A la demande d'une ancienne étudiante coréenne, un court poème (si court et répétitif qu'il se mémorise vite) du poète belge francophone Maurice Carême pour travailler les fricatives : [s], [ʃ], [z], [ʒ].

Rappel :

[s], [ʃ] sont des fricatives sourdes, produites sans vibration des cordes vocales.

[z], [ʒ] sont leurs correspondantes sonores, produites avec vibration des cordes vocales.

[s] (comme [z]) est très aigu, produit par le frottement de l'air à travers un tout petit interstice (comme une minuscule fuite dans un tuyau).

[ʃ] (comme [ʒ]) est grave, produit par le frottement de l'air à travers un large espace (comme une grosse fuite d'air dans un tuyau).

 

Le Chat et le Soleil, de Maurice Carême

Le chat ouvrit les(Z) yeux,
Le soleil y entra.
Le chat ferma les(Z) yeux,
Le soleil y resta.

Voilà pourquoi, le soir,
Quand le chat se réveille,
J’aperçois dans le noir
Deux morceaux de soleil.

 

[lŒ'ʃa elŒsO'lɛj, dŒ *mOʁiskaʁɛm
[lŒ'ʃa uvʁile'zjø
lŒsO'lɛj iɑ̃'tʁa 
lŒ'ʃa fɛʁmale'zjø  
lŒsO'lɛj iʁɛs'ta  
 
vwalapuʁ'kwa lŒ'swaʁ
kɑ̃lŒʃasŒʁe'vɛj 
ʒapɛʁ'swadɑ̃lŒ'nwaʁ
dømɔʁ'sodŒsO'lɛj]