Enseignement/Apprentissage de la Prononciation du Français

06 août 2017

Trouver sa place

 

    Dans La tache (The human stain, traduction Folio, p. 371-372), Philip Roth donne la parole à l’un de ses personnages, Delphine Roux, une brillante universitaire française qui fait carrière à l’université d’Athena aux Etats-Unis. Elle décrit dans le passage ci-dessous l’impossibilité d’accéder aux implicites linguistiques et culturels quand le cadre est « étranger ».

    Le handicap que représenterait la difficulté d’accéder aux implicites linguistiques et culturels m’a rarement été rapporté par les étudiants que je rencontre. Par contre, j’ai souvent recueilli des témoignages d’étudiants (très) avancés décrivant la forte frustration de ne pouvoir être aussi brillants, aussi vifs, aussi drôles, aussi mordants, à l'oral en français que dans leur langue maternelle. S’ensuit une discussion intéressante sur le fait de savoir si une langue et une culture étrangères peuvent ou pas représenter l’occasion d’initier de nouvelles stratégies de communication, différentes de nos stratégies habituelles dans notre langue maternelle, et sans que cela soit nécessairement à considérer comme une perte. Ce texte me semble une bonne base à la discussion. Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

          "Elle se dit que si elle ne trouve pas d’homme, en Amérique, ce n’est pas parce qu’elle ne peut pas en trouver, mais parce qu’elle ne les comprend pas, ces hommes, et qu’elle ne les comprendra jamais, parce qu’elle ne parle pas assez bien la langue. Elle qui est si fière de parler l’anglais couramment, qui le parle en effet couramment, elle ne parle pas la langue, en fait. Je crois que je les comprends, et je les comprends. Ce que je ne comprends pas, ce n’est pas ce qu’ils disent, c’est tout ce qu’ils ne disent pas, quand ils parlent. Ici, elle ne se sert que de cinquante pour cent de son intelligence, alors qu’à Paris, elle comprenait chaque nuance. Quel est l’intérêt d’être intelligente, ici, puisque du fait que je ne suis pas du pays, je deviens bête ipso facto… Elle se dit que le seul anglais qu’elle comprend vraiment bien – non, le seul américain -, c’est l’américain universitaire, qui n’est guère américain justement. Voilà pourquoi elle n’arrive pas et n’arrivera jamais à pénétrer ce pays, voilà pourquoi il n’y aura jamais d’homme dans sa vie, voilà pourquoi elle ne sera jamais chez elle ici, voilà pourquoi ses intuitions sont fausses et le seront toujours, la vie intellectuelle douillette qu’elle a connue lors de ses études est révolue à jamais, et pour le restant de ses jours, elle sera condamnée à comprendre onze pour cent de ce pays et zéro pour cent de ces hommes… Elle se dit que tous ses avantages intellectuels ont été annulés par son dépaysement… Elle se dit qu’elle a perdu sa vision périphérique : elle voit ce qui se passe devant elle, mais rien du coin de l’œil, ce qu’elle a ici n’est pas la vision d’une femme de son intelligence, c’est une vision aplatie, exclusivement frontale, celle d’une immigrante, d’une personne transplantée ou qui n’a pas trouvé sa place…"

 

 

Posté par fonetiks à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 mai 2017

Imagier phonétique [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃]

 

     L'objectif est ici de présenter du vocabulaire simple (A1/A2) sous la forme d'un imagier phonétique :

- permettant de travailler une voyelle (ici les voyelles nasales c'est-à-dire [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃]) en position accentuée (comme un dictionnaire de rimes),

- sans support orthographique,

- présenté en groupe rythmique, c'est-à-dire avec un minimum de contexte,

- avec le temps nécessaire à la répétition,

- avec des voix variées et non-professionnelles, donc authentiques.

 

   Le texte des enregistrements se trouve sur les pages dailymotion des diaporamas. Merci à Christiane, Bernard, Sophie, Vincent, Martin, Cléo, Manue, Marc, Tom, Frédérique, Emile, Olivia, Emmanuelle, Cédric, Michel et Pauline pour leurs voix :)

 

 [ɛ̃]

 

 [ɑ̃]

 

[ɔ̃]

 

 

Posté par fonetiks à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2017

Des images par voyelle : les voyelles nasales

   

    Voici une troisième vague d'images illustrant les voyelles nasales du français.

    Mon éditeur d'images n'acceptant pas l'Alphabet Phonétique International, j'ai utilisé ici l'alphabet SAMPA (Speech Assessment Methods Phonetic Alphabet) qui permet de transcrire phonétiquement à partir des caractères disponibles sur un clavier.

    Les voyelles nasales du français, transcrites en API [ɛ̃, ɑ̃, ɔ̃], sont transcrites [e~, a~, o~] en SAMPA.

    Comme d'habitude, j'ai légendé discrètement en bas à droite pour l'enseignant.

    (En cliquant sur la première photo, une nouvelle fenêtre s'ouvre, à partir de laquelle on peut faire défiler les photos.)

 

DSC08477

DSC08460

DSC08489

DSC08456

DSC08457

DSC08459

DSC08461

DSC08463

DSC08464

DSC08465

DSC08466

DSC08467

DSC08468

DSC08458

DSC08471

DSC08472

DSC08473

DSC08474

DSC08475

DSC08476

DSC08478

DSC08479

DSC08480

DSC08481

DSC08482

DSC08486

DSC08487

DSC08488

DSC08490

DSC08492

DSC08458

DSC08469

 

 

DSC08326

DSC08305

DSC08306

DSC08307

DSC08308

DSC08309

DSC08310

DSC08311

DSC08312

DSC08313

DSC08314

DSC08315

DSC08316

DSC08317

DSC08319

DSC08320

DSC08321

DSC08322

DSC08323

DSC08324

DSC08325

DSC08327

DSC08328

DSC08329

DSC08331

DSC08332

 

 

 

 

DSC08333

DSC08334

DSC08335

DSC08336

DSC08337

DSC08338

DSC08339

DSC08340

DSC08341

DSC08342

DSC08343

DSC08344

DSC08345

DSC08346

DSC08347

DSC08349

DSC08350

DSC08351

DSC08352

DSC08353

DSC08354

DSC08355

DSC08356

DSC08357

DSC08358

DSC08359

DSC08360

DSC08361

DSC08362

DSC08363

DSC08364

DSC08365

DSC08366

DSC08367

DSC08368

DSC08369

DSC08370

DSC08371

DSC08372

DSC08373

DSC08374

DSC08375

DSC08376

DSC08377

DSC08378

DSC08379

 

 

 

Posté par fonetiks à 19:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]