Pour appliquer ce qui a été dit dans le message précédent, et pour s'entraîner les oreilles, je propose de travailler à partir de la chanson "Mon vieux", de Daniel Guichard.

J'ai transcrit ci-dessous la chanson en proposant à chaque fois un choix de symboles pour les voyelles d'aperture moyenne [e/ɛ] [ø/œ] [o/ɔ].

L'exercice consiste à choisir quelle voyelle est prononcé dans chaque cas. On peut bien sûr avoir recours aux archiphonèmes :  [E] [Œ] [O].

J'ai transcrit ainsi la totalité de la chanson, qui est longue. Il me semble qu'il vaut mieux s'exercer en plusieurs fois, sur 2 ou 3 strophes à chaque fois.

La vidéo de la chanson est intégrée plus bas.

La correction dans quelques jours... mais est-ce bien nécessaire?

 

[e/ɛ] [ø/œ] [o/ɔ] - [E] [Œ] [O]

Mon vieux – Daniel Guichard (1974)

Dans son viEUx [ø/œ] pardEssus [ø/œ] rapÉ [e/ɛ]
Il s´en allAIt [e/ɛ] l´hivER [e/ɛ], l´ÉtÉ [e/ɛ] [e/ɛ]
Dans lE [ø/œ] pEtit [ø/œ] matin frilEUx [ø/œ]
Mon viEUx [ø/œ].

Y avAIt [e/ɛ] qu´un dimanche par sEmAIne [ø/œ] [e/ɛ]
LES [e/ɛ] AUtrEs [o/ɔ][ø/œ] jours, c´ÉtAIt [e/ɛ] [e/ɛ] la grAIne [e/ɛ]
Qu´il allAIt [e/ɛ] gagnER [e/ɛ] comme on pEUt [ø/œ]
Mon viEUx [ø/œ].

L´ÉtÉ [e/ɛ] [e/ɛ], on allAIt [e/ɛ] voir la mER [e/ɛ]
Tu vois c´ÉtAIt [e/ɛ] [e/ɛ] pas la misÈre [e/ɛ]
C´ÉtAIt [e/ɛ] [e/ɛ] pas non plus l(e) paradis
Hé oui tant pis.

Dans son viEUx [ø/œ] pardEssus [ø/œ] rapÉ [e/ɛ]
Il a pris pendant dES [e/ɛ] annEÉs [e/ɛ]
Le mÊme [e/ɛ] AUtObus [o/ɔ] [o/ɔ] de banliEUe [ø/œ]
Mon viEUx [ø/œ].

Le soir en rentrant du boulOt [o/ɔ]
Il s´assEyAIt [e/ɛ] [e/ɛ] sans dire un mOt [o/ɔ]
Il ÉtAIt [e/ɛ] [e/ɛ] du genre silenciEUx [ø/œ]
Mon viEUx [ø/œ].

LES [e/ɛ] dimanches ÉtAIent [e/ɛ] [e/ɛ] mOnOtOnes [o/ɔ] [o/ɔ] [o/ɔ]
On n(e) rEcEvAIt [ø/œ] [ø/œ] [e/ɛ] jamAIs [e/ɛ] pERsOnne [e/ɛ] [o/ɔ]
Ça n(e) lE [ø/œ]  rendAIt [e/ɛ] pas malhEUrEUx [ø/œ] [ø/œ]
JE [ø/œ] crois, mon viEUx [ø/œ].

Dans son viEUx [ø/œ] pardEssus [ø/œ] rapÉ [e/ɛ]
LES [e/ɛ] jours de pAYe [e/ɛ] quand il rentrAIt [e/ɛ]
On l´entendAIt [e/ɛ] guEUlER [ø/œ] [e/ɛ] un pEU [ø/œ]
Mon viEUx [ø/œ].

Nous, on connAIssAIt [e/ɛ] [e/ɛ] la chanson
Tout y passAIt [e/ɛ], bourgeois, patrons,
La gAUche [o/ɔ], la droite, mÊme [e/ɛ] lE [ø/œ] bon DiEU [ø/œ]
AvEc [e/ɛ] mon viEUx [ø/œ].

ChEZ [e/ɛ] nous y avAIt  [e/ɛ] pas la tÉlÉ [e/ɛ] [e/ɛ]
C´EST [e/ɛ]  dEhOrs [ø/œ] [o/ɔ] quE [ø/œ] j´allAIs [e/ɛ] chERchER [e/ɛ] [e/ɛ]
Pendant quELquES [e/ɛ] [ø/œ] hEUres [ø/œ] l´Évasion [e/ɛ]
Tu sAIs [e/ɛ], c´EST [e/ɛ] con!

Dire quE [ø/œ]  j´AI [e/ɛ] passÉ [e/ɛ] dES [e/ɛ] annÉEs [e/ɛ]
A cÔtÉ [o/ɔ] [e/ɛ] dE [ø/œ] lui sans lE [ø/œ] r(e)gardER [e/ɛ]
On a à pEIne [e/ɛ] ouvERt [e/ɛ] lES [e/ɛ] yEUx [ø/œ]
Nous dEUx [ø/œ].

J´AUrAIs [o/ɔ] [e/ɛ] pu c´ÉtAIt [e/ɛ] [e/ɛ] pas malin
FAIre [e/ɛ] avEc [e/ɛ] lui un bout d(e) chEmin [ø/œ]
Ça l´AUrAIt [o/ɔ] [e/ɛ] p(eu)t-Êt(re) [e/ɛ] rendu hEUrEUx [ø/œ] [ø/œ]
Mon viEUx [ø/œ].

MAIs [e/ɛ] quand on a justE [ø/œ] quinze ans
On n´a pas lE [ø/œ] cŒUr [ø/œ] assEZ [e/ɛ] grand
Pour y logER [o/ɔ] [e/ɛ] toutes cES [e/ɛ] chOses-là [o/ɔ]
Tu vois.

MaintEnant [ø/œ] qu´il EST [e/ɛ] loin d´ici
En pensant à tout ça, j(e) mE [ø/œ] dis :
J´AIm(e)rAIs [e/ɛ] [e/ɛ] bien qu´il soit prÈs [e/ɛ] dE [ø/œ] moi
Papa...