Enseignement/Apprentissage de la Prononciation du Français

16 décembre 2014

Phonétique expérimentale et médias (III)

 

     Comme promis, voici maintenant quelques commentaires sur le grand article d’une demi-page transcrit dans les deux derniers messages. Je ne connais pas les articles du chercheur cité, je ne commenterai donc que ce qui en est dit dans l’article de la journaliste. J’utiliserai volontairement un ton un peu polémique afin de susciter VOS réactions critiques tant sur l’article lui-même que sur mes propres commentaires.

 

1. Hollande, Sarkozy : vocalement « charismatiques » ?

     C’est la notion centrale de ce qui apparaît dans l’article comme une nouvelle science : « la science des voix charismatiques ». Les voix de François Hollande et de Nicolas Sarkozy n’ont jamais été décrites jusqu’à présent comme des voix charismatiques. Certains chercheurs (comme Ivan Fonagy) se sont intéressés aux voix de charme (comme les présentatrices de FIP, les voix d’hôtesses de l’air, etc) ; certaines actrices et certains acteurs sont souvent mentionnés pour leurs voix séduisantes (au même titre qu’un physique) - par exemple Marie-France Pisier ou Jean-Pierre Marielle ; la publicité (les voix des bandes annonces) et la radio (les voix dites FM) ont exploité le charisme vocal. Mais dire d’un politique ayant réussi qu’il est d’emblée caractérisé par une voix charismatique me semble extrêmement discutable. Cela me semble aussi discutable de dire d’un politique ayant réussi qu’il se caractérise d’emblée par un physique séduisant… Voir les portraits vocaux des politiques, réalisés par le coach Jean Sommer (cité dans l’article).

 

2. Le recours aux coachs vocaux

     Je conserve l’analogie avec le physique. On nous le répète souvent : les politiques font appel à toute sortes de conseillers en apparence - évidemment et heureusement moins nombreux que les conseillers en contenu ! - mais ils ne peuvent pas changer leur physique du tout au tout. C’est au moins la même chose pour la voix. Au moins, car autant un physique peut s’aménager par des artifices (vêtements, coiffure, lunettes…), autant la voix est nue. Mais on peut entraîner une voix comme on entraîne un corps : cela demande alors BEAUCOUP de travail, même pour les plus doués. Les médias ont suffisamment commenté l’expression orale souvent maladroite de Nicolas Sarkozy quand il était en poste pour se rendre compte des limites des possibilités d’un tel entraînement. Tous les entraînements vocaux ne sont pas aussi spectaculaires ni réussis que dans le film « Le discours d’un roi » ! J’aurais tendance à penser sans originalité que c’est avant tout leurs qualités politiques qui ont permis à ces personnalités de se retrouver à la tête de partis politiques et que leur nature vocale (au même titre que leur physique) n’a pas représenté un handicap important. Jospin avec une voix plutôt aigue a occupé des fonctions politiques plus élevées que Philippe Seguin avec une belle voix grave. La réussite politique n’est donc pas liée à une définition du « charisme vocal ». On se trompe donc de sujet…

 

3. Le prestige de la procédure expérimentale

     L’article rapporte des faits spectaculaires sans les questionner : «  a sélectionné des heures d’enregistrement » : une sélection selon quels critères ? « un panel de 250 personnes » : était-il nécessaire de consulter autant de personnes ? qui étaient ces personnes ? des professionnels de la voix ? pour quel type de tests ? passés dans quelles conditions ? « qualifier les voix en piochant dans une liste de 67 adjectifs » : c’est beaucoup… et même trop, non ? même pour des professionnels, qualifier une voix suivant 67 adjectifs…. « R.S. a modifié principalement la fréquence fondamentale » : quel est l’intérêt d’une telle manipulation artificielle ? C’est comme si le chercheur avait rapetissé Jacques Chjrac de 20 cm (il mesure 1,89m) juste pour voir… A quoi bon ? De plus, cette modification de la fréquence fondamentale est aujourd’hui une procédure très simple réalisée en quelques secondes par n’importe quel logiciel de base du traitement du signal. C’est aussi ce que fait le logiciel Auto-Tune pour éventuellement corriger en temps réel la justesse des chanteurs.

 

4. Enfoncer des portes ouvertes

     Ce que nous rapporte l’article : « Plus la voix est grave, plus l’individu est perçu comme dominant » - seul titre mis en exergue dans l’article. Qui ce « résultat » surprend-il ? L’axe grave / aigu se superpose avec les axes masculin / féminin, sombre / clair,  etc…  Il s’agit d’universaux acoustiques dont nous avons tous conscience. Bien sûr, le chercheur retient l’axe dominant / soumis. Mais il aurait pu choisir autoritaire / bienveillant, ou agressif / doux…

     PS : Dommage de nous épater / appâter avec une liste de 67 adjectifs descriptifs des voix pour ne rapporter qu’une glose de l’axe grave / aigu…

     L’analyse des pauses mentionnée dans l’article a été étudiée depuis longtemps dans le discours et en particulier dans le discours politique par des chercheuses comme Danielle Duez (université Aix-Marseille) , Marie-Annick Morel, Suzanna Fagyal,  Maria Candea de l’université Paris 3. Il a été montré en particulier que l’accession à des positions dominantes favorisait l’apparition de pauses plus longues.

     Question taquine : Qu’est-ce qui, d’après vous, est plus autoritaire : une voix forte ? ou une voix faible ? Pensez-vous qu’il y a là un domaine de recherche et de quoi demander leur avis à 250 personnes ?

     L’article semble ici nous amener à une définition d’un modèle de voix masculine charismatique en politique : une voix grave. Comme il a été montré que les personnes grandes et belles recevaient à fonctions égales des salaires plus élevés que les personnes communes. Les politiciens doivent-ils rendre leur voix plus grave et ne réussirons-nous qu’en étant grands et beaux ?

 

5. Le grand frisson médiatique

     Le résultat du chercheur mis en lumière par la journaliste est : « Plus une voix est élevée (voix aiguë) plus l’individu [homme] est ressenti comme davantage soumis. C’est par exemple très net lorsque l’on manipule la fréquence fondamentale de François Hollande. » Sans doute ! Et cela aurait été vrai avec n’importe quelle voix d’homme rendue plus aigue. Il est alors plus sensationnel de décrire l’homme (plutôt que la voix ainsi transformée) comme « plus soumis » que « moins dominant » ! Autrement dit qualifier François Hollande de « soumis »… ce qui retient l’attention des journalistes.

     Et pour nous faire peur, posons nous la grave question : « La mise en pratique de cette « science des voix charismatiques » pourrait-elle faire basculer une élection ? » Des chercheurs canadiens ont montré que « que le profil vocal des candidats pouvaient avoir une influence importante sur le comportement des votants et que des hommes avec des voix graves pouvaient être avantagés ». Ils auraient sans doute pu montrer de même que l’aspect physique d’un candidat pouvait avoir une influence importante sur le comportement des votants et que des personnes avec des physiques attractifs pouvaient être avantagés. Sans doute ! Quelle mise en pratique de cette « science » ? Les partis politiques ne vont plus promouvoir que de jolis physiques et des voix graves ? Pourquoi donc ne l’ont-ils pas déjà fait ?

 

6. La phonétique qui enchante les médias

     Quand les médias parlent de phonétique, c’est rarement pour promouvoir les courants universitaires majoritaires. C’est plutôt, pour donner quelques exemples, pour prendre fait et cause pour le sulfureux docteur Alfred Tomatis et ses idées si singulières et presque magiques, ou pour rapporter des expertises vocales pourtant si décriées (judiciaires ou autres), et plus récemment pour s’intéresser aux questions de genre (féminisme, homosexualité, trans) qui alimentent tant les polémiques. Alors qu’il y a de nombreux sujets moins sensationnels mais tout aussi passionnants qui mériteraient pourtant l’intérêt des médias. La prononciation des langues étrangères en est un ! Mais il faudrait sans doute alors fustiger les piètres performances de nos personnages publics pour retenir l'attention... Alors que ma nature m'inciterait plutôt à valoriser les performances remarquables !

 

     Pour conclure, je ne suis pas sûr que l’article mette en valeur les qualités du chercheur, en tous cas pas pour un lecteur averti. Il est par contre très vraisemblable qu’un tel article soit relayé par de nombreux médias avec des mots clés tels que : pouvoir, charisme, science… Espérons que cette médiatisation sera bénéfique à notre collègue chercheur !

  

   N'hésitez pas à réagir à votre tour tant sur l'article que sur mes commentaires. C'est à vous !

 

Posté par fonetiks à 19:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 novembre 2014

Phonétique expérimentale et médias (II)

  

    Voici la suite et la fin de la transcription en API de l'article de Sandrine Cabut : "Le charisme vocal, objet de science", publié dans le journal Le Monde, le 6 novembre dernier. Merci d'envoyer la transcription orthographique sous la rubrique Commentaires du présent post. Je discuterai du contenu de l'ensemble de l'article dans un prochain message.

 

[paʁalεlmɑ̃/ puʁsɥitil / lelidœʁpOlitik / adaptŒdotʁŒpaʁamεtʁ / dŒlœʁvwa / ʁitm / aʁmɔnik / ɑ̃fõksjõdemesaʒ / kilvœlfεʁpɑse / edykõtεkst // lŒpʁOfilvOkal / dε̃pOlitisjε̃ / εtε̃sivaʁjabl / sŒlõkil sadʁεsaynful / uadotʁŒlidœʁ // lalɑ̃g / ʒuosiε̃ʁolε̃pɔʁtɑ̃// ilniapɑdŒvwakaʁismatikynivεʁsεl / afiʁm *roˈzarjosiɳOˈrɛlo // paʁεgzɑ̃pl / lavwadŒ *lula / εʒyʒetʁεzagʁEsiv / paʁlefʁɑ̃sε // dɑ̃nɔtʁetyd / lefʁɑ̃sε / pʁefεʁtε̃nɔmpOlitik / avεkynvwa / dŒotœʁmwajεn / kilzasOsi / avεklakõpetɑ̃s / labjε̃vεjɑ̃s // alɔʁkŒlezitaljε̃ / pʁefεʁynvwaplygʁav / ʁŒsɑ̃tikɔmOtOʁitεʁ / detεʁmine / vwaʁmŒnasɑ̃t //

lamizɑ̃pʁatik / dŒsεtsjɑ̃s / devwakaʁismatik / puʁεtεl / fεʁbaskyle / ynelεksjõ // ynetyd / pyblijeɑ̃dømilduz / paʁdekanadjε̃ / kõklyε / kŒlŒpʁOfilvOkal / dekɑ̃dida / puvεtavwaʁ / ynε̃flyɑ̃sε̃pɔʁtɑ̃t / syʁlŒkõpɔʁtŒmɑ̃devOtɑ̃ / ekŒdezɔm / avεkdevwagʁav / puvεtεtʁavɑ̃taʒe //

mεdepʁOfEsjOnεl / ʁεstŒsiʁkõspε // ilεtε̃tEʁεsɑ̃ / kŒdesjɑ̃tifikveʁifi / sŒkŒnuzaplikõ / dŒpɥilõtɑ̃ɑ̃pʁatik / mεnɔtʁapʁɔʃ / εplyglɔbal / kŒdezanalizdŒfʁekɑ̃s / εstimlŒkotʃvOkal *ʒɑ̃sɔmmεʁ // lavwa / nεkε̃dezelemɑ̃ / dykaʁism / enutʁavajõ / syʁdotʁŒpaʁamεtʁ // lŒʁŒgaʁ / lapɔstyʁ //

*roˈzarjosiɳOˈrɛlo / pʁevwamε̃tnɑ̃ / dŒmŒne / lŒmεmʒɑ̃ʁdetyd / ʃedefampOlitikfʁɑ̃sεz / eɑ̃glOsaksɔn // ilkOlabɔʁegalmɑ̃ / avεkdepʁimatOlɔg / dŒlynivεʁsite / dŒ *kalifɔʁni / puʁanalize / lε̃flyɑ̃sdŒlavwa / dɑ̃lŒlidœʁʃip / depʁimat // sõnObʒεktif / demõtʁe / kŒlŒʁoldŒlafʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal / dɑ̃lŒkaʁismŒvOkal / εpʁezɑ̃ / dɑ̃plyzjœʁzεspεs //]

 

Posté par fonetiks à 22:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Phonétique expérimentale et médias (I)

 

    Je lis dans le dossier Actualité / Science et Médecine / Psychologie de l’édition du jeudi 6 novembre du journal Le Monde, le grand article suivant (avec photo) dont beaucoup d'éléments me font réagir. Commencez par découvrir la première partie de cet article transcrit en Alphabet Phonétique International - soumettez moi vos transcriptions (même partielles) en Commentaires de ce post. N'hésitez pas à faire part de vos corrections au cas où ! ... mais surtout de vos réactions mesurées et argumentées !

Deuxième partie de l'article et discussion à venir très prochainement !

 

 

[lŒkaʁismŒvOkal / ɔbʒεdŒsjɑ̃s // paʁ *sɑ̃dʁinkaby//

ε̃ʃεʁʃœʁitaljε̃ / aetydje / lediskuʁdŒlidœʁpOlitik / dŒdifeʁɑ̃pEi //

lefεdŒlœʁvwa / syʁlœʁOditwaʁ / εfõksjõ / dŒfaktœʁzakustik / mεzosikyltyʁεl //

 

kinaʒamεeteε̃pʁεsjOne / paʁlOtOʁitedynvwa / usykõbeoʃaʁm / dezε̃tOnasjõdε̃nOʁatœʁ // dŒpɥilõtɑ̃ / aktœʁ / ʃɑ̃tœʁ / emεmɔmpOlitik/  õdajœʁʁŒkuʁ / osεʁvisdŒkotʃvOko / puʁamEljɔʁelœʁpεʁfɔʁmɑ̃sɑ̃lamatjε:ʁ // mεdezɔʁmε / levwakaʁismatik / sõkaʁemɑ̃dŒvŒny / ynmatjεʁdetyd / puʁdesjɑ̃tifik / kiʃεʁʃaɑ̃nelyside / lepaʁamεtʁŒzakustik / psikOlOʒik //

*ro'zarjosiɳO'rɛlo / dɔktœʁɑ̃lε̃gɥistik /  eɑ̃psikOlOʒi /vjε̃ε̃sidŒpʁezɑ̃te / ε̃nɑ̃sɑ̃blŒdŒkOmynikasjõ / syʁlasjɑ̃sdevwakaʁismatik / aplikeolidœʁpOlitik / lɔʁdykõgʁεdŒlasOsjeteameʁikεndakustik / kisεtŒny / fε̃ɔktɔbʁ / a *indjanapolis / indjana // puʁsŒʒœnʃεʁʃœʁitaljε̃/ kitʁavaj / odepaʁtŒmɑ̃dŒʃiʁyʁʒidŒlatεtedyku / dŒlynivεʁsitedŒ *kalifɔʁni a *lɔsɑ̃nʒŒlɛs / sεtynevidɑ̃s // lezɔmpɔlitik / ytilizlœʁvwa / puʁsŒfεʁʁŒkɔnεtʁ / kɔmdɔminɑ̃dɑ̃zε̃gʁup / mεzegalmɑ̃ / puʁpʁOvOkedezemosjõ / emõtʁelœʁtʁεdŒkaʁaktεʁ // afε̃dɑ̃ kõpʁɑ̃dʁŒlemekanism / *ro'zarjosiɳO'rɛlo / aselεksjOne / dezœʁdɑ̃ʁŒʒistʁŒmɑ̃ / dŒpOlitisjε̃ / dŒplyzjœʁpEi // fʁɑ̃s / itali / pɔʁtygal / bʁezil / dõ *fʁɑ̃swaOlɑ̃d / *nikOlasaʁkOzi / *lula / ɑ̃sjɛ̃pʁezidɑ̃dybʁezil / sεkspʁimɑ̃ / dɑ̃difEʁɑ̃kõtεkst // lezεkstʁε / õtetesumi / aε̃panεl / dŒdøsɑ̃sɛ̃kɑ̃tpεʁsɔn / OʁiʒinεʁdŒplyzjœʁpEi / kidŒvεkalifjelevwa / ɑ̃pjɔʃɑ̃dɑ̃zynlist / dŒswasɑ̃tsɛtadʒεktif // dinamik / mŒnasɑ̃t / OtOʁitεʁ / kalm //

puʁvalidesezipOtεz / *ro'zarjosiɳO'rɛlo / amεmmanipylesεʁtε̃zeʃɑ̃tijõvOko / ɑ̃mOdifjɑ̃ / lœʁkaʁakteʁistikzakustik / pʁε̃sipalmɑ̃ / lafʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal / kikOʁεspõ / alafʁekɑ̃sdŒvibʁasjõdekɔʁdvOkal / mεzosi / alalõgœʁdepoz / ɑ̃tʁŒlemo // leʁezylta / kiõfεlɔbʒε / dŒsatεz / sutnyɑ̃ʒɑ̃vjea *gʁŒnɔbl / sõtetɔnɑ̃ // lelidœʁ / pœvtadaptelœʁvwa / sŒlõdøfõksjõ // lynpʁimεʁ/ bjOlOʒik / kɔmynatutlezεspεs / animalkõpʁiz // lotʁakiz / depɑ̃dɑ̃tdŒlalɑ̃gedŒlakyltyʁ / ʁezymlŒdɔktœʁɑ̃lε̃gɥistik //

dabɔʁ / lezɔmpOlitik / mOdyllœʁfʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal // plysεlsiεbas / sŒkikOʁεspõaynvwagʁav / plylε̃dividy / εpεʁsykɔmdOminɑ̃// alε̃vεʁs / plyzεl εtelve / plyzilεʁŒsɑ̃ti / kɔmdavɑ̃taʒsumi // sεpaʁεgzɑ̃plŒtʁεnεt / lɔʁskŒlõmanipyl / lafʁekɑ̃sfõdamɑ̃tal / dŒ *fʁɑ̃swaOlɑ̃d / suliɳ *ro'zarjosiɳO'rɛlo //]

 

 

Posté par fonetiks à 20:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]



Fin »