On a vu en France éclore quelques textes d'humour sur les risques représentés par la production orale de certaines consonnes concernant la propagation du virus. Voici deux extraits de ces textes, avant même d'être allé chercher l'équivalent ailleurs ... Avez-vous connaissance de textes similaires dans d'autres langues?

 

Le 1 er avril bien sûr... : https://www.lemonde.fr/blog/correcteurs/2020/04/01/confinement-evitons-le-tutoiement/

Le tutoiement bientôt interdit dans les lieux publics

L’annonce fait suite à la création par le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, mardi 24 mars, d’un nouveau comité d'experts sur l'épidémie de coronavirus. Formé de 12 chercheurs et scientifiques, le Comité Analyse, Recherche et Expertise (CARE), est chargé de conseiller le gouvernement et de chercher « toutes les solutions originales et alternatives qui permettront, de quelque manière que ce soit, d’endiguer la progression du virus ». Considérant que certains mots conduisent à expirer plus d’air que d’autres, et risquent d’occasionner davantage de postillons, source essentielle de propagation du virus SARS-CoV-2, le comité recommande d’en « suspendre l’usage jusqu’à nouvel ordre ». L’Académie française a été saisie dès le 25 mars et vient de rendre son avis : « Ce sont les consonnes qui posent problème. Il convient d’éviter les chuintantes, les labiales et les dentales sourdes et de les remplacer par des sonores, des liquides et des nasales ». En clair, il s’agirait de bannir les sons ch-, f-, t- et p-. Un mot comme tu ou chose entrainerait 5 à 10 fois plus de postillons qu’un mot comme vous ou objet, et bien sûr, comme au Scrabble, certains mots comptent double (pamplemousse) ou triple (tartiflette).

...

 

et le 5 avril : La phonétique du postillon, texte qui s'est diffusé à grande vitesse sur internet...

... et dont vous retrouverez l'intégralité et l'histoire de sa propagation racontée par son auteur, ici : https://www.plaf.org/articles/la_phonetique_du_postillon/

En voici un extrait :

Comme l'ont souligné les études scientifiques, la propagation du coronavirus se fait principalement par l'intermédiaire des "postillons", ces micro-gouttelettes projetées par un éternuement, une toux, ou tout simplement lors d'une conversation. C'est là qu'interviennent les spécialistes du langage, qui ont constaté que dans cette contamination, les voyelles étaient innocentes, alors que plus de la moitié des consonnes étaient engagées dans le processus. Les conclusions de cette étude sont claires et résident dans l'application d'un plan de révision phonétique étalé sur quatre semaines, remettant en cause l'usage des sonorités occlusiveségalement appelées à juste titre explosives, ainsi que de certaines fricatives.

Semaine 1

Suppression des occlusives labiales : P et B, au mrofit de la nasale M. Conséquence : mrès de soixante-dix mourcents des mostillons sont éliminés, et de mlus, on meut constater qu'ainsi la diction gagne meaucoup en soumlesse.

...