07 décembre 2017

Partage de paires minimales

 

    Un des posts les plus lus de ce blog traite des paires minimales, ces paires de mots qui ne sont distingués que par une seule différence phonétique : par exemple, la paire lent ([lɑ̃ ]) et rang ([ʁɑ̃]) atteste qu'en français [l] et [ʁ] sont deux phonèmes en opposition distinctive.

    Le post s'intitulait "Du prestige des paires minimales", car mon point de vue est que ces paires de vrais mots n'ont qu'un intérêt limité en enseignement / apprentissage de la prononciation du français, ou plutôt que leur recherche ne me semble pas prioritaire. En effet :

1. on ne cherche pas à faire la preuve de l'opposition des phonèmes. Et si l'on veut en faire la preuve, une seule paire minimale suffit.

2. la présentation des paires minimales hors contexte ne favorise pas l'accès au sens. D'ailleurs, phonétiquement lent = l'an = l'en / rang = rend. Alors, est-il finalement important de savoir de quel mot il s'agit ? La question de l'utilité de chercher de vrais mots est donc légitime. On peut à mon sens tout aussi bien concevoir un exercice de perception (de discrimination ou d'identification) à partir de syllabes construites systématiquement en suivant les règles phonotactiques du français.

    Je pense qu'il est beaucoup plus important pour l'enseignant de réfléchir à la conception progressive de sa séquence phonétique (progressivité des exercices, allers-retours entre perception et production, utilisation des contextes facilitants, mise en œuvre en classe, précision de la consigne, ordre des items, etc...), plutôt que de consacrer du temps à la recherche du matériau linguistique. D'où l'idée de mettre ce matériau linguistique à la disposition de tous.

    J'ignore les bonnes ou mauvaises raisons du succès de ce post, on me parle souvent des tableaux de paires minimales que je présente. Il existe en effet des traditions linguistiques autour des paires minimales, par exemple en anglais.

    Alors je vous propose de jouer aux paires minimales en français et de constituer ensemble la plus importante base de données possible autour des oppositions qui posent souvent problème aux apprenants étrangers (listées dans la première colonne).

    Voici un début de tableau. Je n'ai pas porté les paires minimales opposant les voyelles moyennes ([e, ɛ, ø, œ, o, ɔ]) que j'ai déjà listées précédemment.

    Je vous invite donc à compléter ce tableau en m'envoyant vos propositions de paires minimales (qui ne soient pas des monosyllabes, puisque je leur ai déjà consacrés un tableau - j'en ai quand même ajoutés quelques uns ici en gras) en commentaire de ce post.

C'est à vous !

 

 

[i/y]

(114)

crépi / crépu ; l’habit / l’abus ; Barbie / barbu ; l'abri - la Brie / la bru ;  il plie / il plût ; bâti / battu ; un titi / un tutu ; un tri / intrus ; hardi / ardu ; et qui? / écu ; acquis / accu ;  écrit / écru ; elle le crie / elle le crut ; un grand cri / un grand cru ; des gris / des grues ; l'aigri / les grues ; ici / issue ; assis / a su ; Massy / massue ; il scie / il sue ; persil / perçu ; concis / conçu ;  Passy / pas su ; une vie / une vue ; émis / ému ; omis / aux mues ; un génie / ingénu ; honni / ONU - aux nues ; Ali / alu ; Élie / élu ; sali / salut ; il relie / il relut ; à Paris / apparu ; mari / ma rue ; sari / sa rue ; (passé simple / participe présent) vendit / vendu ; répondit / répondu... (entendre, attendre, tendre, détendre, fendre, défendre, pendre, suspendre, rendre, perdre, battre, débattre, vêtir, fondre, interrompre, mordre, tordre, tondre...) ; 51

sic / suc ; des piles / des pulls ; lapis - la pisse / la puce ; au pire / eau pure ; c'est pire / c'est pur ; et pire / épure ; pussent-ils / pustule ; pas de trique / pas de truc ; un bis / un bus ; la bise / la buse - l'abuse ; la biche / la bûche ; tu biches? / tu bûches? ; pas de bile / pas de bulles ; habile / à bulles ; l'abrite / la brute ; Justine / juste une ; i(l) m'attire / immature ; ça tire - satyre / sature ; pâtir / pâture ; c'est dire ! / c'est dur ! ; médisent / méduse ; l'écrire / les crûrent ; la grime / l'agrume ; la cime / l'assume ; rassir / rassure ; le Cid / le Sud ; concile / consul ; ton sire / tonsure ; hésite / et zut ! ; saisir / césure ; le virent / levure ; à Gilles / à Jules ; 100 000 / 100 mules ; Emile / émule ; la mise / la muse ; l'émir - les mirent / les murs ; c'est Lille / cellule ; à lire / allure ; la lime / l'allume ; voit lire / voilure ; peux lire / pelure ; collyre / collure ; fait lire / fêlure ; pas rire / parure ; sait rire / serrure ; fait rire / ferrure ; les rimes / les rhumes ; 38

(10 + [consonne] / du) dix pains / du pain... ; 6 pots / suppôt ; bicher / bûcher ; Kiri / curry ; kilo / culot ; sirop / sureau ; 6 craies / sucrait ; 6 soeurs / suceur ; 6 C / sucer ; scission / succion ; 6 cubes / succube ; scier / suer ; 6 jets / sujet ; 6 phoques / suffoque ; 6 pères / super ; 6 pères posés / superposer ; 6 pliants / suppliant ; 6 ports / support ; 6 portés / supporter ; 6 portables / supportable ; 6 positions / suppositions ; 6 primes / supprime ; s'y poser / supposer ; s'y planter / supplanter ; s'y plier / supplier ; 6 putes / suppute ; 25

scier / suer ;

[i/e]

(42)

un pis / un P ; pipi / pipé ; des épis / des épées ; repli / replet ; les prix / les prés ; parti / partez ; les tris / lettré ; contri / contré ; c'est dit / céder ; les édits / les aider ; les marquis / les marquer ; par qui /  parqué ? ; récrie / récré ; en cris / encré - ancré ; à Guy / à gué ; assis / assez ; Passy / passé ; Cassis / cassé ; Massy / massé ; Ali / allez ; c’est sali / c’est salé ; les fusils / les fusées ; hé vas-y / évasé ; semis / semé ; un petit nid / un petit nez ;  un nouveau nid / un nouveau-né ; nenni / néné ; renie / René ; Sony / sonné ; et Tony / étonné ; Cali / calé ; les maris / les marées ; curie / curé ;

la pythie / l'appétit ; en pichet / empêché ; piller / payer ; brisé / braisé ; imbibé / un bébé ; décidé / décédé ; dix soirs / des soirs ; c'est ciré / c'est serré ; Minerve / m'énerve ; lisez / lésez ; lister / lester ; alité / allaiter ;

[y/u]

(100)

le pus / le pou ; t'as bu / tabou ; abus / à bout ; l'abus / la boue ; imbu / un bout ; un début / un des bouts ; deux buts / debout ; l'as-tu? / la toux? - l'atout? ; tortue / tord tout ; manges-tu? / mangetout ; fais-tu / faitout ; i(l) tue / itou ; un dû / hindou ; assidu / ah si doux ; des accus / des à-coups ; beau cul / beaucoup ; du cul / du coup ; vaincu / 20 coups ; cucul/ coucou ; manucure / Manu court ; déçu / des sous ; dessus / dessous ; insu / un sou ; un bizuth / un bisou ;  remue / remous ; la mue / la moue ; ému / et mou ; à nu / à nous ; déchu / des choux ; à vue / avoue ; garde à vue / garde à vous ; c'est vu? / c'est vous? ; tu as vu / tu avoues ; à jus / ajout ; un petit LU (gâteau) / un petit loup ; relu / relou (verlan) ; ma rue / ma roue ; les rues / les roues ; couru / courroux - Kourou (Guyane) ; les verrues / les verrous ; un flux / un flou ; inclus / un clou ; l'écru / l'écrou ; 40

brut / broute ; Sud / soude ; jute / joute ; rut / route ; des puces / des pouces ; des pulls / des poules ; en pull / ampoule ; tu es pur? - tu épures / tu es pour ? ; des bulles / des boules ; ma bulle / maboul ; 6 bulles / ciboule ; une buse / une bouse ; capitule / capitouls ; Saturne / ça tourne ;  monture / mon tour ; tenture / t'entoure ; la bascule / la basse coule ; articule / Arty coule ; monticule / Monty coule ; la cure / la cour ; elle cuve / elle couve ; la fugue / la fougue ; au fur / au four ; tu es sûr / tu es sourd ; censure / 100 sourds ; à coup sûr / à coups sourds ; tonsure / ton sourd ; consul / qu'on saoûle ; la jute / l'ajoute - la joute ; injure / un jour ; tu le jures? / tout le jour? ; parjure / par jour ; un jules / un joule ; la mule / la moule ; la mûre / l'amour ; Emmaüs / et maous ; une Russe / une rousse ; flûte / floute (verbe flouter) ; et Kurt / écourte ; crûtes (V. croire) / croûte ; paluche / pas louche ; des mufles / des moufles ; 40

purée / pourrai ; un bureau / un bourreau ; un bulot / un boulot – un bouleau ;  buffet / bouffait ; le burin / le bourrin ; le butoir / le boutoir ; buller / bouler ; le bûcher / le boucher ; Cuba / coup bas ;  tu pars / tout part ; tu voles / tout vole... du thé / douter ; la culée / la coulée ; il curait / il courait ; occurent / au courant ; un Q vert / un couvert ; et cruel / écrouelles ;
fluet / flouait ; ruer / rouer ; il a su faire / il a souffert ; mûrir / mourir ; mulet / moulait ;  18

[ɥ/w]

hui(t) / oui ; la buée / la bouée ; suait / souhait ; juin / joint; nuée / nouer ; lui / Louis ; saluait / ça louait ; la luette / l'alouette ; la muette / la mouette ;

[e/ɛ]

Epée / épais ; laquer / laquais ; poignée / poignet- poignait ; vallée / valet – valait ; forer / forêt ; (futur / conditionnel) j’irai / j’irais… (infinitif - passé composé / imparfait)  : voyager - voyagé / voyageait... ;

/E/Œ/

(90)

un P / un peu ; pomper / pompeux ; râper / râpeux ; les pieds / les pieux ; copier / copieux ; les prés / les preux - lépreux ; célébrer / c'est l'hébreu ; dénombrer / des nombreux ; boiter / boiteux ; coûter / coûteux ; douter / douteux ; calamité / calamiteux ; vanité / vaniteux ; nécessité / nécessiteux ; gâté / gâteux ; juter / juteux ; entrez – entrée / entre eux ; vitré / vitreux ; les dés / les deux ; hasarder / hasardeux ; cafarder / cafardeux ; poudrer / poudreux ; laquer / la queue ; les fées / les feux ; baver / baveux ; l'énerver / les nerveux ; un névé / un neveu ; l'évier / les vieux ; envier / envieux ; assez / à ceux ; paresser / paresseux ; graisser / graisseux ; mousser / mousseux ; pisser / pisseux ; vicié / vicieux ; disgracier / disgracieux ; soucier / soucieux ; licencier / licencieux ; officier / officieux ; gazer / gazeux ; taisez / taiseux ; fâcher / fâcheux ; faucher / faucheux ; rocher / rocheux ; danger / d'enjeux ; s’encourager / 100 courageux ; outrager / outrageux ; neiger / neigeux ; (dés-)avantager / (dés-)avantageux ; crémer / crémeux ; fumer / fumeux ; ruiner / ruineux ; boutonner / boutonneux ; fariner / farineux ; soupçonner / soupçonneux ; aîné / haineux : l'aîné / laineux ; un néné (un sein) / un neuneu (un idiot) ; calomnier / calomnieux ; besogner / besogneux ; ingénier / ingénieux ; soigné / soigneux ; miraculé / miraculeux ; huiler / huileux ; piler / pileux ; délier / des lieux ; pointillé / pointilleux ; aventurer / aventureux ; désirer / désireux ; générer / généreux ; cirer / cireux ; leurrer / l'heureux ; savourer / savoureux ; injurier / injurieux ; ennuyer / ennuyeux ; sourciller / sourcilleux ; 71

La paire / la peur ; sectaire / secteur ; achetèrent / acheteur ; vendèrent / vendeur ; pas d’air / pas d’heure ; quoi faire / coiffeur ; les flairs / les fleurs - l'effleure ; ça serre / sa sœur ; agressèrent / agresseur ; amusèrent / amuseur ; accrochèrent / accrocheur ; aménagèrent / aménageur ; déménagèrent / déménageur ; voyagèrent / voyageur ; sa mère / ça meurt ; allumèrent / allumeur ; colère / colleur ; prends l'air / prends leur ; travaillèrent / travailleur ; errèrent / erreur ...

Des bouts / deux bouts – debout ; des mains / deux mains – demain ; Nelly / ne lit ; (des / deux) ... (les / le) ; c'est chez Lou / c'est chelou (louche en verlan) ;

/Œ/O/

(72)

Un peu / un pot ; verbeux / verbaux ; coûteux / couteau ; gâteux / gâteau ; à deux / ado ; radieux / radio ; studieux / studio ; les queues / l'écho ; un creux / un croc ; les seuls feux / les seuls faux ; affreux / afro ; il veut / il vaut ; des cheveux / des chevaux ; à ceux / à Sceaux ; émeu - émeut / émaux ; m’émeut / mes mots ; caleux / calot ; pierreux / pierrot ; généreux / généraux ; joyeux / joyaux ; terreux / terreau ; des heureux / des euros ; 21

peureux / poreux ; peut choir / pochoir ; peu d'air / podaire ; peu lisse / police ; peser / poser ; peut céder / posséder ; peut tasser / potasser ; peu de vin / pot-de-vin ; un peu tôt / un poteau ; un peu pourri / un pot-pourri ; deux dos / dodo ; deux minots / domino ; deux mages / dommage ; deux nations / donation ; deux nez / donner ; deux ré / doré ; deux âges / dosage ; deux heures / doseur ; deux thé / doter ; ferait / forêt ; ce dé / sodé ; ce lied / solide ; seule eau / solo ; sema (v.) / soma ; ce nez / sonner ; ce nord / sonore ; retassé / rotacé ; retint (v.) / rotin ; retonde (v.)  / rotonde ; la piscine de Rezé (44) / la piscine de rosé ; 31

Aqueuse / à cause ; Marie-Josée creuse / Marie-Josée Croze (actrice) ; l'heureuse / le rose ; un Peul / un pôle ; la meule / le môle ; le jeûne / le jaune ; 6

keum / comme ; la peur / l’apport ; les peurs / les ports - porcs ; au beurre / au bord ; un bœuf / un beauf' ; buteur / butor ; menteur / mentor ; Lidl (supermarché) [lidœl] / l'idole ; des cœurs / des corps – décor ; en cœur / encore ; sa sœur / ça sort ; c'est le seul / c'est le sol ; il meurt / il mord ; à l’heure / alors ; malheur / ma Laure ; horreur / Aurore ; 15

[Œ/u]

Œuf / ouf (verlan) ; la preuve / l'approuve ; bœuf / bouffe ; Labeur / la bourre – labour ; un conteur / un contour ; auteur-hauteur / autour ; la teuf (verlan) / la touffe ; par cœur / parcours ; le feutre / le foutre ;  la meuf (verlan) / la Mouff’ (rue Mouffetard) ; l’humeur / l’humour ;

un peu / un pou ; mont venteux / mont Ventoux ; les queues / les coups ; aveu / à vous ; en jeu / en joue - Anjou ; les jeux / les joues ; s'émeut / c'est mou ; l'heureux / le roux ;  Meulan / moulant ;

Deux ans / douze ans, 2h / 12h ; deuxième / douzième ; deux blés / doubler ; deux sœurs / douceur ;

[ɛ̃ / ɑ̃]

(89)

le pain - le pin / le pan - le paon ; lapin / lapant ; un petit bain / un petit banc ; du pain / dupant (verbe duper) ; le teint - le thym / le temps - le taon ; l'étain / l'étang ; atteint / attend ; hautain / autant ; latin / latent - l'attend ; satin / Satan - s'attend ; gratin / grattant ; matin / m’attend ; ta tarte Tatin / ta tarte t’attend ; Tintin / tintant ; des crétins / décrétant ; importun / important ; deux daims / dedans - deux dents ; ce daim / Sedan ; soudain / Soudan ; dédain / des dents ; Cardin / cardant ; un bouquin / un boucan ; Tonkin / ton camp ; sequin / ce camp : fait qu'un / Fécamp ; un petit gain / un petit gant ; Seguin (la chèvre de M.) / ce gant ; enfin / enfant ; à 20 / avant ; le vin - le 20 / le vent ; devin / devant ; ce sein - saint / ce sang ; dessin / descend ; c'est un dessin / c'est indécent ; pas sain / passant ; bassin / Bassan (fou de) ; ma main / maman ; la main / l'amant ; les mains / l'aimant ; un nain / un an ; marin / marrant ; salin / salant ; Melun / Meulan ; parrain / parent ; un par un - un parrain / en parant ; ça craint / sacrant ;  le frein / le franc ; un grain / un grand ; faire le plein / faire le plan ; et viens / Evian ; 46

Quinte / Kant ; crainte / crante ; il pince / il pense ; une peinte / une pente ; une teinte / une tente - une tante ; il tinte / il tente ; en province / en Provence ; et rince / errance ; un cintre / un centre ; les lump (poisson) / les lampes ; enceinte / en sente ; une plainte / une plante ; le peindre / le pendre ; la feinte / la fente ; la junte / la gente ; la plinthe / la plante ; l'étreinte / les 30 ; l'éteindre / l'étendre - les tendres ; 18

Pincer / penser – panser ; teinter / tenter ; cingler / sangler ; il importe / il emporte ; import / en porc ; un métro / en métro (taxi, bus, tramway, train, TGV, avion... voyage, binôme, groupe, ...  ) ; l'infant / l'enfant ; invente / en vente ; un vol / en vol - envol ; un corps / encore ; un père / Ampère ; grimpèrent / grand-père ; un visage / envisage ; un sanglot / en sanglots ; un plus / en plus ; (saint / sans) Saint Germain / sans Germain... ; 25

[ɑ̃ / ɔ̃]

(127)

le paon / le pont ; lapant / Lapon ; coupant / coupon ; un petit banc / un petit bond ; enjambant / en jambon ; barbant / barbon ; le temps / le thon - le ton ; 100 ans / santon ; l’étang / letton ; avortant / avorton ; embêtant / en béton ; un quart temps / un carton ; dictant / dicton ; feuilletant / feuilleton ; prends Tonton / prends ton temps ; les dents / les dons ; par dent / pardon ; c'est l'Adam / céladon ; guidant / guidon ; C'est quand? / c'est con ? ; Fécamp / fécond ; les Balkans / les balcons ; croquant / croquons ; un gant / un gond ; ce gant / second ; divaguant / dix wagons ; draguant / dragon ; un faon / un fond ; enfant / en fond ; bouffant / bouffon ; le sang / leçon - le son ; du sang / du son ; massant / maçon ; hérissant / hérisson ; chaussant / chausson ; nourrissant / nourrisson ; glaçant / glaçon ; 16 ans / saison ; blousant / blouson ; bouchant / bouchon ; cochant / cochon ; pigeant / pigeon ; plongeant / plongeon ; un savant / un savon ; l’amant / l’amont ; l'aimant / les monts ; un dément / un démon ; un serment / un sermon ; en plan / en plomb ; il est blanc / il est blond ; un franc / un front ; les glands / l'aiglon ; très lent / très long ; salant / salon ; un collant / un colon ; Meulan / melon ; un galant / un galon ; les talents / l'étalon ; s'emballant / 100 ballons ; Iran / iront ; en rang / en rond ; elle rend / aileron ; en virant / environ ;  c'est marrant / c'est marron ; mourant / mouron ; (participe présent-adjectif / 1ère pers. pluriel) prenant / prenons ; enveloppant / enveloppons ; couvrant / couvrons ; accueillant / accueillons ; charmant / charmons ... ;  baîllant / baîllon ; bouillant / bouillon ; en brillant / embryon ; il lange / il longe ; il range / il ronge ; des angles / des ongles ; tremblant / tromblon ; Orient / Orion ; criant / Crillon (hôtel) ; grillant / grillon 76

grande / gronde ; des pentes / des pontes ; répandre / répondre ; des bandes / des bondes ; à bandes / abonde ; les branches / les bronches / une tranche / une tronche ; ils fendent / ils fondent ; ils mentent / ils montent ;

ne pas brancher / ne pas broncher ; un menteur / un monteur ; un fendeur / un fondeur ; c'est fendu / c'est fondu ; sans visage / son visage ; (sans / don)... la campagne / la compagne ; aimanté / est monté ; mentait / montait ; penser - panser / poncer ; cancer / concert ; Angèle / on gèle ; envie / on vit ; quand même / qu'on m'aime ; entend / on tend ; m'entend / montant ; emporte / on porte ; emmène / on mène ; enseigne / on saigne ; endort / on dort ; andine (des Andes) / on dîne ; endurci / on durçit ; endure / on dure ; enfonce / on fonce ; enfer / on ferre ; enfile / on file ; enfume / on fume ; engraisse / on graisse ; engueule / on gueule ; enlace / on lace ; enlève / on lève ; enquête / on quête ; enraye / on raye ; enroule / on roule ; ensable / on sable ; enserre / on serre ; entaille / on taille ; entraîne / on traîne ; envoûte / on voûte ; envoie / on voit ; emmêle / on mêle ; emménage / on ménage ; empare / on pare ; empêche / on pêche ; empeste / on peste ; emploi / on ploie ; empresse / on presse ; encadre / on cadre ; encercle / on cercle ; à Pôle Emploi / Apollon ploie ; 52

[a / ɑ̃]

encore / accord ; anoblir / ennoblir ; amener / emmener ; apporter / emporter ; mateur / menteur ; malheur / mens leur ! ; grammaire / grand-mère ; passer / penser ; sablier / sembler ; lacer / lancer ; tapis / tant pis ; satyre / sentire ; châtier / chantier ; plate / plante ; un matteau (écheveau) / un manteau ;

panda / pendant ;

(113)

[ɑ̃ / an]

 

 

[ɔ̃ / ɔn]

 

 

 

[ɛ̃ / ɛn]

alternance morphologique masculin / féminin :

Alezan ; anglican ; birman ; castillan ; catalan ; courtisan ; faisan ; gitan ; kenyan ; médian ; musulman ; nigérian ; occitan ; ottoman ; partisan ; paysan ; persan ; plan ; rhénan ; roman ; sévillan ; sultan ; tarzan ; texan ; toscan ; Jean ;

 

Noms : Aiglon ; baron ; daron ; bouffon ; bûcheron ; champion ; cochon ; espion ; garçon ; glouton ; laideron ; laron ; lion ; ourson ; patron ; piéton ; pigeon ; pion ; sauvageon ;

Adjectifs : anglo-saxon ; berrichon ; beauceron; bon ; bourguignon ; breton ; brouillon ; con ; fanfaron ; folichon ; grognon ; maigrichon ; mignon ; polisson ; poltron ; ronchon ; teuton ;

 

Métiers : acousticien ; chirurgien ; clinicien ; collégien ; comédien ; électricien ; électronicien ; esthéticien ; gardien ; grammairien ; historien ; informaticien ; lycéen ; magicien ; mathématicien ; mécanicien ; musicien ; opticien ; pharmacien ; physicien ; politicien ; technicien ; tragédien ;

Adjectifs : aérien ; ancien ; certain ; contemporain ; daltonien ; hautain ; lointain ; métropolitain ; mondain ; plein ; prochain ; puritain ; quotidien ; républicain ; sien ; sain ; soudain ; souterrain ; urbain ; vain ; végétarien ; vilain ;

(nationalités) Marocain / Marocaine… ;

grain / graine ; pain / peine ; bain / benne ; lin / laine ; rein / reine ; 

 

 

 

 

[p/b]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[t/d]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[k/g]

un pis / un bi ; le dépit / le débit ; appris / abri ;  (il) la prit / la Brie ; Capri / cabri ; une pique / une bique ; un pic / un bic ;  prisse (imp. du subj) / Brice ; la pile / la bile ; la prise / la brise ; papilles / babille ; un P / un B ; un pépé / un bébé ; rapp(e)lé / râblé ; son pré / sombrer ; la paix / la baie ; rappelait / Rabelais ; ça plaît / sablait ; des prêts / des braies ; impec / un bec ; une benne / une peine ; un père / un bers (maritime) ; une perm (permanence) / une berme ; il perce / il berce ; une prêle / une brêle ; praire / braire ; un petit plaid / un petit bled ;  des appâts / des abats ; la passe / la basse ; La Paz / la base ; les pales / les balles ; plate / blatte ; l'Apache / la bâche ; un petit pois - poids / un petit bois ; au port / au bord ; mon Paul / ton bol ; la Paule / la Baule ; la paume / la bôme (voile) ; un pot / un beau ; un pou / un bout ; les proues / les brous ; prout / broute ; une poule / une boule ; ma poule / maboul - ma boule ; ampoule / en boule ; une pouffe (une femme vulgaire) / une bouffe (un repas) ; la pouche (sac) / la bouche ; Les Pouilles - l'épouille / les bouilles ; il a pu / il a bu ; aux putes / au but ; une prune / une brune ; en pulpe / en bulbe ; ça pleut / sableux ; les preux - lépreux / l'hébreu ; les peurs / les beurres ; la preuve / l'abreuve ; lappa (verbe lapper) / là-bas ; le pas / le bas ; des pattes / des battes ; il empale / il emballe ; des plates / des blattes ; il pave / il bave ; des poires / déboires ;  un pain / un bain ; un sapin / un Sabin ; lopin / l'aubain ; un petit paon - un petit pan (de mur) / un petit banc ; décapant / des cabans ; s'apprend / sabrant ; sans plan / semblant ; rester en plan / rester en blanc ; une planche / une blanche ;  emprunt / en brun - embruns ; un pont / un bond ; un pompon / un bonbon ; un plomb / un blond ;

un piquet / un biquet ; de la piquette / de la biquette ; pisser / bisser ; c'est prisé / c'est brisé ; billet / pillait ; penny / béni ; pénis / bénisse ; opérer / obérer ; percer / bercer ; perçeuse / berçeuse ; persil / Bercy ; pâli / Bali ; Paris / Bari (Italie) ; pas rire / barrir ; un palais / un balai ; pas lourd / balourd ; pâlot / balot ; pas tôt - pataud / bâteau ; parer / barrer ; paver / baver ; passait / basset ; empaler / emballer ; un paquet / un baquet ; pacha / bâcha (verbe bâcher) ; une panière / une bannière ; poisson / boisson ; un poney / un bonnet ; apporter / aborder ; bien porté / bien bordé ; empoté / en beauté ; un poulet / un boulet ; pourrait / bourrait ; la râpe / l'Arabe ;

tag / dague ; Athis / à 10 ; attire / à dire ; centime / sans dîme ; attisant / à 10 ans ; un T - un thé / un D - un dé ; santé / sans D - sans dé ; atterré / adhéré ; affronter / à fronder ; bonté / bondé ; un petit thé / un petit dé ; côté / codé ; gratté / gradé ; le second T / le seconder ; et monter / émonder ; il faut l'éviter / il faut l'évider ; entrez / André ; tresse / dresse ; à tresses / adresse ; tresser / dresser ; sa tête / sa dette ; solitaire / solidaire ; s'entêter / s'endetter ; s'entame / 100 dames ; sur le tard / sur le dard ; tarder / darder ; 2 mantras / demand(e)ra ; à 3 / adroit ; trachée / dracher (pleuvoir) ; 100 tonnes / s'en donne ;  un peu tôt / un peu d'eau ; un râteau / un radeau ; un tome / un dôme ; trône / drone ; c'est tout / c'est doux ; la soute / la soude ; vends-tu? / vendu ? ; intruse / un druze ; tortue / tordu ; deux menteurs / demandeurs ; à temps - attend / Adam ; autant / aux dents ;  éteins ! / et d'un ! ; la vente / lavande ; une lente / une lande ; deux menthes / demande ; quittons / qui don(c)? ; partons ! / pardon ! ; un thon / un don ; i(l) monte / immonde ; honte / onde ; la fonte / la fonde (verbe) ; ponte / ponde ; ponton / pondons ; tonte / tonde ; tonton / tondons ; Théo / déo ; teigne / daigne ; rince-toi / rince-doigts ; tu as le 3 / tu as le droit ; mon petit toit / mon petit doigt ;

touiller / douiller ; touillait / douillet ;


comme / gomme ; coque / gogues ; crade / grade ; crame / gramme ; banque / bang ; grec / Greg ; c'est qui? / c'est Guy? ; qui lit? / guili? ; enquille / anguille ; on crie / Hongrie ; il faut le crier / il faut le griller ; la crise / la grise ; qui don(c) ? / guidon ; intriqué / intrigué ; à quai / à gué ; les laquer / l'élaguer ; la crève / la grève ; les crêtes / l'aigrette ; l'éclair / les glaires ; de Clèves / de glaive ; un cas / un gars ; il cache / il gâche ; apical / à Pigalle ; en car / en gare ; l'écart / les gares ; la cale / la gale ; amical / à mygales ; la came / la gamme ; la classe / la glace ; carré / garé ; carrie / Gary ; Calais / galet ; classé / glacé ; cratère / grattèrent ; on croit / Hongrois ; l'écho / l'ego ; un croc / un gros ; accro / agro ; une crotte / une grotte ; quel côut ! / quel goût ! ; égoutte / écoute ; coûteux / goûteux ; l’Ecume des jours / Légume des jours ; une crue / une grue ; sequin / Seguin ; le crin / le grain ; à raclant / raglan ; l'écran / les grands ; contrant (verbe contrer) / Gontran ; des cons / des gonds ;

Lalique / la ligue ; il brique / il brigue ; lyrique / l'irrigue ; magique / ma gigue ; satyrique / ça t'irrigue ; un bec / un bègue ; une collec (collection) / une collègue ; les lacs / l'élague ; une Black / une blague ; au bac / aux bagues ; la matraque / la Madrague ; l'abaque / la bague ; les bocks / les bogues ; les orques / les orgues ; évoque / et vogue ; un air rock / un air rogue ; un ocre / un ogre ; l'encre - l'ancre / Langres ; le tank / le tangue (hérisson) ; les manques / les mangues ;  un oncle / un ongle ; 

un cadeau / un gâteau ; décompter / dégonder ; le concours / le Goncourt ;

[b / v]

Bien ! / Viens ! - rabbi / ravi ; c'est l'habit / c'est la vie ; CB (cibi radio) / si(x) vies ; bite / vite ; sybille / civil ; ça brille / ça vrille ; un B / un V ; CB (cébé carte bancaire) / CV (curriculum vitae) ; l'abbé / laver ; ABC / AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ; vous vivrez / vous vibrez ; à bec (flûte) / avec ; sur la berge / sur la verge ; la bête / lavette ; balance / valence ; dans le bar / dans le Var ; une bague / une vague ; la bâche / la vache ; sa batte / savate ; le bal / le val : là-bas / lava (verbe laver) ; reboire / revoir ; à boire / avoir ; bavoir / vas voir ! ; une balise / une valise ; un ballon / un vallon ; déballer / dévaler ; des ballets / des valets ; de boire / devoir ; un bol / un vol ; un bock / invoque ; ni beau / niveau ; serbo-croate / cerveau croate ; sabot / ça vaut ; un cabot / un caveau ; un jabot / un javeau (île) ; beauté / voter ; j’ai bu / j’ai vu ; c'est de l'abus / c'est de la vue ; des cubes / des cuves ; un bœuf / un veuf ; HEB / achever ; blanc / vlan ;

[s/z]

Seine / zen ; Sissi / Zizi ; assise / Aziz ; cassis / quasi ; les cils / les îles ; bacille / Basile ; racé / rasé ; cassé / casé ; embrasser / embraser ; hausser / oser ; laisser / léser ; visser / viser ; décidé / des idées ; les CD / les aider ; masser / mazet ; ils savaient / ils avaient ; basset / basait ; du sel / du zèle ; les sels / les ailes ; lacère – la serre / laser ; hissèrent / Isère ; un dessert / un désert ; Auxerre / osèrent ; les sas / les as ; laissâmes (passé simple) / les âmes ; désaler / des allées ; les soies / les oies ; les sorts - l'essor / les ors ; des soles / désole ; les sommes / les hommes ; les seaux / les os ; la Saône / la zone ; les sources / les ours ; les sues / les eues ; l'assure / l'azur ; de ceux / deux œufs ; des sœurs / des heures ; un petit coussin / un petit cousin ; croissant / crois-en ; prends 100 / prends-en ; lissant / lisant ; dis 100 / 10 ans - disant ; cessant / 16 ans ; tressant / 13 ans ; 200 / 2 ans ; avec essence / avec aisance ; ils sont / ils ont ; du poisson / du poison ; les sondes / les ondes ;

(pré-citer / présider); ils pressentent / ils présentent ;

les glisses / l'église ; Matisse / m'attise ; des bis / des bises ; qu'elle puisse / qu'elle puise ; la baisse / la baise ; les basses / les bases ; la Bresse / la braise ; blesse / Blaise ; les tresses / les 13 ;  Rodès / Rodez ; mais laisse ! / mélèze ; ma laisse / malaise ; Alès / à l'aise ; bah laisse ! / balèze ; Cesse ! / 16 ! ; la jeunesse / la genèse ;  m'agace / ma gaze ; Luce / l'use ; des bus : des buses ;

[z/ ʒ]

asile / à Gilles - agile ; azyme / à gym ; rosé / Roger ; José / jauger ; léser / léger ; s’arroser / s’arroger ; Champs Elysées / changez lisez ; gazer / gager ; dégazer / dégager ; des rosés / déroger ; des rosiers / dérogiez ; un zeste / un geste ; du zèle / du gel ; zébu / j'ai bu ; j'usais / jugeais ;  Z-O / jet d'eau ; un bisou / un bijou ; une lésion / une légion ;

Pise / pige ; Lise / lis-je ; baise / beige ; ose / auge ; hase / âge ; naze / nage ; l'attise / la tige ; lui disent / lui dis-je ; prothèse / protège ; obèse / au beige ; à l'aise / allège ; n'a d'aise / Nadège ; une case / une cage ; j'en rase / j'enrage ; un saz (instrument) / un sage ; sont nazes / son âge ; j'ose / jauge ; Toulouse / Toulouges ; bouse / bouge ; l'use / luge ; Abruzzes / à Bruges ;

[l/R]

Mali / mari   ; pâli / Paris  ; c’est long / c’est rond ; pas lent / parent ; la vie / ravi ;  calé / carré ; sellé / serré ;  Attila / attira ; l'élève / les rêves ; 1000 loirs / mirroir ; un gendarme lit / un gendarme rit ; la pièce / rapièce ; l'apport / rapport ; l'accord / raccord ; lavage / ravage ; latter / rater ; l'éclatèrent / les cratères ; dans la légion / dans la région ; C'est l'art / c'est rare ; un loup / un roux ; sans loi / sans roi ; le la / le rat ; il le clame / il le crame ;  un pli / un prix ; un plot / un pro ; aide-la / aid(e)ra ; une blanche / une branche ; la classe / la crasse ; un clan / un cran ; un gland / un grand ; une glace / une grâce ; flasque / frasque ; le flic / le fric ; sabler / sabrer ;

(avec ou sans e prononcé : Il faut l(e) faire / il faut r(e)faire) le faire / refaire : le commencer / recommencer ; le copier / recopier ; le dire / redire ; le prendre / reprendre ; le tire / retire ; le travailler / retravailler ; le passer / repasser ; le produire / reproduire ; le voir / revoir ; l'envoyer / renvoyer ; l'habiller / rhabiller ; l'apporter / rapporter ; l'ajuster / rajuster ; l'établir / rétablir ; les viser / réviser ; les fléchir / réfléchir ; les clamer / réclamer ; les percuter / répercuter ; les péter / répéter ; le battre / rebattre ;

empile / en pire ; empale / en parts ; un bal / un bar ; une balle / une barre ; j'emballe / j'en barre ; un bol / un bord ; la boule / la bourre ; atelle / à terre ; atoll / à tort ; Adèle / adhère ; encolle ! / encore ! ; la gale / la gare ; des cigales / des cigares ; légal / les gares ; un cil / un sire ; un sol / un sort ; tu es saoûl? / tu es sourd? ; des selles / dessert ; naval / navarre ; l' avale - Laval / l' avare ; des vols / dévore ; la moule / l'amour ; communal / communard ; trop mal / trop marre ; une malle / une mare ; emmêle / en mer ; un canal / un canard ; plural / plus rare ; le sable / le sabre ;

 

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 22:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 novembre 2017

Donald Trump sous le coup de la loi française… des 3 consonnes

 

    C’est un sujet souvent discuté et toujours discutable : quand et comment on prononce (ou pas) le E graphique sans accent (quand il n’est pas prononcé [e] « dessin » ou [ɛ] « mer »), ce E dit muet, caduc, instable, et transcrit traditionnellement en alphabet phonétique par le symbole [ə] (alors qu’il se réalise labial c’est-à-dire [ø, œ] ou une valeur intermédiaire).

 

    A Saint-Rémy-de-Provence, Roseline me dit : « Vous, à Paris, vous coupez les mots, vous ne les prononcez pas en entier. » Devant mon air étonné, elle précise : « Vous dites Vill’franch’, alors que moi, je dis Vi-lle-fran-che ! » (Je noterai dorénavant les E non prononcés entre parenthèses (Vill(e)franch(e)), et les E prononcés soulignés (Villefranche).

 

    C’est vrai, la prononciation ou non de E (en finale mais aussi à l’intérieur des groupes rythmiques) est extrêmement variable suivant la variété de français, mais aussi le registre (a priori moins d’effacements de E en registre formel), la situation (les mamans à la sortie des écoles n’effacent pas : « Je ne te le redirai pas ! »), le type de discours (la chanson : Frère Jacques, Douce France… ; la poésie : Je ne parlerai pas, je ne penserai rien – Rimbaud)...

 

    Mais en français « standard » (c’est-à-dire non marqué régionalement), le E final n’est généralement pas prononcé : « Je te présent(e) mon frèr(e) Jacqu(es). »

 

    Pour les E à l’intérieur des groupes rythmiques, la situation est souvent d’une grande confusion pour les oreilles non-natives. En effet, on entend :

Cette semaine…. mais, la s(e)maine prochaine

Une petite… mais, la p(e)tite.

 

    Pourquoi ? Parce que la possibilité d’effacer ce E suit une règle inconsciente appelée grossièrement par Grammont « loi des trois consonnes » (ou L3C). En effet, en français, on prononce deux consonnes phonétiques sans difficulté, mais trois consonnes peuvent poser problème.

*Cett(e) s(e)main(e) [sɛtsmɛn], *un(e) p(e)tit(e) [ynptit] font apparaître 3 consonnes successives, groupe infranchissable.

 

    La situation est en fait un peu plus nuancée. On peut prononcer 1 consonne + 2 consonnes (ex : dans c(e) train), mais on ne peut pas prononcer 2 consonnes + 1 (ex : vendredi).

 

    On peut affiner cette règle encore plus (voir Bonus 2), d’où ce sujet intarissable.

 

    C’est cette règle qui explique qu’on prononce : quatre fois ([ka-tʁə - fwa]) ou quat(re) fois ([kat-fwa])…

    Et plus insolite encore et toujours cité dans les cours de phonétique :

Un ours blanc, prononcé [œ̃ -nuʀ - sə - blɑ̃] (un – nour - se – blanc), alors que le E graphique n’existe pas. Il y a ajout d’une voyelle épenthétique pour éviter le franchissement de 4 consonnes.

 

Trumppolar_bear

 

    C’est ce qui permet à certains journalistes de Radio France de soumettre Donald Trump à cette loi française des 3 consonnes en prononçant avec une voyelle épenthétique :

Do – nal - de – Trump [dɔ-nal-də-tʁœmp]

 

 

Bonus 1

La capacité à franchir des groupes de consonnes varie suivant les langues. Là où le polonais et le gallois enchaînent les consonnes sans difficulté (avec des consonnes dites syllabiques), le japonais ne peut franchir un groupe de 2 consonnes. Dans les emprunts, le japonais insère donc des voyelles d’appui (en général [ɯ] (ou [o]). Exemple : MacDonald, prononcé [ma-kɯ–do-na-lɯ-dɯ].

Et Donald Trump [do-na-le-do-to-lam-pɯ], d'après Kyoko.

 

Bonus 2

Remarques de Pierre R. LÉON, dans Prononciation du français standard, 1966, p.73.

« Le maintien ou la chute de E caduc peuvent provenir de multiples facteurs. En dehors de considérations stylistiques, on prononce davantage d’E caducs : pour être mieux compris (problème de perception) ; quand se présente un groupe de consonnes inhabituel (problème de distribution). Des facteurs psychologiques peuvent aussi intervenir : ainsi l’E caduc, précédé de plus d’une consonne prononcée, tombe plus facilement à la jointure de deux mots dissociables, comme dans port(e)-manteau, que dans un mot unique, comme appartement. Un autre facteur très curieux est celui du rythme. En particulier dans les mots composés, l’E caduc à la jointure (et précédé de plus d’une consonne prononcée), reste si le deuxième terme du mot composé n’a qu’une syllabe ; s’il a plus d’une syllabe, l’E caduc tombe presque toujours. On prononce ainsi :

garde-meuble, garde-côte, garde-boue, porte-plume, porte-clé

mais gard(e)-malade, gard(e)-côtier, gard(e)-barrière, port(e)-monnaie, port(e)-cigarette, port(e)-crayon, etc… »

 

 

 

Posté par fonetiks à 13:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 novembre 2017

Forme d'empathie et tolérance exacerbée?

 

    On m’a signalé un film français qui évoque la question de « l’accent étranger »… ce qui n’est pas si fréquent.

 

    Maurice Barthélémy, acteur et réalisateur, a signé en 2017 une comédie intitulée « Les Ex ». On y trouve un personnage secondaire singulier, Alberto, joué par l’acteur Michael Bensoussan (sous le pseudonyme de Estéban).

 

    Ce personnage comique est un peintre que l’on découvre dans une scène, face à un juge français pour un divorce, où il ne parle qu’espagnol. On le retrouve ensuite dans deux scènes dans lesquelles il parle franco-espagnol, ce qui est d’abord moqué (« yeudi matin ou yeudi après-midi »), puis qui lui est reproché (« tu ne veux pas apprendre le français une bonne fois pour toutes ? »). On découvre finalement dans une autre scène que le personnage parle parfaitement français (« je suis né à Villeparisis, en Seine-et-Marne »), mais qu’il utilise un accent pour provoquer « une forme d’empathie, de tolérance exacerbée» !

 

 

    Voici les scènes dans lesquelles le personnage intervient :

 

 

 

   

    Avoir un accent étranger provoquerait l’empathie des interlocuteurs ? Quelle étrange idée… En effet, ce n’est déjà pas du tout ce qui se passe dans le film. Le rôle est comique, on lui reproche de ne pas savoir parler français (énervement du juge– alors que personne ne parle espagnol), on imite l’accent du personnage… Aucune empathie ici.

 

    Les étudiants étrangers avec lesquels je travaille ne me parlent jamais d’attitudes empathiques face à leur accent, mais ils me rapportent plutôt de tristes expériences illustrant le peu de tolérance des Français face aux accents étrangers.

 

    Voici une courte histoire racontée par Cristina. Cristina est une jeune femme espagnole. Un jour, à Paris, une dame âgée s’adresse à elle et lui demande un renseignement sur l’arrêt d’un bus. Quand Cristina commence à lui répondre, avec son accent hispanophone, la dame détourne simplement le regard et s’éloigne, sans un mot… Rien d’empathique ici non plus. Par contre une violente intolérance dont Cristina parle encore…

 

    Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous des expériences d'empathie provoquée par un accent étranger ?

 

 

 

Posté par fonetiks à 19:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 octobre 2017

Allonger la syllabe accentuée

 

    Un des points essentiels du rythme en français est l’allongement de la dernière syllabe du groupe rythmique (ou syllabe accentuée), souvent évoqué ici.

   François Wioland en parle dans tous ses écrits : la dernière syllabe du « mot phonétique » (= du groupe rythmique) « occupe, et de loin, la position stratégique du point de vue de la compréhension de ce qui est dit. » (…) « Quelle que soit la stratégie didactique employée, c’est la dernière syllabe prononcée du « mot phonétique » qui doit faire l’objet de toutes les attentions, pour ce qui concerne sa reconnaissance, son identification, sa structure et sa réalisation, car dans une situation donnée, un contexte signifiant, la communication en français parlé passe par les bonnes production et perception de cette syllabe au détriment de celles qui précèdent. » (La vie sociale des sons du français, p.29)

   On peut rappeler que l’allongement de cette syllabe est le fait de l’allongement de la voyelle phonétique.

Ex : D’accord -> D’accoooooord. La durée des consonnes de la syllabe accentuée n’est pas allongée.

 

    En faisant découvrir cette « règle » en cours, je donne un certain nombre de situations dans lesquelles on allonge particulièrement la dernière syllabe des groupes rythmiques. Par exemple (en gras, les voyelles allongées) :

 

Donner son numéro de téléphone : zéro six… quatre vingt treize…. douze …

Faire une liste de courses : des carottes, des navets, des poireaux, des pommes de terre…

Tables de multiplication : huit fois un / huit

L’appel en classe : Nina, Lucas, Martin...

et de façon générale « l’effet de liste », mais aussi…

La voix snob : Je vous en prie… Il n’y a pas de quoi… C'est formidable, admirable !

Parler fort pour couvrir du bruit : Comment ? Qu’est-ce que tu dis ?

 

Exemples pris de : CHARLIAC et al. (2012), Phonétique progressive débutant, CLE International.

 

DSC02600

DSC02601

DSC02598

DSC02599

 

    Je demande souvent aux étudiants de chercher à leur tour des actes de parole / situations / styles favorisant l’allongement de la dernière syllabe des groupes rythmiques. Voici quelques réponses d’étudiants (les prénoms des auteurs entre parenthèses, merci à eux !) en cours de Licence 3 ce semestre. Autant de pistes d’activités et d’exercices en classe…

 

 

(Laura)

Le commentateur sportif : L’attaquant passe le défenseur / et il tire…

La plainte : Ma tête… j’ai trop mal...

La demande des enfants : Papa / je peux avoir une glace / s’il te plt ?

La surprise : T’es enceinte ? mais c’est trop bien… depuis quand ?

 (Angèle)

Consigne d’un prof de sport : Levez les pieds, tournez la hanche, attention aux épaules...

Bébé mange : une cuillère pour Papa, une cuillère pour Maman

(Meriem)

Ordre : Police ! Ouvrez !

Encouragements : Vas-y ! Bravo !

Informations : Nous vous rappelons / que le magasin / ferme ses portes / à 18 heures.

(Loïc)

L’appel des parents : A table !

Le commentateur sportif : But !

Les supporters encourageant leur équipe : Allez !

Les décomptes : A vos marques… Prêts… Partez ! A la une, à la deux, et à la trois !

(Amélie)

S’énerver au volant : Ohlala ! Mais avance !

(Dilara)

En colère : Arrête !

L’hésitation : Euh… Mais…

L’admiration : C’est beau !

La déception : Oh non… C’est pas vrai

(Constance)

Quand on râle : J’en ai marre… J’ai faim

(Océane)

La surprise : C’est pas vrai… J’hallucine….

 

 

   Et vous, avez-vous des propositions d'actes de parole / situations / styles favorisant l’allongement de la dernière syllabe des groupes rythmiques ?

 

 

Posté par fonetiks à 16:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 septembre 2017

[e] fermé et tendu

   Anton est un brillant jeune homme russe de 30 ans, qui vit en France depuis quelques années, avec sa femme (française) et ses enfants. Il a un excellent niveau de français mais il souhaite améliorer sa prononciation. Il parle plutôt vite (ce qui ne favorise pas le contrôle phonétique) mais quand il travaille sa prononciation, il sait ralentir fortement son débit. Il ne prononce pas le R roulé russe en français, ce qui est une très bonne chose puisque R est la consonne la plus fréquente en français. (Quand R est mal prononcé, c'est un indicateur évident d'un accent non-natif).

   Anton présente en français d'autres caractéristiques phonétiques globales issues de sa langue maternelle. Son articulation n'est pas assez tendue, pas assez ouverte et pas assez antérieure. Cela se manifeste entre autres par des consonnes ou voyelles molles, présentant une forme de transition, ou de diphtongaison, différentes des sons relativement stables du français.

   Enfin, une autre de ses difficultés est de distinguer les voyelles d'aperture moyenne, tant en perception (arriver à entendre la différence) qu'en production (parvenir à les articuler) : [e/ɛ] [ø/œ], [o/ɔ]. En russe, on trouve pour chaque paire de voyelles, une seule valeur intermédiaire, entre le son ouvert et le son fermé, valeur qui est toujours mal interprétée par les oreilles françaises : perçu trop ouvert quand il devrait être fermé (fermé, perçu comme fermait), perçu trop fermé quand il devrait être ouvert (ouvert, perçu comme *ouvér). En français, les voyelles fermées sont les plus tendues. C'est donc l'occasion de travailler la tension, geste articulatoire de base, dont Anton tirera un bénéfice général sur sa prononciation en français.

Nous travaillons sur la voyelle [e] fermé, la voyelle la plus fréquente en français, dont les graphies sont :

-ER (on va y aller, pour dîner, le boulanger, trop léger – sauf quelques rares mots : la mer, le fer, l'hiver, le cancer…), -É (on est allé, on a dîné, la santé), -ÉE (la rosée, une allée), -EZ (un nez, allez!).

Rappel : • Devraient être prononcées [e], mais sont parfois prononcée [ɛ] : la graphie -AI : je ferai, le quai, c’est vrai, un balai… ; la graphie -ES : les, des, ces, mesOn peut donc considérer ici que le choix du timbre est libre puisque c’est ce que les apprenants entendront auprès des locuteurs natifs.

• Devraient être prononcées [ɛ] mais sont de plus en plus souvent produits [e] : les graphies -ET : un billet, un ticket... ; -AIS : jamais, tu savais… ; -AIT : du lait, l'imparfait, il savait… ; -AIENT : ils savaient… ; -AIE : la craie, que j’aie… ; -AID : laid ; -AIX : la paix ; -AY : Viroflay. Mais aussi les graphies -È : dès que, du grès, -Ê : dans la forêt. On peut donc considérer ici que le choix du timbre est libre puisque c’est ce que les apprenants entendront auprès des locuteurs natifs.

 

   Voici donc un petit texte d'entraînement conçu pour Anton, présentant de nombreuses occurrences du son [e] fermé, mais aussi quelques occurences de [ɛ] ouvert. Car Anton doit aussi apprendre à maximiser les différences entre ces deux voyelles. La consigne : souligner en bleu les [e] fermés (plus tendus) , et en vert les [ɛ] ouverts (moins tendus). Puis pratiquer.

Cet entraînement peut aussi servir aux anglophones qui ont tendance à diphtonguer le [e] fermé en [ei].

 

Ça y est ! Vous êtes arrivé à la gare SNCF de Montpellier.

Désolé, mais il faut vous dépêcher : le TGV est déjà à quai. N'oubliez pas de composter votre billet.

Puis prenez l'escalier pour la voie D. Ne confondez pas avec l'Intercités voie B.

Allez ! Allez ! Vous y êtes? Cherchez la voiture 13 et montez sans tarder.

Ouf, c'est fait ! De nombreux passagers sont déjà installés, il y a beaucoup de sièges occupés.

Repérez votre place et asseyez-vous après vous être débarrassé de vos bagages. C'est parfait.

Ah ! Il vous faut recharger votre téléphone. Voilà, il est branché. Détendez-vous !

Fermez les yeux. Vous avez besoin de déconnecter.

Vous allez commencer votre trajet par une petite sieste bien méritée.

Et tout à l'heure, vous travaillerez un peu et vous lirez Libé et Le Canard Enchaîné. OK?

 

 Voici ma version enregistrée du texte.

 

 

 

Posté par fonetiks à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 août 2017

Trouver sa place

 

    Dans La tache (The human stain, traduction Folio, p. 371-372), Philip Roth donne la parole à l’un de ses personnages, Delphine Roux, une brillante universitaire française qui fait carrière à l’université d’Athena aux Etats-Unis. Elle décrit dans le passage ci-dessous l’impossibilité d’accéder aux implicites linguistiques et culturels quand le cadre est « étranger ».

    Le handicap que représenterait la difficulté d’accéder aux implicites linguistiques et culturels m’a rarement été rapporté par les étudiants que je rencontre. Par contre, j’ai souvent recueilli des témoignages d’étudiants (très) avancés décrivant la forte frustration de ne pouvoir être aussi brillants, aussi vifs, aussi drôles, aussi mordants, à l'oral en français que dans leur langue maternelle. S’ensuit une discussion intéressante sur le fait de savoir si une langue et une culture étrangères peuvent ou pas représenter l’occasion d’initier de nouvelles stratégies de communication, différentes de nos stratégies habituelles dans notre langue maternelle, et sans que cela soit nécessairement à considérer comme une perte. Ce texte me semble une bonne base à la discussion. Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

          "Elle se dit que si elle ne trouve pas d’homme, en Amérique, ce n’est pas parce qu’elle ne peut pas en trouver, mais parce qu’elle ne les comprend pas, ces hommes, et qu’elle ne les comprendra jamais, parce qu’elle ne parle pas assez bien la langue. Elle qui est si fière de parler l’anglais couramment, qui le parle en effet couramment, elle ne parle pas la langue, en fait. Je crois que je les comprends, et je les comprends. Ce que je ne comprends pas, ce n’est pas ce qu’ils disent, c’est tout ce qu’ils ne disent pas, quand ils parlent. Ici, elle ne se sert que de cinquante pour cent de son intelligence, alors qu’à Paris, elle comprenait chaque nuance. Quel est l’intérêt d’être intelligente, ici, puisque du fait que je ne suis pas du pays, je deviens bête ipso facto… Elle se dit que le seul anglais qu’elle comprend vraiment bien – non, le seul américain -, c’est l’américain universitaire, qui n’est guère américain justement. Voilà pourquoi elle n’arrive pas et n’arrivera jamais à pénétrer ce pays, voilà pourquoi il n’y aura jamais d’homme dans sa vie, voilà pourquoi elle ne sera jamais chez elle ici, voilà pourquoi ses intuitions sont fausses et le seront toujours, la vie intellectuelle douillette qu’elle a connue lors de ses études est révolue à jamais, et pour le restant de ses jours, elle sera condamnée à comprendre onze pour cent de ce pays et zéro pour cent de ces hommes… Elle se dit que tous ses avantages intellectuels ont été annulés par son dépaysement… Elle se dit qu’elle a perdu sa vision périphérique : elle voit ce qui se passe devant elle, mais rien du coin de l’œil, ce qu’elle a ici n’est pas la vision d’une femme de son intelligence, c’est une vision aplatie, exclusivement frontale, celle d’une immigrante, d’une personne transplantée ou qui n’a pas trouvé sa place…"

 

 

Posté par fonetiks à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2017

Imagier phonétique [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃]

 

     L'objectif est ici de présenter du vocabulaire simple (A1/A2) sous la forme d'un imagier phonétique :

- permettant de travailler une voyelle (ici les voyelles nasales c'est-à-dire [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃]) en position accentuée (comme un dictionnaire de rimes),

- sans support orthographique,

- présenté en groupe rythmique, c'est-à-dire pas isolé mais avec un minimum de contexte,

- avec le temps nécessaire à la répétition,

- avec des voix variées et non-professionnelles, donc authentiques.

 

   Le texte des enregistrements se trouve sur les pages dailymotion des diaporamas. Merci à Christiane, Bernard, Sophie, Vincent, Martin, Cléo, Manue, Marc, Tom, Frédérique, Emile, Olivia, Emmanuelle, Cédric, Michel et Pauline pour leurs voix :)

 

 [ɛ̃]

 

 [ɑ̃]

 

[ɔ̃]

 

 

Posté par fonetiks à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2017

Des images par voyelle : les voyelles nasales

   

    Voici une troisième vague d'images illustrant les voyelles nasales du français.

    Mon éditeur d'images n'acceptant pas l'Alphabet Phonétique International, j'ai utilisé ici l'alphabet SAMPA (Speech Assessment Methods Phonetic Alphabet) qui permet de transcrire phonétiquement à partir des caractères disponibles sur un clavier.

    Les voyelles nasales du français, transcrites en API [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃], sont transcrites [e~, a~, o~] en SAMPA.

    Comme d'habitude, j'ai légendé discrètement en bas à droite pour l'enseignant.

    (En cliquant sur la première photo, une nouvelle fenêtre s'ouvre, à partir de laquelle on peut faire défiler les photos.)

 

DSC08477

DSC08460

DSC08489

DSC08456

DSC08457

DSC08459

DSC08461

DSC08463

DSC08464

DSC08465

DSC08466

DSC08467

DSC08468

DSC08458

DSC08471

DSC08472

DSC08473

DSC08474

DSC08475

DSC08476

DSC08478

DSC08479

DSC08480

DSC08481

DSC08482

DSC08486

DSC08487

DSC08488

DSC08490

DSC08492

DSC08458

DSC08469

 

 

DSC08326

DSC08305

DSC08306

DSC08307

DSC08308

DSC08309

DSC08310

DSC08311

DSC08312

DSC08313

DSC08314

DSC08315

DSC08316

DSC08317

DSC08319

DSC08320

DSC08321

DSC08322

DSC08323

DSC08324

DSC08325

DSC08327

DSC08328

DSC08329

DSC08331

DSC08332

 

 

 

 

DSC08333

DSC08334

DSC08335

DSC08336

DSC08337

DSC08338

DSC08339

DSC08340

DSC08341

DSC08342

DSC08343

DSC08344

DSC08345

DSC08346

DSC08347

DSC08349

DSC08350

DSC08351

DSC08352

DSC08353

DSC08354

DSC08355

DSC08356

DSC08357

DSC08358

DSC08359

DSC08360

DSC08361

DSC08362

DSC08363

DSC08364

DSC08365

DSC08366

DSC08367

DSC08368

DSC08369

DSC08370

DSC08371

DSC08372

DSC08373

DSC08374

DSC08375

DSC08376

DSC08377

DSC08378

DSC08379

 

 

 

Posté par fonetiks à 19:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 mai 2017

Des images par voyelle : les voyelles eu

 

Voici la suite. Toujours en gros la voyelle en Alphabet Phonétique sur chaque photo, et j'ai légendé discrètement en bas à droite pour l'enseignant.

       (En cliquant sur la première photo, une nouvelle fenêtre s'ouvre, à partir de laquelle on peut faire défiler les photos.)

 

 

 

DSC08261

DSC08265

DSC08275

DSC08273

DSC08269

DSC08270

DSC08281

DSC08291

DSC08283

DSC08266

DSC08293

DSC08271

DSC08264

DSC08282

DSC08290

DSC08274

DSC08267

DSC08268

DSC08263

DSC08272

DSC08276

DSC08278

DSC08279

DSC08280

DSC08284

DSC08285

DSC08287

DSC08288

DSC08289

 

 Et deux diaporamas, avec chacun 21 mots dans des groupes de sens, énoncés par des voix variées :

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des images par voyelle : la voyelle u

   J'ai constitué, il y a fort longtemps, des classeurs avec des photos extraites de magazines, de catalogues, et aussi avec des dessins, afin d'illustrer des voyelles phonétiques du français, le plus souvent en position accentuée.

   Je viens de photographier les pages de mes classeurs en pensant que ce matériel partagé pourrait être utile aux enseignants pour une exploitation directe en classe. J'ai rappelé en gros la voyelle en Alphabet Phonétique sur chaque photo, et j'ai légendé discrètement en bas à droite pour l'enseignant. Malheureusement mon éditeur de photo ne permet pas l'accent circonflexe, pour flûte, mûre, bûche... Mais ces légendes ne sont qu'un rappel pour l'enseignant.

    (En cliquant sur la première photo, une nouvelle fenêtre s'ouvre, à partir de laquelle on peut faire défiler les photos.)

    Voici, en guise de test, une première série sur [y]. J'attends vos réactions !

DSC08214

DSC08215

DSC08216

DSC08217

DSC08218

DSC08219

DSC08220

DSC08221

DSC08222

DSC08223

DSC08224

DSC08225

DSC08226

DSC08227

DSC08228

DSC08229

DSC08230

DSC08232

DSC08233

DSC08234

DSC08236

DSC08237

DSC08238

DSC08239

DSC08240

DSC08241

DSC08242

DSC08243

DSC08244

DSC08245

DSC08246

DSC08247

DSC08248

DSC08249

DSC08250

DSC08251

DSC08252

DSC08254

DSC08256

DSC08257

DSC08258

DSC08259

DSC08260

 

 

 

 

    Pour entendre, vous pouvez utiliser ce diaporama : 21 mots présentant [y] en position accentuée, avec plusieurs occurrences et plusieurs voix.

 

 

 

 

Posté par fonetiks à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]