L'objectif est ici de présenter du vocabulaire simple (A1/A2) sous la forme d'un imagier phonétique :

- permettant de travailler une voyelle (ici les voyelles antérieures labiales c'est-à-dire [y, ø, œ]) en position accentuée (comme un dictionnaire de rimes),

- sans support orthographique,

- présenté en groupe rythmique, c'est-à-dire avec un minimum de contexte (n'accordez aucun crédit aux lexiques livrant le mot brut, sans article ou sans contexte),

- avec le temps nécessaire à la répétition,

- avec des voix variées et non-professionnelles, donc authentiques.

 

   Le texte des enregistrements se trouve sur les pages dailymotion des diaporamas. Merci à Christiane, Bernard, Sophie, Vincent, Martin, Cléo, Manue, Marc, Tom, Frédérique, Emile, Olivia, Emmanuelle, Cédric, Michel et Pauline pour leurs voix :)

 

     Les voyelles [y, ø, œ] sont les correspondantes arrondies (labiales) des voyelles [i, e, ɛ]. Autrement dit, quand je prononce un [i] (avec le sourire) et que je projette mes lèvres en avant en les arrondissant en continuant de produire [i], il en résulte automatiquement un [y] : c'est articulatoire. Le français utilise ce trait "arrondi" pour les trois voyelles antérieures [y, ø, œ]. Ces voyelles sont souvent considérées (avec les voyelles nasales) comme caractéristiques du français (même si on les trouve dans d'autres langues, bien sûr).

 

    Le lexique ci-dessous travaille la voyelle [y] en position accentuée, d'abord en syllabe ouverte (qui se termine alors phonétiquement par [y]) puis en syllabe fermée (qui se termine par [y] plus consonne.s). 

    D'après Wioland (1991), la voyelle [y] n'a une fréquence d'occurrence que de 1,9%. Les syllabes CV (consonne-voyelle) les plus fréquentes avec [y] sont [ty] "tu" et [dy] "du" (ces deux mots représentant 50% des occurrences des syllabes CV) , [ply] "plus" représentant à lui seul 60% des occurrences des syllabes CCV, et [syR] (30%), [tyR], [tyn] (50%) des occurrences des syllabes CVC.

    Autrement dit, [y] se trouve dans relativement peu de mots mais les mots dans lesquels il se trouve sont d'un usage très fréquent.

    La voyelle [y] peut poser problème en étant perçue et produite comme [u] (anglophones, hispanophones, etc...) ou comme [i] (arabophones).

 

 La voyelle phonétique [y]

 

 

    Le lexique ci-dessous travaille la voyelle [ø] en position accentuée, le plus souvent en syllabe ouverte (ce qui correspond à la structure syllabique la plus fréquente pour cette voyelle en français) mais aussi en syllabe fermée (dans le féminin de certains noms - danseuse, nageuse, et adjectifs - amoureuse, sérieuse).

Cette voyelle assez caractéristique (c'est comme cela qu'on peut hésiter en français "Euh...") pose problème à de nombreux apprenants étrangers qui peuvent la confondre avec [e] (hispanophones), [o] (arabophones), [u] (japonophones)...  L'entraînement à la production du [ø] français constitue une priorité pour pratiquement tous les apprenants.

 

La voyelle phonétique [ø]

 

 

      Le lexique ci-dessous travaille la voyelle [œ] en position accentuée, qui apparaît toujours en syllabe fermée  - sauf dans le cas des pauses sonores (ex : une histoire-euh...).

Cette voyelle assez caractéristique du français pose problème à de nombreux apprenants étrangers.

 

La voyelle phonétique [œ]