raconter quelque chose que pour exprimer une opinion. Chez certains, cela vire au tic de langage, ce que l'écrivain polémiste Renaud Camus appelle une scie individuelle ou une cheville universelle...

   "En fait" (prononcé [ɑ̃fɛt]) n'est bien sûr pas le seul tic répandu en ce moment en français. On peut citer aussi : effectivement, (m') enfin, tu vois / vous voyez, voilà, quoi, genre...

   Wikipédia propose la traduction en plusieurs langues de "en fait" :

 

   Voici le lien vers un amusant article parodique sur le virus "en fait" donc je cite un extrait ci-dessous :

"En fait, cette expression hautement contagieuse, très collante et très présente est en fait surtout utilisée pour réaliser une démonstration ou exposer une idée, en fait. En fait, servant tour à tour pour l'introduction d'un raisonnement, autant que pour une conclusion, en fait. « En fait » sert en fait surtout à marquer une idée, en fait. « En fait », marque aussi une transition, en fait. En fait, c'est comme pour un télégramme, en fait. En fait, remplacez « STOP » par « en fait », en fait. L’expression apparaît en fait à chaque fois que l’interlocuteur[1] prend en fait conscience de ce qu’il a en fait à exprimer. Le rythme d’apparition est en fait très irrégulier, et peut apparaître 3 fois dans une phrase, pour ne réapparaître que quelques phrases plus loin en fonction de la façon où l’interlocuteur suit plus ou moins le fil de son raisonnement, en fait.

C’est en fait comme pour ce dernier paragraphe, en fait. En fait, j’ai relevé, par exemple, 21 fois « en fait » en 5 minutes, ce qui en fait représente environ 250 fois dans une heure. « En fait » est d’autant plus présent que l’interlocuteur est en fait assez incertain de son raisonnement, en fait. En cela, il a en fait pour seul avantage de remplacer les « euh », en fait, d’une manière, en fait, plus élégante, en fait. « En fait » peut remplacer toute sorte de ponctuation en fait."

 

   Enfin, et c'est ma contribution, voici dans le diaporama ci-dessous, deux exemples d'un usage excessif de la locution "en fait" :

1. en français langue maternelle : France Inter, 25/08/2013, 8h38 : Vincent Coquebert, du magazine Grazia.

2. en français langue étrangère : France Inter, 22/04/2013, 7h55 : Sami, réfugié syrien.

Dans les deux cas, les occurrences de "en fait" ont été légèrement amplifiées.

 

   Des apprenants étrangers débutants m'ont déjà demandé pourquoi les Français parlent autant de "fêtes" (en fait, vous faîtes, une fête, sont en effet de parfaits homophones)...

Si l'adoption de cette locution par des apprenants étrangers marque bien leur entrée dans la langue et une bonne observation des habitudes orales des natifs, il faut veiller à son usage mesuré, et s'entraîner à varier son emploi avec d'autres locutions fonctionnellement équivalentes : euh..., en réalité, effectivement, finalement, au fond, alors, ...

 

"En fait..."

Posté par fonetiks à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 août 2013

César, 4 ans et demi

 

   Pour fêter avec un léger retard    la 30.000 ème visite    de ce blog (!!!), j'ai le plaisir d'accueillir un nouveau collaborateur : César, 4 ans et demi.

   César présente une caractéristique de prononciation très fréquente chez les enfants français de son âge : le zézaiement.

   Autrement dit, à l'intérieur de la grande catégorie des fricatives coronales, il associe les alvéolaires [s, z] et les post-alvéolaires [ʃ, ʒ] (en gras dans la transcription ci-dessous), dans la seule catégorie des dentales [θ, ð], ces fameuses consonnes que l'on trouve en anglais (dans les mots "thin" et "this" par exemple) et que beaucoup d'adultes natifs français jugent si différentes qu'ils se refusent à les adopter.

   Exemple : "Je m'appelle César", est prononcé : [ðŒmapɛl *θe'ðaʁ]

Cette distinction entre ces fricatives [s, z] et [ʃ, ʒ] est assez difficile à réaliser. C'est pour cela que les virelangues (ou "tongue twisters") impliquent souvent ces consonnes. Par exemple en français : Les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches? Archisèches! ; Suis-je bien chez ce cher Serge? ou en anglais : She sales seashells on the seashore.

Cette confusion des fricatives ne durera pas longtemps, et dans quelques mois - avec ou sans séances d'orthophonie, César maîtrisera parfaitement les fricatives du français.

 

   Avec César, nous vous avons enregistré un court poème de Jean-Luc Moreau : Locataires.

Jean-Luc Moreau : Locataires

 

J'ai dans mon cartable   [ʒEdɑ̃mõkaʁ'tabl
(C'est épouvantable !)    [sEtepuvɑ̃'tabl
Un alligator                        [ɛ̃naliga'tɔʁ
Qui s'appelle Hector.      [kisapɛl*ɛk'tɔʁ

J'ai dans ma valise         [ʒEdɑ̃mava'liz
(Ça me terrorise !)          [samŒtEʁO'ʁiz
Un éléphant blanc          [ɛ̃nelefɑ̃'blɑ̃
Du nom de Roland.        [dynõdŒ*ʁO'lɑ̃

J'ai dans mon armoire             [ʒEdɑ̃mõnaʁ'mwaʁ
(Mon Dieu, quelle histoire !)  [mõ*djø kɛlis'twaʁ
Un diplodocus                            [ɛ̃diplOdO'kys
Nommé Spartacus.                  [nOme *spaʁta'kys

Mais pour moi le pire,            [mEpuʁmwalŒ'piʁ
C'est sous mon chapeau      [sEsumõʃa'po
D'avoir un vampire                  [davwaʁɛ̃vɑ̃'piʁ
Logé dans ma peau.            [lOʒedɑ̃ma'po]

 

 

Posté par fonetiks à 15:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 août 2013

Enchaînements et Liaisons : des exercices

 

   Voici trois exercices pour s'entraîner à l'enchaînement et à la liaison, qui rappelons-le, apparaissent à l'intérieur du groupe rythmique (voir cet autre post sur le sujet).

   D'abord, un premier exercice d'échauffement en deux parties dans lequel Cléo et Nina comptent les centimes et les euros du porte-monnaie de leurs parents.

   Le 1er janvier 2002, quand la monnaie française est passée des francs aux euros, j'ai tout de suite pensé que nous risquions d'adopter diverses statégies pour faire face aux nouvelles liaisons qui nous attendaient. Voici ce que j'écrivais quelques semaines après la mise en circulation de l'euro.

 

franceuro

Les zeuros et leurs liaisons

« Cent Zeuros », disent parfois les grands, « Deux Neuros », disent parfois les petits... Avec les francs, nous avons perdu une grande simplicité pour compter : les francs commençant par une consonne, aucun problème : cent # francs, deux cents # francs. Pour compter notre nouvelle monnaie qui, elle, commence par une voyelle, nous redécouvrons dans nos transactions financières quotidiennes tous les pièges des liaisons. Face à la difficulté, deux stratégies possibles : affronter la diversité des liaisons et apprivoiser « Cent Teuros », « Deux cents Zeuros » et « Mille Leuros » en risquant à tout instant d’inattention la liaison fautive « Cent Zeuros » ou « Mille Zeuros » (Z au pluriel nous est tellement naturel !) ; l'autre stratégie possible est d'éviter la liaison et d'adopter le hiatus « Cen(t) Euros », « Deux cen(ts) Euros », comme si le HEuro était précédé d’un H aspiré (et là, du coup c’est toujours vraiment très simple). Stratégie 1 réussie, vous êtes un virtuose. Stratégie 1 ratée, vous passez pour un prétentieux. Le sérieux avantage de la stratégie 2 est qu’elle ne peut pas rater. Il y a donc de grandes chances que la stratégie 2 soit, avec le temps, majoritairement adoptée suivant la loi du moindre effort. La liaison marque la cohésion entre les éléments syntaxiques. Plus le lien syntaxique entre deux éléments est fort, plus la liaison est résistante. Le lien entre un numéral et le nom qui le suit est normalement très fort. Si la stratégie 2 l'emporte dans une activité très quotidienne comme compter notre monnaie, cela risque-t-il de fragiliser à terme la pratique usuelle des liaisons en français ?

 

   Dans l'exercice en deux parties ci-dessous, Cléo et Nina ont enregistré presque tous les chiffres et les nombres de 1 à 99 (!!!), suivis des mots "centime(s)" - sans enchaînement ni liaison, et "euro(s)" - avec enchaînement ou liaison. Par exemple : "Cinq centimes, cin Qeuros", "Dix centimes, dix Zeuros".

   Cela leur a demandé beaucoup de concentration et de patience... et a provoqué quelques fous rires jusqu'à l'hystérie finale ! Et il a fallu faire aussi toutes ces photos...

   Arriverez-vous jusqu'au bout de cette quasi-torture? Pour vous simplifier la tâche, ce marathon a été scindé en deux parties. Bon courage !

 

Les listes de Cléo : le porte-monnaie (1/2)

Les listes de Cléo : le porte-monnaie (2/2)

 

   Etes-vous arrivé à "99 centimes, 99 Feuros"? Si oui, vous gagnez une médaille phonétique !

 

 

   Voici maintenant un exercice de répétition. Vous découvrez des chiffres et nombres, des professions, des nationalités. Répétez et mémorisez ces mots. Vous en aurez besoin pour l'exercice 2.

 

Liaison & Enchaînement : exercice 1

 

   C'est maintenant à vous de jouer, avec cet exercice de production. Le dessin vous indique le groupe que vous devez produire tout-attaché (avec les enchaînements et liaisons nécessaires, bien entendu !). Ecoutez les 3 exemples... et c'est à vous ! Ce n'est pas si facile et j'ai vu certains jeunes français rencontrer des difficultés... Répondez après le BIP! puis vérifiez avec la correction et répétez. J'attends vos remarques avec impatience !

Liaison & Enchaînement : exercice 2

Posté par fonetiks à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]